In english : Website about Soundtrack


Musique de film, bandes originales, bo

 

 La Tête haute (Eric Neveux) #Cannes2015 - "La Tête haute : la musique d’un espoir" 
(par Benoit Basirico / Propos de Eric Neveux recueillis par Benoit Basirico)


 Mad Max Fury Road (Junkie XL) #Cannes2015 - "Mad Max Fury Road, un opéra-rock trépidant dans le désert !" 
(par Benoit Basirico)


 Timbuktu (Amine Bouhafa) - "La partition d’Amine Bouhafa pour Timbuktu : un acte de résistance musicale ?" 
(par Par François Faucon)


 Exodus (Alberto Iglesias, Harry Gregson-Williams) - "Musique digne des grands spectacles cinématographiques à l’ancienne" 
(par Sylvain Rivaud)


 The Expendables 3 (Brian Tyler) - "Brian Tyler a renforcé davantage les thèmes et différents motifs mis en place dans les deux films précédents, plus orientés vers l'électro/rock" 
(par Quentin Billard)


 Ida (Artistes variés) - "L’austérité d’Ida, une musique entre nostalgie et quête spirituelle" 
(par François Faucon)


 Dragons 2 (John Powell) - "Réadaptations brillantes des thèmes du premier opus" 
(par Quentin Billard)


 Maléfique (James Newton Howard) - "Maléfique : le retour de JNH à la grande partition symphonique" 
(par François Faucon)


 Godzilla (Alexandre Desplat) - "Un thème martial, marche imposante et trépidante, dés l’ouverture" 
(par Sylvain Rivaud)


 La Voleuse de livres (John Williams) - "Un lyrisme en retenue pour la Grande histoire" 
(par Benoit Basirico)


 Le Vent se lève (Joe Hisaishi) - "Une simplicité héroïque brillament orchestrée" 
(par Sylvain Rivaud)


 12 years a slave (Hans Zimmer) - "Le compositeur s’efface face aux images avec un thème unique soulignant simplement l’humanité du personnage" 
(par Sylvain Rivaud)


 Wolverine (Marco Beltrami) - "Un Score au ton radical et sombre" 
(par Quentin Billard)


 Elysium (Ryan Amon) - "Dans la lignée du style synthético-orchestral de Zimmer et co." 
(par Quentin Billard)


 Gravity (Steven Price) - "Des pistes élégiaques associées à un sound design soutenu et répétitif" 
(par Quentin Billard)


 Rush (Hans Zimmer) - "Le compositeur retrouve une fraîcheur pour ce film de bagnole" 
(par Sylvain Rivaud)


 Planes (Mark Mancina) - "Un score à l’ancienne, avec un vrai savoir-faire mélodique" 
(par Sylvain Rivaud)


 Le Hobbit : la désolation de Smaug (Howard Shore) - "De nouveaux thèmes et motifs et une ambiance plus sombre." 
(par Sylvain Rivaud)


 Thor : Le Monde des ténèbres (Brian Tyler) - "Plus épique, plus spectaculaire, plus sombre, plus emportée... Exit la subtilité, place à la surenchère hollywoodienne." 
(par Quentin Billard)


 Carrie (Marco Beltrami) - "Une partition orchestrale/électronique plutôt moderne" 
(par Quentin Billard)


 Evasion (Alex Heffes) - "Une grande partition d'action à l'ancienne, mélangeant orchestre symphonique et rythmes électroniques" 
(par Quentin Billard)


 Snowflower and the secret fan (Rachel Portman) - "Une musique pour atténuer la douleur de vivre ?" 
(par François Faucon)


 Lone Ranger (Hans Zimmer) - "Un sommet de la musique au cinéma, en termes d’adrénaline autant que d’orchestration !" 
(par Camille Brunel)


 Pacific Rim (Ramin Djawadi) - "Une démesure moderne héroïque. Analyse." 
(par Charlotte Dematte)


 After Earth (James Newton Howard) - "un traité de musique pour film d’horreur avec un piano mélancolique" 
(par Camille Brunel)


 Man Of Steel (Hans Zimmer) - "musique personnelle et authentique" 
(par Sylvain Rivaud)


 Star Trek Into Darkness (Michael Giacchino) - "Un style symphonique résolument classique" 
(par Quentin Billard)


 Stoker (Clint Mansell) - "Musique profonde, mélancolique ou grinçante pour le thriller de Park Chan-Wook" 
(par Charlotte Dematte)


 Iron Man 3 (Brian Tyler) - "Un mélange orchestre symphonique, rythmes rock et synthétiseurs/électro modernes " 
(par Quentin Billard)


 Lincoln (John Williams) - "LINCOLN, une platitude musicale ?" 
(par François Faucon)


 G.I. Joe : Retaliation (Henry Jackman) - "Prévisible et sans surprise particulière" 
(par Quentin Billard)


 Les Aventures du Prince Ahmed ( The Khoury Project) - "L'univers des frères Khoury et le film muet de Lotte Reiniger étaient voués à se rencontrer" 
(par Benoit Basirico)


 The Place Beyond the Pines (Mike Patton) - "Du synthé, piano et violon pour une BO sombre, belle et inquiétante !" 
(par Charlotte Dematte)


 Die Hard : belle journée pour mourir (Marco Beltrami) - "Score d'action survolté et déchaîné dans la continuité avec le dernier opus" 
(par Quentin Billard)


 Flash Gordon (The Queen) - "Le rock lyrique du groupe Queen pour le genre de la SF" 
(par Charlotte Dematte)


 Bullet to the Head (Steve Mazzaro) - "Partition résolument orientée rock/folk avec une même utilisation des guitares rustiques et americana si chères à Ry Cooder." 
(par Quentin Billard)


 Flight (Alain Silvestri) - "Une musique intimiste pour Silvestri, avec une émotion délicate et retenue" 
(par Quentin Billard)


 Happiness Therapy (Danny Elfman) - "Bouleversante ballade pop avec le piano, la guitare, la batterie, et la voix de Danny Elfman" 
(par Benoit Basirico)


 Sinister (Christopher Young) - "Un Manifeste musical moderne de la peur" 
(par Charlotte Dematte)


 Le Hobbit : Un voyage inattendu (Howard Shore) - "Un voyage très attendu et laborieux, mais un nouveau thème plaisant" 
(par Sylvain Rivaud)


 Anna Karenine (Dario Marianelli) - "Le compositeur italien fusionne avec finesse le classique et le folklore russe" 
(par Benoit Basirico)


 Ernest et Célestine (Vincent Courtois) - "Une partition qui caractérise les personnages d'Ernest et Célestine, noue leur amitié, soutient l'action, pour un moment ludique et tendre." 
(par Benoit Basirico)


 Lincoln (John Williams) - "Le tandem Spielberg/Williams de retour avec des subtilités et coups d'éclats" 
(par Sylvain Rivaud)


 The Bay (Marcelo Zarvos) - "Des ambiances glauques, des atmosphères sonores lugubres et des montées de tension crépitantes et angoissantes." 
(par Quentin Billard)


 Frankenweenie (Danny Elfman) - "Magnifique partition riche et limpide, épousant la nostalgie de l'enfance, en rendant hommage aux films de monstres" 
(par Benoit Basirico)


 Skyfall (Thomas Newman) - "Thomas Newman convoque son style tout en étant soumis à la tendance 'Dark Knight'" 
(par Benoit Basirico)


 Ted (Walter Murphy) - "Retour à la grande tradition orchestrale de Goldsmith ou Williams, lequel est cité." 
(par Sylvain Rivaud)


 Les Seigneurs (Guillaume Roussel) - "Une musique d'ampleur pour une modeste comédie" 
(par Sylvain Rivaud)


 Reality (Alexandre Desplat) - "Alexandre Desplat sur les terres de Nino Rota, avec la candeur du personnage rêveur." 
(par Benoit Basirico)


 The Bourne Legacy (James Newton Howard) - "Une musique d'action habituelle pour JNH, malheureusement gâchée par des sonorités électroniques trop envahissantes" 
(par Quentin Billard)


 Les Saveurs du palais (Gabriel Yared) - "Une partition qui mélange le baroque et le raffinement" 
(par BB)


 Killer Joe (Tyler Bates) - "La musique d'une innocence perdue, par le duo inédit William Friedkin/Tyler Bates" 
(par Benoit Basirico)


 Du vent dans mes mollets (Eric Slabiak) - "La musique au style Yiddish accompagne le film de la comédie à la nostalgie." 
(par BB)


 The Expendables 2 (Brian Tyler) - "Une BO avec des gros muscles" 
(par BB)


 The Dark Knight Rises (Hans Zimmer) - "L'éblouissant travail de réorchestration de Hans Zimmer analysé piste par piste." 
(par Camille Brunel)


 Rebelle (Patrick Doyle) - "Le compositeur inspiré par l'Ecosse" 
(par Sylvain Rivaud)


 The Avengers (Alan Silvestri) - "La thématique se construit autour du thème héroïque des Avengers" 
(par Quentin Billard)


 Hunger Games (James Newton Howard) - "Une musique intime et nuancée, partagée entre l'orchestre, les passages électroniques contemporains et les sonorités folk/ethniques" 
(par Quentin Billard)


 Berlin - "Festival de Berlin 2012 : Le jury jeune de l'OFAJ et la musique" 
(par )


 La Dame de fer (Thomas Newman) - "Une approche musicale à la fois classique et moderne" 
(par Quentin Billard)


 Le Territoire des loups (Marc Streitenfeld) - "La partition est un habile mélange entre drame et épouvante." 
(par Quentin Billard)


 Bilan - "Notre Bilan des BO de 2011" 
(par )


 A la télé - "Laurent Levesque de ci de là pour Varda" 
(par )


 (Par Julien Mazaudier) - "Le Cinéma de l'Ère Pop" 
(par )


 Par Christophe Olivo - "La musique dans les films adaptés de Stephen King - 1ère partie (1976 - 1994)" 
(par )


 Par Christophe Olivo - "La musique dans les films adaptés de Stephen King - 2e partie (1995 - 2005)" 
(par )


 Classements - "Bilan 2010 des Musiques de films" 
(par )


 Thématique - "Rock et Cinéma" 
(par )


 Bilan annuel - "Notre Bilan 2009 des musiques de films" 
(par bilan2009bo)


 France Musique - "'Chant des toiles' sur France Musique vous a donné la parole" 
(par )


 Business - "Le numérique est l’avenir pour les ventes de bandes originales" 
(par )


 A venir - "Les musiques de films les plus attendues de 2009" 
(par bo2009)


 par la rédaction de Cinezik.org - "Bilan 2008 de la musique de film" 
(par )


 Peur sur la ville (Ennio Morricone) - "Une partition sombre, mystérieuse et entêtante " 
(par Quentin Billard)


 Critiques - "La musique de Battlestar Galactica au peigne fin" 
(par battlestar)


 Adaptations sur scène - "Des films rejoués sur scène, une bonne idée ?" 
(par rabbi_jacob)


 Témoignages - "La musique de film, qu'est-ce qu'elle vous évoque ?" 
(par )


 Tradition et modernité : l’intellectualisation de la musique de film - " La musique dans l’œuvre de Stanley Kubrick" 
(par kubrick)


 Cannes - "Les court-métragistes français sont-ils mélomanes ?" 
(par )


 Filmographie commentée - "Michael Nyman : filmographie décryptée" 
(par nyman)


 La Face B de la musique de film - "Les films indépendants et leur musique" 
(par underground)


 Analyse musicale - "Les 'Planètes' de Gustav Holst dans la musique de film" 
(par planètes)


 Analyse musicale - "Analyse du 'Main Title' de la BO de film Signs" 
(par signes)


 Histoire de la musique de film, du muet à nos jours - "La petite chronologie de la musique de film" 
(par chronologie)


 Collaboration musicale - "Maurice Jarre et David Lean" 
(par lean)


 Flashback sur un genre - "Jazz et Cinéma" 
(par jazz)


 Littérature et cinéma - "Jules Verne et la musique de film" 
(par verne)


 Retour sur une trilogie - "Spielberg, Ford, Williams : trio de choc pour trilogie culte" 
(par indiana_jones)


 Les Dents de la mer - John Williams  

 Les Oubliées - Eric Demarsan  

 Blade Runner - Vangelis  

 Ricky - Philippe Rombi  

 Miss Lovely - Artistes variés  

 En Août - Artistes variés  

 Alan Quatermain et Les Mines du Roi Salomon - Jerry Goldsmith  

 Predator 2 - Alan Silvestri  

 La Passion du Christ - John Debney  

 Pasolini - Artistes variés  

 La Planète Sauvage - Alain Goraguer  

 Fantômes en Fête - Danny Elfman  

 Dear White People - Kathryn Bostic et Artistes variés  

 Sodom And Gomorrah - Miklos Rozsa  

 Le Festin Nu - Howard Shore, Ornette Coleman  

 Lawrence d'Arabie - Maurice Jarre  

 Le Bon, la brute et le truand - Ennio Morricone  

 Le Secret de la pyramide - Bruce Broughton  

 Mon Nom est Personne - Ennio Morricone  

 Miraculum - Artistes variés  

 Star Trek Nemesis - Jerry Goldsmith  

 Un week-end à Paris - Jeremy Sams  

 La route des Indes - Maurice Jarre  

 Superman Returns - John Ottman  

 Le Drôle de Noël de Scrooge (A Christmas Carol) - Alan Silvestri  

 A la poursuite d'Octobre Rouge - Basil Poledouris  

 Ed Wood - Howard Shore  

 La Fiancée de Frankenstein - Franz Waxman  

 Un village français - Eric Neveux  

 Futur immédiat Los Angeles 1991 - Jerry Goldsmith, Curt Sobel 

Dernières BO - sans avis :

(Complétez notre liste en soumettant votre avis ICI )

 Daddy Cool - Theodore Shapiro  

 Les Minions - Heitor Pereira  

 Max - Trevor Rabin  

 Slow West - Jed Kurzel  

 Pitch Perfect 2 - Mark Mothersbaugh  

 Entourage - Artistes variés  

 La Rage au ventre - James Horner 

 Echoes of War - Hanan Townshend  

 La Femme au tableau - Martin Phipps et Hans Zimmer  

 L'Année prochaine - Manuel Roland  

 Spy - Theodore Shapiro  

 Hyena - Matt Johnson (The The)  

 Man Up - Dickon Hinchliffe  

 Youth - David Lang  

 A Royal Night Out - Paul Englishby  

 Welcome Back - Jónsi & Alex  

 Monkey Kingdom - Harry Gregson-Williams 

 Les Grands espaces - Jerome Moross  

 Blackwood - Lorne Balfe  

 Vice-Versa - Michael Giacchino  

 



Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org

Complétez notre liste en soumettant vos avis ICI

Voir les discussions du forum au sujet des BO et donnez votre avis à votre tour !

La Tête haute (Eric Neveux) #Cannes2015 

"La Tête haute : la musique d’un espoir" (par Benoit Basirico / Propos de Eric Neveux recueillis par Benoit Basirico)

bo tete-haute,neveux,

[Cannes 2015 - En Ouverture] Pour la première fois, la cinéaste Emmanuelle Bercot convoque une musique originale dans un de ses drames en collaborant avec Eric Neveux. Dans ce film sur un adolescent tourmenté et violent en perte de repère, la musique instrumentale joue un rôle d’apaisement.

Mad Max Fury Road (Junkie XL) #Cannes2015 

"Mad Max Fury Road, un opéra-rock trépidant dans le désert !" (par Benoit Basirico)

bo mad-max-fury-road,junkie-xl,

[Cannes 2015 - Hors compétition] Après Brian May (Mad Max 1 et 2) et Maurice Jarre (Mad Max 3), le réalisateur australien George Miller a fait appel à Junkie XL (de son vrai nom Tom Holkenborg) issue de la scène expérimentale. Cela donne lieu à une BO sans répit, percussive, trépidante, à l’image d’un film résidant sur la succession de deux course-poursuites haletantes. 

Timbuktu (Amine Bouhafa) 

"La partition d’Amine Bouhafa pour Timbuktu : un acte de résistance musicale ?" (par Par François Faucon)

bo chagrin-des-oiseaux,bouhafa,

Le film d’Abderrahmane Sissako a récemment généré une pluie d’éloges (prix œcuménique 2014 décerné par le Festival de Cannes) dans une époque où les djihadistes (appelons-les les « fous d’Allah ») constituent une plaie majeure. Mais à vrai dire, ce film ne dit rien que nous ne sachions déjà : les extrémistes ont déclaré la guerre à ceux qui adoptent d’autres valeurs que les leurs et leur vision de Dieu est un danger mondial. Sous une esthétique incontestablement séduisante, ce film a par ailleurs le défaut d’idéaliser le peuple touareg, loin d’être toujours aussi humaniste voire dolent que ce que le film nous montre… Est-ce pour autant une raison pour ne pas redire que les « fous d’Allah » sont fous ? Non ; bien au contraire. Et dans ce monde que les djihadistes ont la prétention d’imposer aux autres, la musique est un acte de résistance qu’il faut souligner. Analyse d’un plaidoyer musical contre l’intégrisme.

Exodus (Alberto Iglesias, Harry Gregson-Williams) 

"Musique digne des grands spectacles cinématographiques à l’ancienne" (par Sylvain Rivaud)

bo exodus-gods-kings

Si l'on n'échappe pas dés les premières notes de la musique aux "sonorités egyptiennes" chères à Hollywood, le score s'inspire aussi des cuivres du Golden Age hollywoodien ("Leaving Memphis") avec de très larges sections de cordes et des choeurs qui renouent clairement avec la musique des grands spectacles cinématographiques à l'ancienne.

The Expendables 3 (Brian Tyler) 

"Brian Tyler a renforcé davantage les thèmes et différents motifs mis en place dans les deux films précédents, plus orientés vers l'électro/rock" (par Quentin Billard)

bo the-expendables-3

Brian Tyler est de nouveau de la partie et signe une nouvelle partition orchestrale musclée pour « The Expendables 3 », partition qui, à la première écoute, n'apporte rien de bien nouveau et permet au compositeur de renforcer davantage les thèmes et différents motifs mis en place dans les deux films précédents. Le score de « Expendables 3 » s'avère néanmoins nettement plus orienté vers l'électro/rock que pour les opus précédents.

Ida (Artistes variés) 

"L’austérité d’Ida, une musique entre nostalgie et quête spirituelle" (par François Faucon)

bo ida

Le moins que l’on puisse dire de Pawel Pawlikowski, c’est qu’il fait, avec son dernier film Ida (2013), une utilisation austère mais pertinente de la musique. A des années lumières des partitions tonitruantes et trop souvent fades ou étouffantes de bon nombre de films actuels, le réalisateur renonce à un compositeur attitré et entend rester seul maître de son film. En effet, toutes les musiques préexistent au film et le rôle du danois Kristian Selin Eidnes Andersen reste difficile à définir clairement. S’il est bien difficile de savoir, faute d’informations sur cet aspect-là du film (on est à mille lieues des superproductions hollywoodiennes…), pourquoi telle ou telle musique a été choisie, je me risque sur quelques explications qui n’engagent que ma vision de l’œuvre.

Dragons 2 (John Powell) 

"Réadaptations brillantes des thèmes du premier opus" (par Quentin Billard)

bo dragons_2

 Il faut rappeler que le précédent score de « How to Train Your Dragon » était un pur ravissement sonore de A à Z, un score remarquable porté par des thèmes multiples et accrocheurs, une écriture orchestrale rafraîchissante et un sens constant de l'émotion et du fun. C'est pourquoi la production décida que John Powell devrait reprendre sur ce nouveau film un grande partie des thèmes et des éléments divers conçus pour la musique du premier « Dragons », afin d'assurer ici la continuité entre les deux partitions. 

Maléfique (James Newton Howard) 

"Maléfique : le retour de JNH à la grande partition symphonique" (par François Faucon)

bo maleficent

James Newton Howard nous a depuis longtemps habitués à des partitions amples servies par une orchestration toujours impeccable. A ce titre, et pour rester dans l'univers de Disney, Atlantide constitue un modèle du genre (pistes 10 à 14 notamment). De même que Dinosaur (The Egg Travel). Ailleurs, le spectateur avait été proprement sidéré par The Village ou The Flatliners, partitions dans lesquelles JNH prouve son côté caméléon, touche-à-tout. Il nous a aussi habitués aux partitions plus ternes (Blanche-Neige et le Chasseur), parfois sans intérêt (After Hearth) voire décevantes (Green Lantern ; à comparer avec le thème de Robert Kral pour Green Lantern, First Flight...). Néanmoins, avec Maleficent, JNH propose à l'auditeur un niveau de composition musicale bien supérieur à celui de ces dernières années. Un retour salvateur à la grande partition symphonique.

Godzilla (Alexandre Desplat) 

"Un thème martial, marche imposante et trépidante, dés l’ouverture" (par Sylvain Rivaud)

bo godzilla-2014

Le film s’ouvre sur un morceau en crescendo qui dévoile assez vite le thème martial de Godzilla. Alexandre Desplat signe une sorte de marche trépidante, imposante, qui évoque avec des cuivres effrénés le gigantisme du monstre. Des cors et des percussions assourdissantes parachèvent d’en faire un morceau dans la grande tradition des films de monstre. 

La Voleuse de livres (John Williams) 

"Un lyrisme en retenue pour la Grande histoire" (par Benoit Basirico)

bo voleuse-de-livres

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas entendu une partition de John Williams hors des sentiers balisés par Spielberg ou Lucas. Cependant, nous retrouvons le style du compositeur, celui des grands drames historiques, là où il sait à merveille mêler la grande et la petite histoire, le décorum de la deuxième guerre mondiale et le parcours individuel et intime de la petite fille. 

Le Vent se lève (Joe Hisaishi) 

"Une simplicité héroïque brillament orchestrée" (par Sylvain Rivaud)

bo vent-se-leve

Au bout de dix long-métrages, la collaboration Hisaishi/Miyazaki a acquis un statut d’évidence. Plus grand chose ne peut nous surprendre avec eux, le chemin est assez balisé : grand orchestre, lyrisme, mélancolie. Clairement, LE VENT SE LEVE n’est pas la partition la plus étonnante ou la plus brillante du compositeur japonais, mais elle a, comme le film, cette saveur de “chant du cygne” qui enchante et prend à la gorge à la fois.

12 years a slave (Hans Zimmer) 

"Le compositeur s’efface face aux images avec un thème unique soulignant simplement l’humanité du personnage" (par Sylvain Rivaud)

bo twelve-years-slave

Pour ce film ayant pour sujet l’esclavage, Hans Zimmer signe probablement sa partition la plus épurée, la plus “nue”. Il imagine un thème unique, associé au personnage de Solomon Northup, joué aux cordes, qui reviendra tout au long du film.

Wolverine (Marco Beltrami) 

"Un Score au ton radical et sombre" (par Quentin Billard)

bo wolverine-2012

Si l'on était resté sur notre faim avec la partition décevante d'Harry Gregson-Williams sur « X-Men Origins : Wolverine », manifestement écrite dans l'urgence et sans réelle ambition artistique, on ne pourra pas en dire autant du travail de Marco Beltrami sur « The Wolverine », qui retrouve ainsi James Mangold après « 3:10 to Yuma » en 2007. Le compositeur vient ainsi rejoindre le rang des musiciens ayant oeuvré sur la franchise « X-Men » après Michael Kamen, John Ottman, John Powell, Harry Gregson-Williams et Henry Jackman.

Elysium (Ryan Amon) 

"Dans la lignée du style synthético-orchestral de Zimmer et co." (par Quentin Billard)

bo elysium

C'est le jeune compositeur bolivien Ryan Amon qui a été choisi pour mettre en musique « Elysium ». A l'origine, Amon était surtout connu pour ses travaux sur des trailers et sur quelques projets à la télévision, mais il n'avait encore jamais abordé la composition pour le cinéma. C'est par un pur hasard que Neill Blomkamp découvrit une musique de Ryan Amon pour un trailer sur une vidéo postée sur Youtube et s'intéressa très vite au travail du jeune musicien, à tel point qu'il décida rapidement de l'engager, convaincu qu'il était le compositeur approprié pour « Elysium », un choix plutôt audacieux, surtout sur un blockbuster hollywoodien d'une telle envergure, où il est quand même peu fréquent de confier les rennes d'une partition musicale à un jeune compositeur inconnu. 

Gravity (Steven Price) 

"Des pistes élégiaques associées à un sound design soutenu et répétitif" (par Quentin Billard)

bo gravity

Soucieux de varier ses collaborations musicales, Alfonso Cuaron a décidé de confier cette fois-ci la partition de « Gravity » à Steven Price, compositeur britannique ayant été assistant de Trevor Jones (« Dark City ») puis monteur pour Howard Shore (« Lord of the Rings ») et Hans Zimmer (« Batman Begins »). Après avoir composé en 2010 la musique additionnelle pour le film « Scott Pilgrim vs. The World » d'Edgar Wright et signé le score de « Attack the Block » en 2011, Steven Price livre enfin pour « Gravity » une partition synthético-orchestrale plutôt sombre, dense et mélancolique, évoquant les thèmes de l'isolement, de la solitude et du danger dans l'immensité spatiale.

Rush (Hans Zimmer) 

"Le compositeur retrouve une fraîcheur pour ce film de bagnole" (par Sylvain Rivaud)

bo rush

Avec RUSH, Hans Zimmer revient à une forme de musique de film qu’il a beaucoup explorée au début des années 90 et qui a fait son succès, une forme de fusion entre électronique et symphonique, et l’utilisation d’instruments solistes qui viennent du rock, notamment la guitare électrique (superbement utilisée dans le film de Ridley Scott THELMA & LOUISE en 1990). 

Planes (Mark Mancina) 

"Un score à l’ancienne, avec un vrai savoir-faire mélodique" (par Sylvain Rivaud)

bo planes

Il y a davantage d’idées dans un seul morceau de PLANES que dans bien des scores de blockbusters sortis la même année. Des idées certes pas révolutionnaires, mais au moins des idées mélodiques, des thèmes dont on se souvient. Une qualité devenue rare !

Le Hobbit : la désolation de Smaug (Howard Shore) 

"De nouveaux thèmes et motifs et une ambiance plus sombre." (par Sylvain Rivaud)

bo hobbit-2-desolation-of-smaug

Une fois de plus, découvrir le score du nouveau film de la trilogie du Hobbit dans sa version longue sur deux disques n'est pas le plus aisé. En particulier parce que les nouveaux thèmes et motifs sont dilués dans beaucoup de musiques « de remplissage » quelque peu ennuyeuses. [Analyse des pistes des disques]

Thor : Le Monde des ténèbres (Brian Tyler) 

"Plus épique, plus spectaculaire, plus sombre, plus emportée... Exit la subtilité, place à la surenchère hollywoodienne." (par Quentin Billard)

bo thor-le-monde-des-tenebres

Le score devait être prévu à l'origine pour Carter Burwell, qu'Alan Taylor souhaitait avoir sur son film, essuyant malheureusement un refus du producteur Kevin Feige qui souhaitait plutôt engager Brian Tyler sur « Thor : The Dark World ». Et c'est ainsi que Tyler se retrouve à écrire une nouvelle fois la musique d'une production Marvel après « Iron Man 3 » en 2013, le compositeur succédant ainsi à Patrick Doyle sur la musique du premier « Thor » de 2011.

Carrie (Marco Beltrami) 

"Une partition orchestrale/électronique plutôt moderne" (par Quentin Billard)

bo carrie-2013

La musique de « Carrie » a été confiée à Marco Beltrami, qui reste en terrain familier sur le film de Kimberly Peirce puisqu'il est un habitué des films fantastique/horrifiques depuis ses débuts dans les années 90 (fait ironique : Beltrami a pourtant toujours détesté les films d'épouvante !). L'auteur des musiques de « Scream », « Mimic », « Hellboy » et « The Thing » signe pour « Carrie » une partition orchestrale/électronique plutôt moderne, faisant la part belle aux solistes et aux rythmes contemporains adaptés à l'univers d'un lycée américain ordinaire de notre époque. 

Evasion (Alex Heffes) 

"Une grande partition d'action à l'ancienne, mélangeant orchestre symphonique et rythmes électroniques" (par Quentin Billard)

bo tomb

Après « The Rite » en 2011, le compositeur anglais Alex Heffes retrouve à nouveau Mikael Håfström sur « Escape Plan » pour lequel le musicien se voit offrir l'occasion d'écrire une grande partition d'action à l'ancienne, mélangeant orchestre symphonique et rythmes électroniques façon scores d'action des années 90 (tendance Media Ventures).

Snowflower and the secret fan (Rachel Portman) 

"Une musique pour atténuer la douleur de vivre ?" (par François Faucon)

bo snow_flower_and_secret_fan

"Snowflower and the secret fan" ("Fleur de neige et l'éventail secret", 2011) n'est certainement pas un film inoubliable. Malgré la poésie générale, il existe trop de longueurs et quelques clefs sont trop succinctement énoncées. De fait, le livre de Lisa See d'où est tiré le film, va beaucoup plus loin et débouche sur une terrifiante rivalité entre les deux femmes, laquelle est totalement absente du film... Pourtant, la rencontre entre ces images et la musique composée par Nathalie Portman se fait et réussit à toucher. Il faut, pour en comprendre la portée, opérer deux précisions sur certaines traditions chinoises et cet exotisme que furent les contrats laotong. Deux éléments que la musique va souligner, avec simplicité et élégance, tout au long du film.

Lone Ranger (Hans Zimmer) 

"Un sommet de la musique au cinéma, en termes d’adrénaline autant que d’orchestration !" (par Camille Brunel)

bo lone-ranger

La musique du maestro Hans Zimmer, plus enveloppante que jamais lorsqu’il collabore avec Verbinski, se hisse pour Lone Ranger à la fois sur les épaules de L’Ouverture de Guillaume Tell de Gioachino Rossini, et sur celles des meilleures partitions de Morricone. Il atteint logiquement un sommet de la musique au cinéma, en termes d’adrénaline autant que d’orchestration… Analyse piste par piste.

Pacific Rim (Ramin Djawadi) 

"Une démesure moderne héroïque. Analyse." (par Charlotte Dematte)

bo pacific_rim

Grande B.O. pour film à grands moyens, la dernière orientation du multi-casquettes Mexicain emmène le compositeur Ramin Djawadi vers une musique organisée autour de thèmes forts et investis. Continuité du Fantastique imaginé par le réalisateur de l'inquiétant (Cronos - 1993, Mimic - 1997, ou sur fond socio-historique avec L'Echine du diable - 2001, Le labyrinthe de Pan - 2006) jusqu'à la veine Action-super héros (Blade II - 2002, Hellboy - 2004, Hellboy II - Les légions d'or maudites - 2008). Pacific Rim livre par sa démesure moderne héroïque un score ramenant au Grand Spectacle du cinéma.

After Earth (James Newton Howard) 

"un traité de musique pour film d’horreur avec un piano mélancolique" (par Camille Brunel)

bo after-earth

James Newton Howard retrouve M. Night Shyamalan, et continue dans sa lancée horrifico-mélancolique. Analyse piste par piste.

Man Of Steel (Hans Zimmer) 

"musique personnelle et authentique" (par Sylvain Rivaud)

bo man_of_steel

Hans Zimmer a tenté d’écrire la musique la plus adaptée au film de Zack Snyder avec une sincérité évidente. On reconnaît son style et la relative absence d’orchestre est bien la preuve que le compositeur s’y est attelé essentiellement lui-même.

 

Star Trek Into Darkness (Michael Giacchino) 

"Un style symphonique résolument classique" (par Quentin Billard)

bo star-trek-2

Michael Giacchino se voit à nouveau confier les rennes de la partition de « Star Trek Into Darkness » après avoir écrit la musique du premier opus de 2009, Giacchino signant sur ce deuxième film sa quatrième collaboration avec son ami J.J. Abrams après « Mission Impossible III », « Star Trek » et « Super 8 ». Enregistrée avec l'orchestre habituel du Hollywood Studio Symphony et la chorale du Page LA Studio Voices, la musique de « Star Trek Into Darkness » reprend les bases de celle du premier film de 2009 avec quelques nouveaux thèmes/motifs et une énergie constante, à l'image du film. 

Stoker (Clint Mansell) 

"Musique profonde, mélancolique ou grinçante pour le thriller de Park Chan-Wook" (par Charlotte Dematte)

bo stoker

Nouvelle voie dans la filmographie du réalisateur coréen après Sympathy for Mr. Vengeance (2002), Old Boy (2003), Lady Vengeance (2005) ou Thirst (2009), Stoker trouve, en s’associant avec Clint Mansell, le musicien de Darren Aronofsky, une illustration de son univers éclairée.

 

Iron Man 3 (Brian Tyler) 

"Un mélange orchestre symphonique, rythmes rock et synthétiseurs/électro modernes " (par Quentin Billard)

bo iron-man3

Après Ramin Djawadi et John Debney, c'est au tour de Brian Tyler de signer la musique de « Iron Man 3 », pour lequel le compositeur de « Expendables » et « Fast & Furious 6 » met les bouchées doubles et signe un score d'action teinté d'aventure et d'envolées héroïques, confiée au prestigieux du London Philharmonic Orchestra. Qui dit nouvelle aventure dit bien évidemment nouvelle musique, et comme le compositeur l'expliquait dans une interview lors de la sortie du film, le personnage de Tony Stark a changé depuis les événements de « Avengers », ce qui nécessitait une toute nouvelle approche musicale. 

