Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Paradis perdu  (2012)

(Juillet 2012) |


Pour le premier long-métrage de la réalisatrice Ève Deboise, on peut entendre l'opus 72 de Dvorak.

Paradis perdu

Autour de cette BO

Propos de la réalisatrice sur la musique :

Au montage, nous en avons encore enlevé. Et le silence a pris peu à peu une place très importante. Un silence peuplé des sons de la nature : insectes, oiseaux, vent... Du coup, toute musique était à manier avec précaution.
J'ai réécouté ces danses hongroises de Dvorak, dont certains fragments sont très romanesques. Dans la scène d'anniversaire, sortant de la radio, cet opus 72 semblait directement venir du cœur de Lucie, de ses yeux amoureux posés sur son père.
Lucie a quelque chose de placide, c'est une eau dormante, mais en elle, il y a cette musique passionnée où s'expriment ses élans et ses peurs. C'est devenu son thème et nous l'avons réutilisé ailleurs, en contrepoint au rock sensuel et au slow italien qui font partie du récit.

Ève Deboise.

Tracklist : 

Lucie (Pauline Etienne) offre une radio à son père.
Cette radio diffusent trois morceaux, le père et sa fille dansent l'un contre l'autre sur les deux derniers titres : 

Opus 72 - Dvorak : 
(Outre la séquence de la radio, ce morceau parsème le film)

 "Rock Billy Boogie" - Johnny Burnette
 

"Uncertain Times" - The Raveonettes

Nos articles sur cette BO

Boutique

Vos avis