Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Harry Potter et les reliques de la mort - partie 2  (2011)

Harry Potter and the Deathly Hallows - HP 7 Part 2

WaterTower Music (12 juillet 2011) | Original Score [musique originale]


Alexandre Desplat clôture la saga initiée par John Williams, après avoir signé la musique de la première partie de ce HP7 en retrouvant le même réalisateur. Pour boucler la boucle, on y entend le fameux "Hedwig's Theme" de Williams, célèbre signature musicale de la saga, et on entend également quelques notes de Nicholas Hooper, qui avait signé la musique des épisodes 5 et 6 réalisés par le même David Yates.

Harry Potter et les reliques de la mort - partie 2

Tracklist

1. Lily's Theme - 02:28
2. The Tunnel - 01:09
3. Underworld - 05:24
4. Gringotts - 02:24
5. Dragon Flight - 01:43
6. Neville - 01:40
7. A New Headmaster - 03:25
8. Panic Inside Hogwarts - 01:53
9. Statues - 02:22
10. The Grey Lady - 05:51
11. In the Chamber of Secrets - 01:37
12. Battlefield - 02:13
13. The Diadem - 03:08
14. Broomsticks and Fire - 01:24
15. Courtyard Apocalypse - 02:00
16. Snape's Demise - 02:51
17. Severus and Lily - 06:08
18. Harry's Sacrifice - 01:57
19. The Resurrection Stone - 04:32
20. Harry Surrenders - 01:30
21. Procession - 02:07
22. Neville the Hero - 02:17
23. Showdown - 03:37
24. Voldemort's End - 02:44
25. A New Beginning - 01:39

SOUTENEZ NOTRE SITE

Autour de cette BO

Alexandre Desplat dirige la musique : 

Nos articles sur cette BO

 

Après un premier épisode très introspectif, lancinant, avec peu d'action, où la musique jouait un rôle essentiellement atmosphérique, créant la tension et l'attente de l'affrontement final, Alexandre Desplat signe ici une partition qui permet aux sentiments refoulés dans la première partie de se développer dans toute leur fougue, avec majesté et splendeur, mais aussi d'exprimer une certaine nostalgie, car il s'agit de la fin d'une longue aventure (de sept ans pour les héros, et de dix ans pour les spectateurs). Ainsi, de nombreux thèmes reviennent, tandis que Desplat en développe de nouveaux, tels ce "Lily's Theme" entendu au début du disque, qui évoque le souvenir de la mère de Harry Potter, personnage à l'influence importante dans la saga dans le coeur de nombreux autres, alors qu'elle disparaît avant même le début de l'histoire.

Dans les premiers morceaux, le compositeur français continue son travail d'introspection initié dans le premier film, ajoutant bientôt plus de suspense et d'action, notamment dans l'excellent "Underworld", suivi de "Gringotts", deux grands moments musicaux qui distillent une superbe tension, illustrant l'un des moments forts de ce septième opus, où les héros doivent braquer la banque des sorciers, gardée par d'inquiétants gobelins et réputée inviolable. Desplat s'inspire des choix musicaux de John Williams en choisissant de faire intervenir la harpe, signature musicale du maître (notamment dans "La Chambre des Secrets"), évoquant la cape d'invisibilité et le mystère. Dans "Dragon Flight", le compositeur français s'arme de nombreux cuivres et percussions, tout en faisant virevolter les cordes avec la réapparition du thème de Williams, suivi de son propre thème, un motif d'aventure épique et grandiose, la combinaison des deux thèmes évoquant ainsi un certain retour à l'émerveillement.

Dans "A New Headmaster", le retour du "Hedwig's Theme" symbolise le retour à Poudlard, le retour aux sources, au commencement. Mais le motif est assombri, car tout a changé : le professeur Rogue est devenu directeur de l'école, remplaçant le défunt professeur Dumbledore que Harry a vu être assassiné par Rogue lui-même dans le sixième opus. Cette réapparition du "Hedwig's Theme" après plusieurs épisodes d'absence est aussi synonyme de retour à la confiance, puisque bientôt Harry Potter joue carte sur table, sort de l'ombre et affronte ses ennemis. Ainsi, Rogue est chassé de l'école et le professeur McGonagall, ancien bras droit de Dumbledore, aide Potter et ses amis à préparer l'affrontement final avec leurs ennemis, qui vont bientôt assiéger l'école pour annihiler Potter et son groupe de résistants.

Avec "Statues", Alexandre Desplat développe un motif héroïque progressif, illustrant la préparation de McGonagall au combat lorsqu'elle donne vie aux statues de l'école pour former une armée : la musique évoque cette idée de l'affrontement de la dernière chance, inévitable, où l'issue du combat sera déterminante et définitive. Il reste cependant quelques cartes à Harry pour mettre toutes ses chances de son côté : il doit trouver et détruire les dernières horcruxes, reliques de l'âme de Voldemort, espérant ainsi affaiblir fatalement son ennemi. Le compositeur suggère le mystère et l'urgence liée à la recherche de l'une des dernières horcruxes dans "The Grey Lady", où Potter doit convaincre un fantôme de l'aider dans sa quête. Les héros repassent à cette occasion par la Chambre des Secrets, décor central du second opus, donnant ainsi l'occasion à Desplat de citer John Williams avec des cuivres beuglants d'un impressionnant effet. Bientôt, les scènes d'action s'enchaînent à un rythme impressionnant, pour notre plus grand plaisir. Le musicien français, peu convaincant il y a encore 4-5 ans à écrire des passages d'action, est ici au sommet de son art. Rythmes et orchestrations sonnent comme à la grand époque de Williams, comme dans "Broomstick and Fire", tandis que "Courtyard Apocalypse" reprend le motif dramatique et progressif de 'Statues" pour annoncer le début du combat promis. On est ici dans un lyrisme épique d'une ampleur comparable aux grandes sagas de fantasy comme LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, dans son côté spectaculaire et dramatique à la fois. Car le combat est désespéré et à l'issue incertaine, à l'instar de nombreux affrontements dans la saga de Tolkien.

C'est une référence plus que jamais omniprésente, musicalement aussi, puisque la fin du disque évoque beaucoup la musique de Howard Shore pour la trilogie de Peter Jackson, en particulier le dernier opus (LE RETOUR DU ROI). Desplat accumule les citations épiques et les phrases dramatiques, au risque de se répéter un peu, mais à l'image c'est saisissant d'intensité et d'émotion (mention spéciale à "Neville the Hero"). Les derniers morceaux sont d'une efficacité redoutable. Un vrai final en fanfare pour notre plus grand plaisir, même si on a toujours du mal (et ici plus que jamais) à déceler une personnalité musicale à Alexandre Desplat quand il se fond dans ce type de travail purement hollywoodien. Mais après tout, la musique de film est avant tout une oeuvre de commande et ici, l'effet à l'image est réussi. Les choix ne sont pas audacieux, mais payants. C'est bien l'essentiel et on n'en demandait pas davantage.

Sylvain Rivaud

 

hp7-final

parution

Alexandre Desplat termine Harry Potter en fanfare

Le compositeur français signe une partition épique pour l'ultime volet de la saga du sorcier, où les citations à John Williams sont nombreuses, comme un retour aux sources.
hp7-desplat

info

Alexandre Desplat terminera HARRY POTTER

Alors que des annonces avaient signalé à maintes reprises un retour de John Williams, le compositeur français clôturera finalement l'ouvrage. Chronologie du feuilleton.

Boutique

Autres BO du compositeur

Vos avis