Musique de film, bandes originales, bo

   En salles - B.O en écoute - Boutique - B.O incontournables - Interviews Compositeurs - Itv Réalisateurs - Agenda Evènements - Nos Articles - Guide de la B.O - Le Forum



Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org

Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org

The Dark Knight Rises

(2012)

The Dark Knight Rises

01. A Storm Is Coming (0:37)
02. On Thin Ice (2:55)
03. Gotham's Reckoning (4:08)
04. Mind If I Cut In? (3:27)
05. Underground Army (3:12)
06. Born In Darkness (1:57)
07. The Fire Rises (5:33)
08. Nothing Out There (2:51)
09. Despair (3:14)
10. Fear Will Find You (3:08)
11. Why Do We Fall? (2:03)
12. Death By Exile (0:23)
13. Imagine The Fire (7:25)
14. Necessary Evil (3:16)
15. Rise (7:11)

       Partager cette BO par mail

Sony Classical (13 juillet 2012) - 51:20
Original Score [musique originale]

Hans Zimmer travaille pour la cinquième fois avec Christopher Nolan après INCEPTION et les deux précédents BATMAN (THE DARK KNIGHT en 2008 et BATMAN BEGINS en 2005) qu'il avait partagé avec James Newton Howard qui cette fois-ci ne s'implique pas. 

Gotham's Reckoning - Hans Zimmer :




BO de films : Original Score Albums Compilations Rééditions A paraitre
Autres supports : Télévision / E.Cinéma Jeux-vidéo Oeuvres de concert En bonus DVD
BO cultes Les Incontournables
Ventes : Boutique - Dernières ventes        BO en Vinyle
En écoute : Dernières BO en écoute intégrale
Archives : Toutes les BO par année

   





The Dark Knight Rises

Réalisateur : Christopher Nolan

Avec Christian Bale, Michael Caine, Gary Oldman...
(Etats-Unis)
Distribution : Warner Bros. France

 

Sortie en salle (France) : 25-07-2012


La notation de Cinezik sur ce film :

La suite des aventures du Chevalier noir de Gotham City...


The Dark Knight Rises marque la fin d'une trilogie qui a bousculé les modes et le genre du super-héros. Christopher Nolan a installé ses personnages dans un univers sombre, violent et réaliste, qui tranche avec la vision gothique, potache et décalée de Tim Burton. Faut-il se réjouir de cette évolution ? Après le traumatisme du 11 septembre, nul doute que Nolan a voulu capter dans ces trois films les peurs de l'amérique d'aujourd'hui, et plus généralement des civilisations occidentales. Il est d'ailleurs étonnant de constater que c'est en Orient, vivant reclu comme un Taliban, que Bruce Wayne est devenu Batman, sous l'égide de son mentor Ra's Al Ghul (Liam Neeson dans BATMAN BEGINS). On retrouve cette évolution et cette ambiance du premier film dans cet ultime opus. Entre temps, le Joker (Heith Ledger) avait tout fracassé sur son passage, faisant de THE DARK KNIGHT un film sur l'anarchie et l'incapacité à contrôler la violence et le goût même de celle-ci chez les êtres humains (le Joker s'amusait à monter les gens contre eux-mêmes et les incitait à s'entretuer). Face à cela, Batman perdait la foi en ses idéaux et en l'amour, la mort de personnages clés mettant un terme à ses ambitions et ses espoirs. Pouvait-on en conclure que Nolan montrait du même coup une amérique qui échoue à vouloir éradiquer la violence ? Ou bien au contraire THE DARK KNIGHT n'est-il pas un pamphlet trop anarchique qui se complaît dans la violence pour essayer - en vain - de la dénoncer ? Ce fut longtemps un paradoxe très hollywoodien et il faut reconnaître que la récente tuerie du Colorado, qui a entâché la sortie de THE DARK KNIGHT RISES, rend d'autant plus trouble le propos de ces films qui nous amène à se demander, au fond, si Nolan maîtrise vraiment son sujet. Dès FOLLOWING et avec par la suite MEMENTO, LE PRESTIGE et INCEPTION, Christopher Nolan se montre comme un pur cinéaste mental, un grand prestidigitateur de cinéma, qui aime les faux-semblants, les coups de théâtre, le théories ; en somme, c'est en quelque sorte un "petit malin". Sa virtuosité narrative, évidente dans INCEPTION, épate et ravit, car il est dans le prolongement de cinéastes tels que Hitchcock qui portaient en haute estime le pur plaisir du spectateur.

Mais cette trilogie Batman, et en particulier THE DARK KNIGHT RISES, est laborieuse. Nolan ne semble pas à son aise dans cet univers. Sa mise en scène est lourde (on lui reproche encore aujourd'hui, à juste titre, d'être brouillon dans ses scènes d'action), et il semble avoir du mal à doser l'importance des personnages à l'écran (le Joker bouffait littéralement l'écran dans THE DARK KNIGHT au détriment de Bruce Wayne, et dans cet ultime opus, le personnage de Michael Caine, clairement le plus touchant, est peu exploité). En voulant épater, Nolan se fourvoie, en fait des tonnes (2h44) et rate l'émotion. Peut-être y avait-il matière à faire quelque chose de mieux. L'imposant personnage de Bane, s'il ne surpasse jamais celui du joker, est intéressant, surtout graphiquement. On retrouve ici des idées visuelles propres aux origines dessinées de Batman. La séquence d'ouverture, brillante, caractérise le personnage en quelques minutes de manière assez virtuose. Mais durant l'heure suivante, on s'ennuie ferme. Le scénario ne dégage pas (ou si peu) d'enjeux avec de vraies implications émotionnelles, et Nolan multiplie les personnages secondaires. Celui du jeune flic idéaliste, joué par Joseph Gordon-Lewitt, est intéressant mais seulement esquissé, comme pour préparer une nouvelle saga avec un autre personnage. Celui de Marion Cotillard est un artifice scénaristique préparant la mécanique du traditionnel "coup de théâtre" qu'affectionne Nolan, et sert si peu, à part éclairer quelques secondes le personnage de Bane, plus troublant qu'il n'y paraît. Il faut certes reconnaître que Nolan, qui affectionne les faux-semblants, reste maître en la matière, mais au fil des films cela sent un peu le réchauffé, la mécanique bien huilée. Il y a peu de prise de risque, tout comme dans la musique où Zimmer fournit une musique "wall-to-wall", présente du début à la fin, souvent assommante, qui étouffe une mise en scène déjà peu inspirée. C'est d'ailleurs une scène muette, le premier affrontement mano à mano entre Bane et Batman qui ressort comme la scène de confrontation la plus réussie du film. Bien filmée et bien montée, sans effet, elle prouve que Nolan a encore la forme. C'est malheureusement l'une des seules prises de risque de ce film passablement ampoulé et prétentieux, souvent incohérent (alors que Nolan semble vouloir ancrer son histoire dans un univers crédible).

Mais pour finir, reconnaissons quelques fulgurances à cet ultime opus. Il y en a, surtout dans le dernier quart d'heure. Malgré un "time-lock" poussif (une bombe va exploser, pas très original), Nolan orchestre en crescendo, comme à son habitude, plusieurs scènes très belles avec les personnages secondaires. Les larmes du vieil Alfred (Michael Caine), unique proche et ami de Bruce Wayne, quasiment parent de substitution, sont bouleversantes. Elles sont un aveu d'échec pour ce personnage qui a tout donné et qui s'est senti trahi. Cette petite scène modeste et simple sonne juste, car ici Nolan tient un sujet humain, en écho à la destruction démesurée et un peu vaine qui a précédé. Finalement, ce qui reste, c'est un peu de cinéma, de beauté, mais pas une oeuvre ou un propos de cinéaste. Nolan n'a pas de regard sur le monde réel. On se demande même s'il aime ses personnages, quand ceux qui auraient mérité plus d'attention sont autant bâclés. C'est dommage. Peut-être que Nolan devrait simplement revenir à ses premiers amours, ses films à tiroirs dont il a le secret et pour lequel il a un talent indéniable, sans prétendre filmer une violence complaisante.

Sylvain Rivaud

 



FILMS en Salle
NOUVEAUTES BO
CRITIQUES BO
COMPOSITEURS - Interviews - Jeunes Talents
CINEASTES
NEWS
DOSSIERS : Articles - Guide pratique - Ouvrages
FORUM : Discuter sur les BO
Cinezik.org : L'Equipe - Mentions Légales - Partenaires - Liens - Presse

Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org

©2005-2011 Cinezik - www.cinezik.org - Tous droits reservés
Modifier cette critique (réservé à l'admin)


sociaux

Contact


Pour soutenir Cinezik :
Achetez vos BO via ce lien Amazon
Désactivez - pour le domaine Cinezik.org - l'extension Adblock de votre navigateur (la publicité vous permet de consulter le site gratuitement).

critiques
 Intw : Sharunas Bartas et la musique de film
 Alain Jomy au Portugal avec A UNE HEURE INCERTAINE
 Quelles musiques dans les films du 10 février 2016?
 A.Zekke / S.Bartas : la simplicité des mélodies
 Nouveautés BO : notre sélection de la semaine
 Intw Naël Marandin, les ballades de LA MARCHEUSE

infos
 Quelles musiques dans les films sortis le 10 février 2016 ?
 Magritte du cinéma 2016: An Pierlé gagnante pour la musique du TOUT NOUVEAU TESTAMENT, grand vainqueur de la cérémonie.
 Lumières 2016 : Grégoire Hetzel gagne le prix de la meilleure musique de film pour LA BELLE SAISON et TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE.
 Nouveautés BO : notre sélection et annonce des labels au 8 février 2016

+ d'infos

agenda
 13 et 14 février 2016 :
Ciné-concert INDIANA JONES au Palais des Congrès de Paris

 14 février 2016 :
BAFTA 2016 : les nommés pour la musique sont...

 26 février 2016 :
CÉSAR 2016 : les nommés pour la musique de film sont...

 28 février 2016 :
OSCARS 2016 : les nommés pour la musique de film sont...


Agenda complet



ensalles
 La Marcheuse (Naël Marandin)
 Les Filles au Moyen Âge (Hubert Viel)
 Carol (Todd Haynes)
 Les Huit salopards (Quentin Tarantino)

+ de films en salles

parutions
 Janis (Janis Joplin)
 Tumbledown (Daniel Hart, Damien Jurado)
 La Vache (Ibrahim Maalouf)
 Ce Sentiment de l'été (David Sztanke / Tahiti Boy)

+ de parutions

critiques
 007 Spectre (Thomas Newman)
 Jurassic World (Michael Giacchino)
 La Tête haute (Eric Neveux)
 Mad Max: Fury Road (Junkie XL)

+ de critiques

projets à venir

La musique de Agents of S.H.I.E.L.D réalisé par Joss Whedon, Jed Whedon, Maurissa Tancharoen   sera composée par Bear McCreary  


---- Publicité ----



Imprimer cette page :

Partager cette page :

       Partager cette info par mail

 

Connexion réussie