Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Compositeurs

Alexandre Desplat  
Né en 1961 à Paris.

Alexandre Desplat
Si aujourd'hui il est un des compositeurs français les plus reconnus et les talentueux du milieu, qu'il compose presque plus aux USA qu'en France et qu'il commence à travailler sur des projets importants, c'est peut être parce qu'il a une expérience assez redoutable : plus de 80 films, téléfilms, séries télés, publicités, courts métrages, habillage d'émission de télé… Il a tout fait.

"Je n'accepte pas d'être sélectionné sur maquette. Je pense que c'est une méthode inapropriée à l'élaboration d'un travail artistique entre un réalisateur et un compositeur. Je pense que seule la confiance, l'enthousiasme et le temps restent des données indispensables à toute collaboration." (Alexandre Desplat)

Nouveautés

Incontournables du compositeur

Interview à propos de THE QUEEN

The Queen

Comment êtes-vous arrivé sur ce projet ? Avez-vous été selectionné sur des maquettes parmi d'autres candidats ?

Non. Je n’accepte pas d’être sélectionné sur maquette. Je pense que c’est une méthode inapropriée à l’élaboration d’un travail artistique entre un réalisateur et un compositeur. Je pense que seule la confiance, l’enthousiasme et le temps restent des données indispensables à toute collaboration. Pour THE QUEEN, j’ai été choisi alors que le film était en cours de montage. C'est donc au montage que j'ai débuté l'enregistrement de maquettes, préorchestrées avec beaucoup de précision. Ces compositions "de travail" furent tellement précises qu'elles ressemblent parfaitement au résultat final.

Quel a donc été la nature de ce travail avec Stephen Frears, ses exigences, son approche musicale pour son film ?

Stephen a un sens très aigu de ce qui « fonctionne » ou pas, mais il est aussi à l’écoute de ses collaborateurs, et il attend d’eux qu’ils lui apportent un angle de vision différent. A partir de là, tout se traduit par un échange de mots puis de sons, aussi bien au piano qu'avec des maquettes à l’image.
Mon travail repose pour l'essentiel sur l’instrumentation, qui est toujours pour moi une étape importante : pour trouver LE "son" du film.
J’ai proposé d’utiliser des instruments qui symbolisent notre royauté française, l’ancien régime disparu depuis le 18ème siècle, avec mandoline et clavecin, puis de les intégrer à un orchestre de chambre (pas trop hollywoodien), afin de conserver une certaine intimité. A cela, j'ai ajouté des séquences de basse électronique qui nous rappellent les "eighties", l'époque de gloire de Lady Diana.

Comment aborder un sujet de tel ampleur ? La musique a un rôle important car elle peut prendre partie (apologie ou critique du régime) par excès d'emphase ou de retenue...

Les choses à éviter sont, dans un premier temps, de contourner l’obstacle, puis dans un second temps de ne pas être redondant. Il faut toujours rester à la lisière entre plusieurs sensations : l’émotion (la mort de Diana, une jeune et belle princesse), la comédie (la famille royale), le suspense (la Reine et Tony Blair vont-ils réussir à apaiser le peuple qui gronde ?). Mon travail est une question de dosage. La musique de THE QUEEN est donc ample mais sans être envahissante, retenue mais sans être simpliste.

Quel rapprochement feriez-vous entre cette partition et celle de SYRIANA ? Sous quel angle abordez-vous musicalement le film politique ?

Il s'agit de deux approches totalement differentes : THE QUEEN est teinté d’humour du début à la fin, SYRIANA jamais. SYRIANA évoque une crise mondiale, les guerres économiques et religieuses, tandis que THE QUEEN évoque une tranche de vie plus intimiste, même s'il y a aussi un contexte politique.

Avez-vous travaillé avec des orchestrateurs ?

Je travaille avec des orchestrateurs quant le temps presse. Leur travail est très limité artistiquement car je préochestre mes maquettes avec une grande précision et je contrôle absolument tous les scores au millimètre. J’ai écrit plus de quarante musiques de films sans orchestrateur mais quand le temps manque pour tout faire, je suis terriblement frustré et par conséquent très exigeant !

Même pour le disque je suis exigeant, dans un travail très minutieux de liaison et de synthétisation des morceaux.

The Queen

Vous êtes aussi à l'affiche de QUAND J'ETAIS CHANTEUR de Xavier Gianolli...

Xavier, avec qui j'ai fait tous les films, aime que la musique que j’écris apporte une dimension romanesque à son cinéma, très en prise sur le réel. Sur ce plan-là il a, je crois, la dimension d’un Truffaut.

Ce film-là contient essentiellement des chansons, mais ma partition a sa place, elle permet d’installer une certaine profondeur aux personnages, de les dramatiser encore plus, de leur donner un surplus d’émotion.
J ’ai ensuite, à partir de mon score pour le film, réalisé une suite spécifiquement pour le disque. Je n'ai pas du tout travaillé sur les chansons.

Que pouvez-vous nous dire sur vos projets ?

Tout d'abord il y a MICHOU D'AUBER de Thomas Gilou, où la musique semble être une rencontre entre Tati, Mancini et Bourvil. Ensuite il y a THE PAINTED VEIL pour John Curran, une musique symphonique avec en soliste Lang Lang, la star chinoise du piano, et un vieux compère au violoncelle éléctrique : Vincent Segal. Puis enfin L'ENNEMI INTIME de Florent Siri.

Entretien réalisé par Benoit Basirico


cannes2017-jury

Evènement

Cannes 2017 : le compositeur Gabriel Yared dans le jury du 70e Festival de Cannes

Le compositeur français Gabriel Yared fait partie du jury présidé par Pedro Almodóvar. Il succède à Ennio Morricone (1984), Nicola Piovani (1987), Philippe Sarde (1988), Georges Delerue (1989), Vangelis (1991), Lalo Schifrin (1994) et Alexandre Desplat (2010).
home-desplat

interview

Alexandre Desplat sur TAMARA DREWE

"Sur TAMARA DREWE, on a parlé de Elmer Bernstein à un moment". En salle après sa présentation cannoise, ce film est la 3e collaboration avec Stephen Frears.
home-cannes2009-4

festival

Cannes #4 - Rock, Elfman et Desplat en compétition

Nous trouvons en compétition le film musical de Ang Lee TAKING WOODSTOCK avec Elfman au Score, et Alexandre Desplat chez Audiard dans UN PROPHETE, grand favori à la Palme.
home-bilan2008-bo

dossier

Le Bilan 2008 des Musiques de film par la rédaction

2009 est arrivé, et voici le moment de dresser nos classements des meilleures BO de l'année écoulée. En tête, il y a James Newton Howard, Alexandre Desplat et Jonny Greenwood.

Critiques BO

Boutique

Traffic Quintet plays Alexandre Desplat - Alexandre Desplat

Vos avis