Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Dinosaure  (2000)

Dinosaur

Walt Disney Records (17 septembre 2007) - 0:51:45 - CD et digital | Réédition


Les studios Disney se sont tourné pour la première fois vers James Newton Howard afin d'apporter un peu de nouveauté à la musique de leur nouveau long-métrage animé. Le compositeur signera peu après la musique de "Atlantide, l'Empire Perdu" pour le même studio. Avec « Dinosaur », on retrouve tout ce qui fait le style de James Newton Howard : thèmes frais et mémorables, choeur grandiose, écriture orchestrale très soignée, lyrisme grandiose, passages d'action massifs et percutants.

Dinosaure

Tracklist

1. Inner Sanctum / The Nesting Grounds (02:57)
2. The Egg Travels (02:43)
3. Aladar & Neera (03:29)
4. The Courtship (04:13)
5. The End Of Our Island (04:00)
6. They're All Gone (02:08)
7. Raptors / Stand Together (05:37)
8. Across The Desert (02:25)
9. Finding Water (04:14)
10. The Cave (03:40)
11. The Carnotaur Attack (03:52)
12. Neera Rescues The Orphans (01:13)
13. Breakout (02:43)
14. It Comes With A Pool (03:01)
15. Kron & Aladar Fight (02:58)
16. Epilogue (02:32)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

On notera la présence majestueuse des chants africains et du chanteur Lebo M, avec qui James Newton Howard collabora autrefois sur « Outbreak », mais aussi plus connu pour sa participation au « Lion King » de Hans Zimmer. Lebo M offrit aussi ses services pour les besoins de musiques de film tels que « Power of One », « Congo » de Jerry Goldsmith ou bien encore « The Color Purple » de Quincy Jones. Bref, autant dire que le chanteur sud-africain est un habitué de ce type de production musicale. Dans « Dinosaur », les quelques parties vocales africaines apportent une certaine puissance émotionnelle aux images du film, tout en soulignant les immenses décors naturels du film rappelant au passage que le contient africain est souvent considéré comme le berceau originel de l'humanité au temps de la préhistoire.

Le thème principal de « Dinosaur » évoque clairement la grande aventure d'Aladar et de ses amis. Introduit dès la scène du début où un ptérodactyle fait voler son oeuf au dessus du continent, le thème illustre cette scène magnifique sur un ton plus aérien et grandiose : d'une majestuosité incroyable, le thème nous entraîne avec énergie et émotion dans un univers magique et grandiose, un thème frais et inspiré dont seul James Newton Howard en possède les secrets, à mi-chemin entre les envolées épiques de « Waterworld » et la bravoure héroïque de « Postman ». Le second thème du score, qui apparaît moins souvent, illustre quand à lui la solidarité qui unit la troupe des dinosaures dans leur quête du continent des nids, et s'impose par son caractère puissant et déterminé, un thème de grande qualité ici aussi. JNH nous offre un intéressant travail de développement de son thème tout au long de cette aventure grandiose, Le compositeur nous démontre ici avec brio toute l'étendue de son talent d'écriture orchestrale, faisant la part belle aux cordes et aux cuivres dans les passages les plus mouvementés. Ainsi, la destruction du continent est illustrée de façon plus terrifiante dans la musique. L'attaque des raptors et le combat final entre Kron et Aladar possède quand à lui toute la sauvagerie et la puissance musicale que l'on était en droit d'attendre de James Newton Howard, utilisant pour l'occasion toute une série de percussions exotiques du plus bel effet pour renforcer le rythme sauvage de ce combat sans merci. A noter que quelques parties synthétiques plus discrètes apparaissent à quelques reprises afin d'apporter une couleur plus particulière aux morceaux plus atmosphériques de la partition, tout en demeurant très discret par rapport à la partie orchestrale et aux instruments solistes du score (flûte au début du film, chant africain, guitare ethnique par moment, etc.).

Mention spéciale aux choeurs africains utilisés dès le début du film pour la traversée du désert et pour l'épilogue finale. Avec des rythmes enjoués dans la plus pure tradition musicale de « The Lion King », les choeurs africains accompagnent la joie des lémuriens au début du film, tandis qu'ils renforcent la solidarité des dinosaures traversant le désert vers le premier tiers du film, suggérant par la même occasion un épilogue magnifique pour la fin d'une belle aventure. Accompagné par quelques percussions ethniques du plus bel effet, ces chants sont tout simplement magnifiques ! Le chanteur Lebo M et son équipe ont participé de manière énergique et remarquable sur la musique de James Newton Howard, tout en conserver cette joie de vivre que le chanteur a toujours sut faire ressortir dans ces chants (voir « The Lion King » et ses arrangements vocaux grandioses pour « Rythm of The Pridelands »). On ne pourra pas non plus passer à côté du magnifique « The Courtship » pour la scène où les lémuriens entament avec leurs femelles un jeu de la séduction dans les arbres, les voix africaines apportant ici une énergie incomparable à cette très belle scène du film - sans aucun doute l'un des plus beaux morceaux du score de « Dinosaur » ! On retrouve d'ailleurs quelques passages écrits dans un style plus proche des musiques habituelles de dessin animé, peu nombreux mais néanmoins présents, notamment lorsque l'on voit les lémuriens s'amuser avec Aladar au début du film. Ces passages plus légers et comiques permettent à JNH d'utiliser quelques touches de mickey-mousing agréables, indissociables de l'univers de Disney.

La partition de JNH est un pur concentré d'énergie, d'action et d'émotion diverses. Le compositeur multiplie ici les ambiances et passe d'une émotion à une autre avec une aisance rare. De l'exubérance du début (« The Egg Travels ») aux déchaînements orchestraux enragés et dissonants des carnotaures (« The Carnotaur Attack ») sans oublier les passages plus intimes (« Aladar & Neera ») et héroïques (« Across The Desert »), on ne pourra pas rester indifférent face à l'énergie que déploie James Newton Howard tout au long du film, accouchant au final d'une partition grandiose, évocatrice d'une aventure fabuleuse dans une époque révolue. L'inoubliable thème principal représente à lui seul toute la magie et la beauté de cette grande aventure, tout en conservant un ton d'action/aventure épique hérité de « Waterworld ». Avec la très spectaculaire partition musicale de « Dinosaur », James Newton Howard vous transportera dans le monde de la préhistoire façon Disney comme vous ne l'avez jamais (vu) entendu ! Une partition remarquable en tout point !

Quentin Billard

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis