Les Incontournables

Voici par genre de films une sélection de BO cultes que tout béophile doit avoir dans sa collection.

Les incontournables : Coup de Coeur Cinezik

Ma vie avec John F. Donovan

Gabriel Yared

Gabriel Yared retrouve Xavier Dolan après "Tom à la ferme" (2013) et "Juste la fin du monde" (2016).

Deux fils

Limousine

Limousine, groupe jazz-rock exclusivement instrumental (saxo, claviers, guitare, batterie) emmené par Laurent Bardainne, signe la musique du premier film de Félix Moati.

Ecouter/Acheter

Sang Froid

George Fenton

 Le compositeur anglais George Fenton fait la rencontre du cinéaste norvégien Hans Petter Moland.

Ecouter/Acheter

Pachamama

Pierre Hamon

Le flutiste Pierre Hamon fait la rencontre de l'argentin Juan Antin sur ce film d'animation immergé dans le monde des Incas en retraçant les aventures de deux petits indiens de la Cordillère des Andes.

Ecouter/Acheter

Amanda

Anton Sanko

Le compositeur américain Anton Sanko fait son entrée dans l'oeuvre du français Mikhaël Hers pour son troisième film marqué par le deuil, avec une partition impressionniste, colorant le film par sa guitare mélancolique. 

Ecouter/Acheter

Boy Erased

Danny Bensi, Saunder Jurriaans

Danny Bensi et Saunder Jurriaans retrouvent Joel Edgerton après "The Gift" (2015).

Ecouter/Acheter

Mandy

Johann Johannsson

Le compositeur islandais Johann Johannsson, disparu en février 2018, a signé sa dernière B.O avec ce thriller de Panos Cosmatos dans un style années 80 (Tangerine Dream...) convoquant la batterie, les guitares et le synthé. Pepijn Caudron (Kreng) signe de la musique additionnelle.

Ecouter/Acheter

L’Ombre d’Emily

Theodore Shapiro

Theodore Shapiro retrouve Paul Feig après "Ghostbusters" (2016) et "Spy" (2015) et propose un thème régulier et plein de malices. On y entend par ailleurs des chansons françaises qu'écoutent Emily chez elle (Gainsbourg, Hardy, Bardot...) ainsi que Orelsan à la fin du film.

Ecouter/Acheter

Première année

Low Entertainment

Low Entertainment (Alexandre Lier au piano, Sylvain Ohrel à la guitare, Nicolas Weil à la basse) retrouve Thomas Lilti après "Hippocrate (2014) et "Médecin de campagne" (2016) avec une partition rythmée, dynamique, soutenue par la voix de Mikee Versatile.

Ecouter/Acheter

Under the Silver Lake

Disasterpeace (Rich Vreeland)

L'artiste de musique electronique Disasterpeace (alias Rich Vreeland) retrouve David Robert Mitchell sur ce thriller fantasmagorique (entre David Lynch et Richard Kelly) après le film d'horreur "It Follows" (2014), avec une partition placée sous l'influence de Bernard Herrmann. 

Ecouter/Acheter

La Nuit a devoré le monde

David Gubitsch

David Gubitsch signe la musique de ce film d'horreur, premier film de Dominique Rocher dans lequel l'acteur principal joue de la batterie, mélangeant sa musique au sound-design de Nicolas Becker & Maxence Dussere. On y entend aussi deux titres originaux, "Faded Moon" de Sébastien Schuller, interprété dans le film par l'actrice Golshifteh Farahani (qui pose pour la première fois sa voix sur une musique originale dans un film), et le plus techno "Vitesse" de Portland. 

Ecouter/Acheter

Les Garçons sauvages

Pierre Desprats

Pierre Desprats signe la musique du premier long-métrage de Bertrand Mandico (qui s'était fait remarquer dans le court et moyen métrage) avec une partition electrique envoutante d'inspiration Cold Wave, soutenue par des choeurs, et une chanson finale "Wild Girl" interprétée par Elina Löwensohn.

Ecouter/Acheter

L'Amour des hommes

Karol Beffa

Karol Beffa retrouve le cinéaste tunisien Mehdi Ben Attia après "Le fil" (2009) et "Je ne suis pas mort" (2012) avec une partition de harpe, piano, clarinette et cordes, mêlant la sensualité, le romanesque, le mystère et l'angoisse, instaurant un véritable hors-champs musical au parcours de cette photographe (Hafsia Herzi) magnifiant les corps masculins.

Burning

Mowg

Le compositeur sud-coréen Mowg fait la rencontre de son compatriote Lee Chang-dong avec une partition de guitares, percussions, claviers pour entretenir une tension. L'héroïne y danse seins nues face au coucher de soleil sur la musique de Miles Davis ("Ascenseur pour l'échafaud").

Ecouter/Acheter

Phantom Thread

Jonny Greenwood

Jonny Greenwood retrouve Paul Thomas Anderson après "There Will Be Blood" (2007), "The Master" (2012) et "Inherent Vice" (2014).

Ecouter/Acheter

Tout l’argent du monde

Daniel Pemberton

Daniel Pemberton retrouve Ridley Scott après "The Counsellor" ("Cartel", 2013).

Ecouter/Acheter

La Forme de l'eau

Alexandre Desplat

Alexandre Desplat fait la rencontre du cinéaste mexicain Guillermo del Toro avec un thème candide associé à Elisa (Sally Hawkins) dont l’instrumentation ludique passe du piano à l’orchestre, de l’accordéon à la flûte, une ritournelle caustique et tendre à la fois au sifflement mémorable. Cette partition vaut au compositeur son second Oscar. 

Ecouter/Acheter

Carré 35

Florent Marchet

L'auteur-compositeur-interprète français Florent Marchet retrouve le cinéma après "À moi seule" (Frédéric Videau, 2012) et "Going to Brazil" (Patrick Mille, 2016) en signant la musique du documentaire intime de l'acteur Eric Caravaca, lequel avait fait appel à Grégoire Hetzel sur sa première réalisation "Le Passager" (2005).

Ecouter/Acheter

The Secret Man - Mark Felt

Daniel Pemberton

Daniel Pemberton fait la rencontre pour ce biopic politique du réalisateur Peter Landesman, lequel avait fait appel à James Newton Howard sur "Concussion" (2015) et "Parkland" (2013). La partition avec un piano mélancolique, des cordes inquiétantes, des pulsations atonales, rappelle David Shire pour d'autres intrigues d'espionnage ("Conversation secrète").

Ecouter/Acheter

120 battements par minute

Arnaud Rebotini

Arnaud Rebotini, musicien de musique électronique français, fondateur du groupe Black Strobe, retrouve le réalisateur Robin Campillo après EASTERN BOYS (2014), dans la continuité de son style electro (dans l'esprit des clubs des années 90), avec des battements sourds (infrabasses) pour représenter le coeur, et l'apport d'une flûte et d'un piano mélancolique pour les instants plus dramatiques.

Ecouter/Acheter

Petit Paysan

Quentin Lepoutre (Myd)

Quentin Lepoutre (plus connu sous le nom de Myd) signe la musique du premier film de Hubert Charuel avec une partition electronique jouant sur le registre du thriller, avec des echappées cathartiques éloignant le film du réalisme. On entend le titre hip-hop "Phil" de Buck 65 en générique de fin.

La Planète des singes: Suprématie

Michael Giacchino

Michael Giacchino retrouve la saga et Matt Reeves après "Dawn of the Planet of the Apes" (2014) et livre une partition magistrale ! qui repose sur un parfait dosage entre l'épique (avec l'orchestre et les choeurs) et l'intime (le piano solo), et fait la synthèse entre les expériences percussives tribales et les dissonances de Jerry Goldsmith, les hymnes et les balades champêtres de Ennio Morricone, ou encore la marche militaire façon Elmer Bernstein ("La Grande évasion"). Michael Giacchino confirme qu'il est le meilleur compositeur hollywoodien du moment.

Ecouter/Acheter

A Ghost Story

Daniel Hart

Daniel Hart retrouve David Lowery après "Ain’t Them Bodies Saints" et "Pete’s Dragon", avec une partition obsédante qui illustre le deuil et l'au-delà. 'I Get Overwhelmed", un titre de Dark Rooms, le groupe de Daniel Hart, est entendu de façon récurrente dans le film.

Ecouter/Acheter

L'Amant double

Philippe Rombi

Philippe Rombi retrouve François Ozon une douzième fois sur ce thriller fantastique avec une partition surprenante pour laquelle le compositeur sort de son territoire habituel (mélodiste et orchestral), pour livrer une musique à multiples facettes, qui mêle l'acoustique et l'électronique, combine les aspects narratifs et atmosphériques, qui se maintient à la frontière du film de genre sans se priver dans quelques scènes d'une certaine radicalité expérimentale et dissonante.

Ecouter/Acheter

Ava

Florencia Di Concilio

Florencia Di Concilio signe la musique du premier long-métrage de Léa Mysius avec un violoncelle dont la rugosité instaure une contradiction avec la carte postale du bord de mer, pour une partition élaborée dans sa dimension sonore et organique, dans une recherche de sonorités incluant l'aspect primitif et tribal de percussions. La musique évolue par ailleurs avec le parcours des personnages pour devenir plus mélodique et s'achever avec le lyrisme des cordes illustrant l'envol de l'amour des deux adolescents.

Rodin

Philippe Sarde

Philippe Sarde retrouve son fidèle cinéaste Jacques Doillon pour la 11e fois depuis leur rencontre sur "Un sac de billes" (1975) avec une petite formation constituée de solistes (violon, piano, violoncelle) pour entrer avec finesse dans la tête du sculpteur et retranscrire son intériorité. La partition accompagne par des ostinatos ses gestes répétitifs, épouse le processus de création, tandis que le lyrisme des cordes illustre les troubles de la passion. Le compositeur convoque des références classiques (Debussy, Bach) pour ensuite bousculer les codes avec fracas. 

Ecouter/Acheter

Une vie ailleurs

Nicolas Kuhn

Nicolas Kuhn retrouve Olivier Peyon sur ce drame familial après le documentaire "Comment j'ai détesté les maths" (2013) avec une musique solaire, tendre, toujours généreuse, qui évite le pathos face au sujet dramatique de cette mère (Isabelle Carré) en quête de son fils en Uruguay. L'amérique du Sud est convoquée par la présence d'un bandonéon rappelant le tango et d'une guitare acoustique, sans pour autant jouer le folklorique, en restant près de l'émotion de son personnage.

Ecouter/Acheter

Logan

Marco Beltrami

Marco Beltrami retrouve James Mangold après "The Wolverine" et "3:10 to Yuma" avec une partition intimiste (ce qui surprend pour une telle production) aux sonorités cristallines, au piano ethéré, avec quelques échappées mélancoliques digne d'un Badalamenti.

Ecouter/Acheter

Split

West Dylan Thordson

West Dylan Thordson fait la rencontre de M. Night Shyamalan, lequel brise sa fidèle collaboration avec le compositeur James Newton Howard, avec une partition aussi torturée que l'état psychologique du personnage.

Ecouter/Acheter

Corniche Kennedy

Béatrice Thiriet

Béatrice Thiriet retrouve Dominique Cabrera au cinéma après "L'Autre côté de la mer" (1997), "Nadia et les hippopotames" (1999) et "Le Lait de la tendresse humaine" (2001). avec une partition hybride faisant le pont entre la musique urbaine et symphonique, oscillant entre le jazz cuivré sensuel et léger, les cordes minimalistes envoutantes, l'association étrange du piano et des sonorités electroniques, et le hip-hop (dont les chansons "Au large" et "Sirène" qu'elle a composées pour l'acteur-rappeur Kamel Kadri).

Ecouter/Acheter

A jamais

Bruno Coulais

Bruno Coulais retrouve Benoît Jacquot pour ce drame fantastique après le drame VILLA AMALIA, le thriller AU FOND DES BOIS, le film historique ADIEUX A LA REINE, le drame sentimental TROIS COEURS et l'historique JOURNAL D’UNE FEMME DE CHAMBRE  (2015). Sa partition de cordes parvient à un instaurer une tension, à convoquer l'horreur (on pense à "psycho" de Herrmann, notamment pour le morceau "Le rôdeur"), en prolongeant le trouble de cette femme en deuil. 

Ecouter/Acheter

L'Ami, François d'Assise et ses frères

Grégoire Hetzel

Grégoire Hetzel signe la musique du drame historique de Renaud Fely (et Arnaud Louvet) qui avait fait appel à Jean-Louis Murat sur son premier film "Pauline et François" (2010). Sa partition tantôt chorale, avec 4 flûtes, tantôt mélodique et sinueuse (avec un dialogue entre la flûte, le basson et le cor anglais ou un lent solo de flute), cherche à gagner un sentiment général de plénitude et d'élévation pour l'aspect religieux du film, tout en participant à l'ascèse de la mise en scène, au ton sec de cette oeuvre rigoureuse. Viennent s'ajouter pour dialoguer avec la flûte l'élégiaque cor anglais, et les sonorités profondes et masculines du basson.

Ecouter/Acheter

Jackie

Mica Levi

La chanteuse et compositrice anglaise Mica Levi (qui s'est fait connaitre avec sa première BO "Under the Skin" en 2013) signe la musique de ce film retraçant la vie de Jackie Kennedy (Natalie Portman) après l'assassinat de JFK à Dallas, premier film américain du cinéaste chilien Pablo Larraín.

Ecouter/Acheter

Le Voyage au Groenland

Minizza (Franck Marguin et Geoffroy Montel-

Le groupe de musique electronique Minizza (Franck Marguin & Geoffroy Montel) signe la musique de la nouvelle tragi-comédie de Sébastien Betbeder, lequel avait fait appel à Sylvain Chauveau sur "Nuage" (2007), à Bertrand Betsch sur "2 automnes 3 hivers" (2013) et Sebastien Tellier pour "Marie et les naufragés" (2016).

Ecouter/Acheter

La Reina de España

Zbigniew Preisner

Première collaboration du compositeur polonais Zbigniew Preisner avec le cinéaste espagnol Fernando Trueba.

Ecouter/Acheter

Premier Contact

Jóhann Jóhannsson

Le compositeur islandais Jóhann Jóhannsson retrouve le cinéaste québécois Denis Villeneuve après "Sicario" (2015) et "Prisoners" (2013) avec des textures lugubres, une atmosphère sourde, et des voix synthétiques marquant la présence extraterrestre.  On y entend aussi le titre "On the Nature of Daylight" de Max Richter. 

Ecouter/Acheter

Planétarium

ROB (Robin Coudert)

ROB (Robin Coudert) retrouve sa fidèle cinéaste Rebecca Zlotowski après BELLE EPINE et GRAND CENTRAL avec une partition lyrique enregistrée avec l'Orchestre d'Abbey Road (Londres) et une instrumentation variée (Trombone, Tuba, Congas, Sifflements, Mandoline). 

Ecouter/Acheter

Doctor Strange

Michael Giacchino

Michael Giacchino fait la rencontre de Scott Derrickson, lequel avait travaillé jusque là avec Christopher Young sur "The Exorcism of Emily Rose" (2005), "Sinister" (2012) et "Deliver Us from Evil" (2014). Le compositeur surprend pour sa première production Marvel en alliant le grandiose (avec choeurs, orchestre dans une dimension épique, à l'image de l'ouverture "Ancient Sorcerer’s secret") et l'intime (à l'image de "Hands Dealt", pièce minimaliste avec piano et cordes). On se réjouit du matériau thématique exploité (un thème au piano repris au clavecin) ainsi que de la richesse et de l'inventivité dans l'instrumentation (hormis le clavecin, nous entendons des guitares electriques, des flûtes, une harpe...), ce qui s'avère être une grande audace dans le contexte actuel du blockbuster américain anéantissant toute créativité et invention thématique. Par ailleurs, Giacchino s'amuse à mêler les références historiques, convoquant à la fois le clavecin baroque d'un siècle passé ("Go for Baroque") et des bizarreries electroniques (comme la voix digitalement inversée sur « A long strange Trip »). A ce propos, le morceau "Post op Paracosm" rappelle les expérimentations de Wendy Carlos remixant Beethoven dans "Orange mécanique". 

Ecouter/Acheter

Les Pépites

Camille Rocailleux

Camille Rocailleux signe la musique du documentaire de Xavier de Lauzanne sur les enfants dans la misère de Phnom-Penh au Cambodge, avec une partition inventive et insolite dans l'instrumentation (avec un côté enfantin et amusé) sans oublier la gravité du sujet avec un piano mélancolique qui revient au fil de cette oeuvre délicate.

Divines

Demusmaker

Demusmaker signe la musique du premier film de la française Uda Benyamina (Caméra d'or - Cannes 2016). On y entend divers titres existants tels que Azealia Banks / Chateau Marmont / Siboy pour les scènes de club, Mozart / Haendel / Vivaldi pour les scènes du danseur classique, et Max Richter pour les moments mélancoliques.

Ecouter/Acheter