Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Grand froid  (2017)

(juin 2017) |


Christophe Julien retrouve Gérard Pautonnier sur son premier long après ses court-métrages "Chippendale Barbecue" (2006) et "L'étourdissement" (2015) avec une partition insolite jouant l'ironie en convoquant par ses sonorités de blues (banjo, guitare) les grands espaces d'un western ou d'un road movie, alors qu'il est question du lieu clos et étroit d'un cercueil. Un aspect fantastique est convoqué par des tambours indiens amenant une certaine incantation. On y entend aussi la voix féminine de Mesparrow, à la fois au sein de la musique originale mais aussi à travers la chanson "On the Cliff".

[© Texte : Cinezik]
Grand froid

Autour de cette BO

Tracklist 

"O Salutaris Hostia" - Rossini
"Toccata et Fugue en Ré mineur" - J.S Bach
"Degré" - ONOFF
"On the Cliff" - Mesparrow (à 54' + générique de fin)

Propos du réalisateur

En tant que réalisateur, on ne laisse jamais vraiment faire, on laisse des espaces pour que le compositeur puisse exprimer, comme pour les comédiens, mais on a toujours quelque chose de précis en tête. Après, tout dépend de la manière de le traduire. Pour GRAND FROID, j'ai juste demandé à Christophe Julien de mélanger du blues à des choses indiennes. J'avais en tête ce blues pour l'aspect road movie, et les chants indiens parce que je voulais travailler sur l'incantation. On est parti avec ce brief de départ. Je travaille aussi beaucoup avec une playlist 2/3 ans avant. Je pars avec une vingtaine de musique et plus j'avance dans le scénario, j'en enlève, et à la fin il m'en reste 5/6. Ce sont des références à son attention. Je ne lui donne pas trop tôt, car ça évolue. Il y a aussi un aspect western avec le banjo. Il y a des tambours indiens. La musique est un personnage qui évolue en fonction du film, comme un comédien, ce n'est pas la même musique au début qu'à la fin. Elle gagne en intensité. Je travaille beaucoup la composition pendant le montage. J'envoie des scènes au compositeur, il me les renvoie avec la musique. Il y a beaucoup d'allers/retours. Et le montage s'adapte à sa musique. J'avais aussi dans ma playlist de départ la chanteuse Mesparrow. Je suis allé la rencontrer et je l'ai mise en contact avec le compositeur pour qu'ils puissent travailler ensemble. Elle a donc fait toutes les voix du film, tout en récupérant une de ses chansons pour le générique de fin. Il était pour moi important de ne pas juste prendre sa chanson, mais de la pousser à collaborer avec le compositeur. Je rends aussi hommage au monteur Nassim Gordji Tehrani qui m'a amené beaucoup de musiques, notamment les morceaux classiques (Bach, Rossini).

Gérard Pautonnier
Propos recueillis par Benoit Basirico au Festival d'Aubagne

Nos articles sur cette BO

Autres BO du compositeur

Vos avis