Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

X-Men : le commencement  (2011)

X-Men: First Class

Sony (30 mai 2011) | Original Score [musique originale]



Henry Jackman retrouve le réalisateur Matthew Vaughn après KICK-ASS, et succède sur la saga X-MEN à Michael Kamen, John Ottman, John Powell et Harry Gregson-Williams.

[© Texte : Cinezik] • 0886443035423

X-Men : le commencement

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. First Class
2. Pain and Anger
3. Would You Date Me?
4. Not That Sort Of Bank
5. Frankenstein's Monster
6. What Am I thinking
7. Cerebro
8. Mobilise For Russia
9. Rise Up To Rule
10. Cold War
11. X-Training
12. Rage and Serenity
13. To Beast Or Not To Beast
14. True Colours
15. Let Battle Commence
16. Sub Lift
17. Coup d'État
18. Mutant and Proud
19. X-Men
20. Magneto

Autour de cette BO

Nos articles sur cette BO

La partition musicale d'Henry Jackman est à coup sûr l'un des atouts forts de « X-Men First Class ». Le compositeur, issu du studio Remote Control et ancien compositeur additionnel pour Hans Zimmer, s'est fait remarquer ces dernières années pour des partitions diverses telles que « Monsters vs. Aliens », « Winnie the Pooh », « Gulliver's Travels » ou bien encore « Kick-Ass ». Avec « X-Men First Class », Jackman confirme qu'il est l'un des musiciens les plus prometteurs de l'écurie Remote Control et nous offre une partition d'action héroïque et prenante particulièrement réussie, et qui reste à ce jour l'une de ses meilleures musiques de film.

Le score repose avant tout sur deux thèmes mémorables, le thème héroïque et déterminé des mutants futurs élèves de Charles/Professeur X (« First Class »), et le thème plus sombre et entêtant de Magnéto (« Pain and Anger »), que l'on reconnaît aisément grâce à sa mélodie ascendante de trois notes, sans aucun doute l'attraction majeure de la BO de « X-Men First Class ». Si le thème principal de « First Class » se distingue par son hymne noble et héroïque sur fond d'ostinatos de cordes et de cuivres amples - rejoint par une section rock alliant batterie/basse/guitare électrique, qui se propose, à l'instar du film lui-même, de rajeunir un peu la musique de la saga - le thème de Magnéto possède un charisme et une force évidente à l'écran, un thème simple et très prenant qui correspond parfaitement au personnage torturé et néanmoins déterminé de Michael Fassbender dans le film. Dévoilé dans « Pain and Anger », le thème naît progressivement à la suie d'une première partie dissonante et chaotique, à base de cordes lugubres et de sonorités synthétiques glauques, évoquant la haine et la souffrance d'Erik. Puis, les cuivres et les cordes s'emparent alors du superbe thème de Magnéto, pour une première apparition spectaculaire et prometteuse - difficile aussi de s'ôter la mélodie de la tête après avoir vu le film. Rappelons que, même si Erik est encore du côté de Charles et ses mutants dans ce film, le thème ne laisse aucun doute quand au devenir du personnage, et ce dès le début du film. A une époque où les thèmes se font de plus en plus rares dans les musiques de blockbusters hollywoodiens, la fraîcheur thématique de « X-Men First Class » est assez étonnante et tout à fait appréciable. Si la tonalité dramatique et sombre de « Pain and Anger » ne laisse aucun doute quand aux choix d'Erik alias Magnéto dans le film, sa reprise finale dans « Magneto » est tout bonnement énorme, avec l'ensemble rock-électro dominé par les guitares électriques mélangées à l'orchestre : cette reprise finale évoque sans ambiguïté la concrétisation du personnage de Magnéto. Signalons que l'utilisation de touches rock est justifiée ici par le fait que l'histoire se déroule durant les années 60 (et ce même si cela sonne beaucoup trop moderne pour une musique des sixties !)

Loin de se limiter à ses deux thèmes, Henry Jackman nous offre aussi quelques passages plus intimistes comme dans « Would You Date Me ? » où il évoque, à travers un Love Theme poétique et délicate, l'amitié entre Charles et Mystique, avec une écriture très douce des cordes et du piano. Un passage comme « What Am I Thinking » est aussi plus nuancé, dans son écriture orchestrale et ses quelques touches synthétiques, tandis que « Cerebro » se propose de reprendre le thème héroïque de Charles et son école des mutants, accompagné de quelques notes de guitare et de cordes majestueuses sur fond de loops électro discrets. Le morceau se conclut sur une envolée du thème plus majestueuse et pleine d'enthousiasme, et qui apporte un véritable sentiment d'espoir entre deux passages sombres et agressifs. A ce sujet, impossible de résister à la puissance entêtante du thème de Magnéto, repris de façon toujours aussi sombre dans « Frankenstein's Monster », « Not That Sort of Bank » ou « To Beast Or Not To Beast ». Le Love Theme romantique et intimiste de piano de « Would You Date Me ? » revient de façon touchante au début de « To Beast Or Not To Beast », un très beau thème qui contraste avec les rythmes enthousiastes du thème de l'école des mutants, ou le thème entêtant de Magnéto. L'action n'est pas en reste, avec les passages plus énergiques et musclés de « Mobilise for Russia » ou « Cold War » qui rappelle le contexte de guerre froide du film (en plein coeur de l'Amérique des sixties), à travers de nombreuses ponctuations rythmiques soutenues, de cuivres massifs ou de samples électro typiques des musiques d'action made in Remote Control. Henry Jackman se montre d'ailleurs bien moins inspiré dans ses morceaux d'action, un passage comme « Rise Up To Rule » étant plus décevant dans son utilisation ultra conventionnelle, générique et impersonnelle de banques de son électro/action, et ce même si ces passages restent pourtant très impressionnants et assez intenses à l'écran. Les mutants de Charles ont droit à leurs propres morceaux, comme c'est le cas dans l'enthousiaste « X-Training » et ses rythmiques rock/électro fun mais bien trop moderne pour un film censé se dérouler en plein coeur des années 60. La bataille finale débute avec le furieux « Let Battle Commence », superbe morceau d'action du score de « X-Men First Class » agrémenté de loops électro survoltés et de guitare électrique rock, sans oublier l'impressionnant « Sub Lift » pour la scène où Magnéto soulève le sous-marin de Sebastian Shaw à la fin du film (avec quelques choeurs grandioses et solennelles lors de la superbe reprise épique du thème de Charles et les mutants), morceau malheureusement gâché par une utilisation plus terne des sonorités électroniques à la fin du morceau. « Coup d'Etat » nous propose quand à lui une envolée orchestrale dramatique, sombre et tragique, alors qu'Erik bascule définitivement dans le camp du mal et entraîne avec lui d'autres mutants prêts, désormais, à défendre sa cause. Cette atmosphère dramatique trouve écho dans le poignant « Mutant and Proud », et son écriture harmonique et élégiaque des cordes très inspirée du « Thin Red Line » de Hans Zimmer.

Vous l'aurez donc compris, Henry Jackman signe une solide partition synthético-orchestrale pour « X-Men First Class », qui parvient même à nous faire oublier l'immense déception d'Harry Gregson-Williams sur « X-Men Origins : Wolverine » et qui confirme encore une fois le talent du jeune compositeur, en passe de devenir l'une des valeurs sûres du studio Remote Control. Dommage que la musique de « X-Men First Class » paraisse encore trop souvent impersonnelle et engluée dans les conventions musicales du studio d'Hans Zimmer, car si l'utilisation des touches rock apporte un vrai plus à la partition, elle reste aussi assez discutable et confirme cette omniprésence lassante dans les productions Remote Control/Media-Ventures des sonorités rock/électro modernes bien à la mode. Malgré ses défauts, le score de « X-Men First Class » est de loin l'un des meilleurs travaux d'Henry Jackman et aussi une bien belle réussite, en particulier grâce à ses deux thèmes mémorables qui apportent une force certaine aux images du long-métrage de Matthew Vaughn : recommandé, donc !

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis