Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Le Monde de Narnia : chapitre 2 - Prince Caspian  (2008)

Disney Records (13 mai 2008) | Original Score [musique originale]


 

Harry Gregson-Williams, qui avait signé la musique du premier chapitre, retrouve ici pour la quatrième fois le réalisateur Andrew Adamson (après les deux premiers Shrek). Le disque se clôt par quatre chansons dont une de Regina Spektor, chanteuse indépendante américaine d'origine russe qu'il est étonnant de retrouver sur une telle production !



[© Texte : Cinezik] •
Le Monde de Narnia : chapitre 2 - Prince Caspian

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Prince Caspian Flees (4:33)
2. The Kings And Queens of Old (3:26)
3. Journey To The How (4:39)
4. Arrival At Aslan's How (2:53)
5. Raid On The Castle (7:00)
6. Miraz Crowned (4:42)
7. Sorcery And Sudden Vengeance (6:15)
8. The Duel (5:51)
9. The Armies Assemble (2:17)
10. Battle At Aslan's How (5:14)
11. Return Of The Lion (4:10)
12. The Door In The Air (7:50)
13. Regina Spektor : The Call (3:07)
14. Oren Lavie : A Dance 'Round the Memory Tree (3:38)
15. Switchfoot : This Is Home (3:58)
16. Hanne Hukkelberg : Lucy (4:31)

Nos articles sur cette BO

Il faut bien avouer que depuis 2005 (avec Kingdom of Heaven et le premier volet de la saga Narnia), l'ami Gregson-Williams ne nous avait pas offert grand chose d'intéressant, hormis Déjà Vu et The Number 23, scores davantage séduisants pour leurs innovations et leurs sonorités que pour leur ambition. Les retrouvailles d'une production de grande envergure a donc de quoi exciter quand on sait que dans ce domaine, le bonhomme se retient presque de puis quatre ans.

Et ça commence franchement bien avec "Prince Caspian Flees", pièce d'action franchement bien écrite, rythmée et enlevée (étonnant pour une ouverture !), qui est tout ce qu'on pouvait attendre de lui, tandis que "Journey To The How" émerveille par ses sonorités cristallines héritées du magnifique Kingdom of Heaven. "Arrival At Aslan's How" est une belle reprise, ample, lente et lyrique, du fameux thème de la bataille entendu dans le premier volet de la saga. Dans "Raid on the Castle", Harry étonne en introduisant davantage d'électronique à sa partition, avec des cordes rythmées et des percussions d'une précision à couper au couteau. Le résultat ressemble à un mix miraculeux entre Kingdom of Heaven (avec ses choeurs montants) et la virtuosité d'un John Powell sur La Vengeance dans la peau ! Ce morceau dantesque donne l'impression d'une finesse propre à Harry alliée avec l'énergie d'un Zimmer ou d'un Powell (quelques cuivres viennent soutenir cordes et percussions au cours du morceau). "Miraz Crowned" continue dans l'action et la démesure avec des cuivres, des percussions et un choeur d'homme digne du Seigneur des Anneaux, tandis que "Sorcery and Sudden Vengeance" distille un suspense latent avec des cordes vibrantes et des choeurs dissonants, reprenant en fin de course le choeur de "The Battle" issu du premier score avec un ton terrifiant. Aucun doute : exit la magie du premier film, celui-ci est carrément plus sombre et tortueux. Tant mieux.

Confirmation avec "The Duel", pièce aux sonorités qui font froid dans le dos, tandis que "Battle at Aslan's How" est une sorte de remake de "The Battle" du premier score, en un peu plus épuré, et un peu plus énorme aussi. Une grandiloquence assumé dans "Return of the Lion" et ses choeurs plein d'espoir à l'issue d'une bataille qu'on imagine victorieuse. La musique de Harry se fait alors plus délicate et apaisée ("The Door in the Air").

Avec ce score, Harry Gregson-Williams gagne en vivacité ce qu'il perd en subtilité. L'écriture est toujours soignée mais il semble privilégier l'action et le grandiose, le grand spectacle, plutôt que la magie, l'émerveillement et l'introspection qui enveloppait encore le premier opus. Pas ou peu de thèmes nouveaux, mais un beau développement, et des morceaux ambitieux qui font franchement plaisir et un ton qui se radicalise (plus sombre, plus violent). Pour un film dont on n'attends rien, mission largement réussie. Andrew Adamson aura au moins permis à Harry de nous pondre rien de moins que l'un des meilleurs scores de 2008.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis