Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

U-571  (2000)

Super Tracks - Promo (2000) | Original Score [musique originale]



La BO d'U-571 se partage entre des moments sombres, d'autres plus dramatiques et des moments de réel héroïsme vibrants et solennels. Nous serions tenté de dire que son écriture orchestrale est très réussie mais qu'on ne pourra qu'une fois de plus faire le rapprochement avec le style de Jerry Goldsmith.

[© Texte : Cinezik] •

U-571

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1-End Credits #1 2.16
2-Sub Battle 5.46
3-Material Office 1.14
4-Chase 2.54
5-Finale and Dedication 4.41
6-Picking Up Survivors 2.41
7-S-33 Leaves Port 1.43
8-Big Leaks 1.46
9-Restarting The U-571 1.07
10-Going To 200 Meters 1.05
11-Destroyer Battle 8.36
12-Enigma Photo/Swastika 2.09
13-Pier Intro 0.55
14-Lock and Load 2.17
15-Taking The U-571 1.44
16-Tyler Picks Trigger 1.15
17-U-571 Rises/Trigger Struggles 2.34
18-S-33 Sinks 2.22
19-Searching Below 2.14
20-Opening/U-571 Attacks 2.30
21-U-571 Surfaces 1.24
22-Tyler's Torpedo Plan 5.10
23-Quiet Theme (End Credits #2) 3.38

Nos articles sur cette BO

Richard Marvin est un compositeur peu connu, ayant participé à quelques films de Mostow, dont il a signé par exemple la musique additionnelle de 'Breakdown' pour lequel Basil Poledouris a assuré un score moyen et sans grand intérêt. Sur 'U-571', probablement son oeuvre la plus importante jusqu'à maintenant, il a eu comme mot d'ordre de suivre les traces de Jerry Goldsmith sur 'Air Force One'. Effectivement, beaucoup ont remarqués que le score de 'U-571' ressemblait à s'y méprendre à celui de 'Air Force One'. Il est fort à parier qu'une fois de plus les écrasants temp-tracks soient à l'origine de cela. On ne peut pas vraiment parler de plagiat mais plutôt de recyclage, Marvin réutilisant le même style d'écriture symphonique que Goldsmith. Quoiqu'il en soit, 'U-571' reste un très bon score malgré ce gros défaut.

Sur le plan thématique, Richard Marvin a crée un superbe thème principal, un hymne à la bravoure et au courage. A ce propos, on notera le magnifique 'Finale and Dedication' pour la fin du film qui rend hommage à tout ces hommes qui se sacrifièrent pour ces missions périlleuses durant la dernière guerre. C'est un véritable hymne aux héros qui conclut le film et qui rejoint finalement la tagline du film: "Les héros sont des hommes ordinaires qui font des choses extraordinaires dans des situations exceptionnelles". Cette idée résume très bien le film et ressort grandement dans le score de Richard Marvin, l'idée que nous sommes tous capables d'accomplir un exploit, pour peu que nous sachions trouver le courage au fond de nous même. Petite parenthèse pour signale la très belle utilisation de 'Finale and Dedication' vers la fin de la bande-annonce de 'Enemy at The Gates' de Jean-Jacques Annaud. Marvin utilise son thème dans les moments héroïques évidemment, évoquant la détermination de Tyler et de ses hommes.

Le reste du score repose sur une texture action/suspense incroyablement efficace à l'écran et tout aussi prenant que le film. Evidemment, là aussi, on retrouve le style action de Goldsmith de 'Air Force One'. Beaucoup ont cités plus particulièrement 'The Hijacking' de 'Air Force One' (certains surnomment même ironiquement ce score 'Air Force Two'!). Quoiqu'il en soit, comme nous l'avons déjà dit, 'U-571' est un score prenant et qui réussi son but: accentuer l'émotion du film, l'accompagner et renforcer ses images. Les parties d'action telles que 'Sub-Battle', 'The Chase' ou le très intense 'Destroyer Battle' sont des merveilleux exemples de pièces d'action percutantes et très entraînantes, dont l'impact sur les images semblent rejoindre celui des maîtres du genre. Les 8 minutes de 'Destroyer Battle' accompagnent à merveille la bataille contre ce destroyer allemand vers la fin du film, un combat acharné et tendu dans lequel Tyler va devoir ruser avec le sous-marin en mauvais état, secoué et endommagé par le grenadage intempestif du destroyer. La musique est très tendue, on y retrouve les caractéristiques d'écriture du genre: caisse percutante et percussion puissante, cuivres guerriers et cordes excitées, sans oublier le piano thriller cher à Goldsmith et que l'on trouve dès l'ouverture du film avec la première bataille de l'U-571 qui fera penser ici aussi à 'Air Force One'. Un impact intense donc dans les scènes d'action du film, que ce soit pour la séquence où Tyler s'empare de l'U-571 ou celle où il doit lutter contre un U-boat allemand et un destroyer. A ce propos, Marvin décrit aussi les allemands avec un petit motif sombre et menaçant qui rappelle une fois de plus Air Force One avec le thème des russes, plus ou moins similaire dans 'U-571'.

Mais la partie suspense réserve elle aussi de très bons moments. Marvin décrit un climat suffoquant voire oppressant avec des cordes dissonantes et tendues, évoquant clairement la tension des moments les plus dangereux pour l'U-571 (descente périlleuse jusqu'à 200 mètres, là où la pression commencer à écraser la coque de l'engin, etc.). Ces passages rappelleront plutôt les sombres moments du score de Klaus Doldinger pour 'Das Boot', sans pour autant vraiment copier sur ce score. Impossible de ne pas ressentir la peur, celle de couler ou d'être écrasé par la pression dans ces passages de la musique de Marvin.

Que dire de plus si ce n'est que la BO d'U-571 se partage entre des moments sombres, d'autres plus dramatiques (lorsque Tyler doit abandonner son commandant dans l'eau pour plonger par exemple) et des moments de réel héroïsme vibrants et solennels. A ce propos, on notera les deux excellentes pièces de 'End Credits', la première reprenant l'hymne du thème principal sous forme d'une marche solennelle et vibrante, la deuxième utilisant un autre thème composé exprès pour le générique de fin et sans lien avec le reste de la musique ('Quiet Theme-End Credit #2') dans le même style que le thème principal, une marche/hymne solennelle évoquant ici aussi le courage et la bravoure de ses hommes près à risquer leurs vies pour cette mission.

Bilan positif donc malgré le gros défaut de la partition impersonnelle de Richard Marvin pour 'U-571'. Nous serions tenté de dire que son écriture orchestrale est très réussie mais qu'on ne pourra qu'une fois de plus faire le rapprochement avec le style de Jerry Goldsmith. Ceci dit, il y'a une telle force dans cette musique, un tel impact dans le film que l'on ne peut pas descendre complètement cette musique. Le fait que le score calque la composition de Goldsmith ne doit pas faire oublier avant tout l'intérêt premier d'une musique de film: accompagner un film, renforcer son émotion. Pari réussi pour Richard Marvin avec 'U-571'. On attendra maintenant une oeuvre plus personnelle qui fera ressortir le style de ce compositeur peu connu, en espérant qu'il saura saisir à l'avenir des projets plus personnels et ambitieux.

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis