Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

La Vengeance dans la peau  (2007)

The Bourne Ultimatum

Decca (27 Août 2007) - 0:55:00 - en digital | Original Score [musique originale]


John Powell compose le dernier volet de la saga "Jason Bourne" après avoir composé La mémoire dans la peau en 2002 pour Doug Liman et La mort dans la peau en 2004 pour Paul Greengrass qui signe également ce film. C'est la troisième collaboration entre Powell et Greengrass après Vol 93 (2006).

La Vengeance dans la peau

Tracklist

1. Six Weeks Ago (4:31)
2. Tangiers (7:40)
3. Thinking Of Marie (3:51)
4. Assets And Targets (7:18)
5. Faces Without Names (3:31)
6. Waterloo (10:38)
7. Coming Home (3:19)
8. Man Versus Man (5:46)
9. Jason Is Reborn (4:04)
10. Extreme Ways (Bourne's Ultimatum) - Moby (4:22)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

John Powell convoque l'artillerie lourde pour cette musique efficace dans l'action qui sait tout de même surprendre et innover en employant des sonorités orientales ("Tangiers") ou tribales ("Assets and Targets"). On reconnait le thème de la trilogie, mais l'ensemble est assez a-thématique, plus percussif, atmosphérique ou dramatique que mélodique. Le disque est cohérent, homogène, il s'écoute d'une traite sans rupture dans l'esprit "action impériale" mené de manière agitée et parfois opératique par les cordes et les cuivres.

Concernant le générique de fin, la chanson de Moby est la même que dans "La mort dans la peau", ce qui révèle le manque de nouveauté de ce projet clôturant la trilogie.

Benoit Basirico

John Powell continue à étonner et à progresser avec cette BO dans la continuité des deux opus précédents, où le compositeur soigne particulièrement les percussions et les sonorités. Très atmosphérique, suspense oblige, le score nous délivre pourtant quelque morceaux d'action bien trempés tels que "Tangiers" et l'excellent "Waterloo", où Powell multiplie les changements de rythmes, les cassures, joue avec les répétitions, les sons, les motifs, créant une matière sonore trépidante et dynamique très adaptée à la mise en scène virtuose et agitée de Paul Greengrass. "Thinking of Marie" permet à Powell d'écrire un superbe morceau romantique assez dérangeant, presque dissonant, qui en devient mélancolique.

A l'image des musiques des premiers Die Hard (composés par Michael Kamen), John Powell utilise ses thèmes discrètement et avec subtilité (on retrouve furtivement le haubois du thème d'amour et les cordes du motif principal), tout en prenant régulièrement des risques. Techniquement, c'est léché : l'orchestration est soignée et Powell utilise une grande palette d'instruments et de sonorités tout en conservant un style très personnel qui mûrit encore au fil des années, à l'instar de son ancien collaboration Harry Gregson-Williams (autres géant de l'électro-orchestral au cinéma). Nul doute que l'association Powell / Greengrass est l'une des collaborations les plus intéressantes à Hollywood actuellement, et on espère avoir d'autres occasions de le dire.

Sylvain Rivaud

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis