Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

 

Compositeurs

JEUNE FEMME (Caméra d'or, Cannes 2017) / Interview Léonor Serraille & Julie Roué : le panache des chansons pour une femme en crise
#Cannes2017,

Propos recueillis à Cannes par Benoit Basirico - Publié le 28-05-2017
jeune-femme,rouet,serraille,Cannes 2017, - JEUNE FEMME (Caméra d'or, Cannes 2017) / Interview Léonor Serraille & Julie Roué : le panache des chansons pour une femme en crise

 Accédez à notre espace dédié du 70e Festival de Cannes 2017



Pour JEUNE FEMME (qui a remporté la Caméra d'Or du Premier film à Cannes), Julie Roué signe les chansons du premier film de Léonor Serraille, dont celle du générique de fin "Like A Dog". Elles se retrouvent après le moyen-métrage "Body" (2016) où il était déjà question de chansons. Elles s'étaient alors rencontrées grâce à la chef opératrice Émilie Noblet, également réalisatrice pour laquelle Julie Roué a travaillé.

Interview Léonor Serraille & Julie Roué

Cinezik : A quel moment avez-vous pensé aux chansons qui ponctuent le film ?

Léonor Serraille : Avant que le film soit écrit, j'avais en tête un morceau de jazz, "Las Vegas Tango" de Gil Evans, présent dans le film, car j'avais l'impression que ce morceau épousait le mouvement et l'itinéraire du personnage. JEUNE FEMME est le portrait d'une femme (Paula / Laetitia Dosch) seule dans Paris qui vit des choses très contrastées. Il fallait que le film vibre comme elle, qu'on voyage avec elle. Elle est de tous les plans, on a besoin de se sentir proche d'elle, de ressentir des choses très fortes. Il était donc naturel d'imaginer qu'il y ait de la musique dans ce film, au-delà même de ce morceau de jazz qui comptait beaucoup pour moi.
Au début du film, on est dans une crise. Elle est rejetée, elle sort d'un hôpital, c'est très violent, et j'imaginais la musique comme quelque chose qui allait nous sauver dès le début. On part avec elle en musique avec panache et avec force.

Pourquoi avoir fait appel à Julie Roué pour l'écriture de ces musiques ?

L.S : J'avais déjà travaillé avec Julie sur "Body" (2016), mon moyen métrage. J'étais assez impressionné par tout ce qu'elle pouvait faire. J'avais envie de remettre ça. C'était juste naturel, comme pour pas mal de gens de l'équipe, de retravailler ensemble.

Toutes les chansons ont-elles été conçues spécifiquement pour le film ?

Julie Roué : Il y a une partie des morceaux qui proviennent de mon catalogue et que j'avais fournis au montage en disant qu'ils pouvaient puiser dedans comme ils voulaient. Il y a donc une moitié des chansons qui existaient déjà, et une autre moitié qui sont des demandes spécifiques. Et puis il y a aussi des chansons écrites pour le film mais qui n'ont pas été utilisées, qui seront peut-être dans le prochain film... La chanson la plus emblématique du film est "Like A Dog", présente dans le générique de fin, c'est une demande de Léonor. Cette musique passe aussi dans une fête, Paula est seule à danser dessus, quelque part c'est la musique qui lui ressemble. Cette chanson était passée plein de fois sur le tournage, elle danse en l'ayant beaucoup entendue.

L'emplacement des chansons était prévu dés l'écriture ?

L.S : Rien n'était figé. On prenait toutes les libertés, il n'y avait pas de limites. Parfois on était sûr de quelque chose, puis au montage ce n'était pas ce qu'il fallait.

J.R : Et le statut des chansons change souvent. Par exemple la musique "Révolution Day" entendue dans la cave, elle commence pas forte sur la séquence qui précède dans la rue, puis se prolonge ensuite quand on arrive dans les toilettes où Paula dit "écoute la musique c'est la fête". Il y a plein de moments comme ça où la musique change de statut. On l'a fait aussi dans le centre commercial.

Julie, écrire des chansons, était-ce votre activité avant ce film ?

J.R : Ma formation initiale est monteur-son et ingénieur du son, puis sur le tard j'ai pris des cours d'écriture, d'harmonie et d'orchestration. Mais j'ai un goût pour la pop qui existe depuis toujours. Le travail sur les chansons est une chose qu'on me demande de plus en plus, et je revendique le droit de faire des choses très variées, cela peut aller du classique, au symphonique, à l'électro, en passant par la Pop. En tout cas avant les chansons de JEUNE FEMME je n'avais pas fait d'albums, c'est quelque chose que je commence à faire maintenant parce que j'y prend goût. J'ai beaucoup aimé faire la chanson "Like A Dog", dans un style un peu "cheep" de musique des années 80 avec des boîtes à rythme.

Parlez-nous de l'interprétation vocale de cette chanson...

J.R : Elle est la signature de la personnalité de Paula, et je me disais que si c'était moi qui l'interprétait, elle allait être trop sage, car je suis quelqu'un de carré, donc j'ai fait appel à une amie réalisatrice Angèle Chiodo, à qui j'ai demandé de chanter. Elle a une voix un peu particulière en anglais, je savais qu'elle allait poser les paroles de la chanson de manière très originale.

A t-elle été remaniée entre la première version et la définitive ?

J.R : Cette chanson qui a été utilisée pour un moment de danse, je l'ai un tout petit peu remixée par la suite pour la version du générique de fin, mais il n'était plus question de trop la toucher puisque le morceau était déjà dans le film en son direct. Mais globalement, pour toutes les chansons, ce sont quasiment toujours les premières versions qui restaient, sans devoir y toucher.

 

Propos recueillis à Cannes par Benoit Basirico - Publié le 28-05-2017

 Accédez à notre espace dédié du 70e Festival de Cannes 2017

Vos avis