Lincoln (John Williams) 

"LINCOLN, une platitude musicale ?" (par François Faucon)

bo lincoln

A la sortie de Lincoln, et après avoir vainement espérer entendre de la musique, je m'entends encore asséner cette remarque qui fera grincer des dents : « le duo John Williams-Steven Spielberg sent la naphtaline... » Explications.

G.I. Joe : Retaliation (Henry Jackman) 

"Prévisible et sans surprise particulière" (par Quentin Billard)

bo gi_joe_2

A la première écoute, un premier constat s'impose : on est loin ici du style symphonique de premier score de Silvestri, Henry Jackman optant à contrario pour une approche plus moderne et beaucoup plus rock/électro. Ainsi donc, en plus du traditionnel orchestre symphonique - le Hollywood Studio Symphony - Henry Jackman et son équipe de compositeurs additionnels de chez Remote Control (Dominic Lewis, Matthew Margeson, Tom Holkenborg) mélangent synthétiseurs, instruments solistes, loops et section rock pour parvenir à leurs fins.

Les Aventures du Prince Ahmed ( The Khoury Project) 

"L'univers des frères Khoury et le film muet de Lotte Reiniger étaient voués à se rencontrer" (par Benoit Basirico)

bo aventures-prince-ahmed

"Les aventures du Prince Ahmed" est le premier long métrage d’animation de l’histoire du cinéma inspiré des conte des Mille et Une Nuits. En découvrant ce film muet avec la nouvelle musique des frères Khoury, une évidence s’impose au spectateur, comme si ces deux univers étaient voués à se rencontrer. 

The Place Beyond the Pines (Mike Patton) 

"Du synthé, piano et violon pour une BO sombre, belle et inquiétante !" (par Charlotte Dematte)

bo place_beyond_pines

Film ambiant imbriqué, la musique imaginée pour ce grand objet indé le termine, lui amenant sa part de couleur. Touche fragile, elle trouve là l’écrin visuel adéquat, à la fois beau et inquiétant.

Die Hard : belle journée pour mourir (Marco Beltrami) 

"Score d'action survolté et déchaîné dans la continuité avec le dernier opus" (par Quentin Billard)

bo die_hard_5

Pour sa quatrième collaboration avec Moore, Marco Beltrami, décidément surbooké ces derniers temps, nous offre un nouveau score d'action survolté et déchaîné qui reprend l'esthétique de son travail sur « Live Free or Die Hard » avec une thématique beaucoup plus consistante et surtout de vraies allusions aux trois premiers scores de Michael Kamen sur les anciens films. 

Flash Gordon (The Queen) 

"Le rock lyrique du groupe Queen pour le genre de la SF" (par Charlotte Dematte)

bo flash-gordon

Objet condensé de 35 minutes (en tout cas dans sa réédition remasterisée de 2011), la Bande Originale concoctée par Queen pour soutenir le récit de Flash Gordon nous offre un tableau où l’on retrouve le rock-lyrique du groupe, teinté d’autres touches collant bien au style SF-kitch du film. Analyse.

Bullet to the Head (Steve Mazzaro) 

"Partition résolument orientée rock/folk avec une même utilisation des guitares rustiques et americana si chères à Ry Cooder." (par Quentin Billard)

bo plomb_dans_tete

On connaît le goût de Walter Hill pour les musiques rock/blues de Ry Cooder, son fidèle complice avec lequel il collabora sur plusieurs films. Généralement, les choix musicaux dans les films de Walter Hill sont souvent originaux ou anti-conventionnels, notamment dans le refus quasi systématique des musiques symphoniques et l'abondance de rythmes rock/folk/blues ou électroniques (Jerry Goldsmith avait du par exemple écrire une musique particulièrement synthétique et moderne pour « Extreme Prejudice » en 1987. On se souvient aussi des expériences exotiques/synthétiques/orchestrales particulières de James Horner sur « 48 Hours » en 1982). La partition de Steve Mazzaro pour « Bullet to the Head » ne déroge donc pas à la règle, le compositeur - membre du studio Remote Control en tant qu'arrangeur/programmeur sur « The Dark Knight Rises » d'Hans Zimmer et compositeur additionnel sur « Assassin's Creed III » de Lorne Balfe - signant ici une partition résolument orientée rock/folk avec une même utilisation des guitares rustiques et americana si chères à Ry Cooder.

Flight (Alain Silvestri) 

"Une musique intimiste pour Silvestri, avec une émotion délicate et retenue" (par Quentin Billard)

bo flight-2013

La première chose que l'on remarque lorsque l'on voit le film pour la première fois, c'est l'absence étonnante de musique à l'écran : effectivement, et comme pour « Cast Away » (2000), Zemeckis a choisi de limiter au maximum, dans un souci de réalisme, l'utilisation de la musique à l'écran, si bien qu'au final, Alan Silvestri n'a écrit qu'à peine 20 minutes de musique sur l'ensemble du métrage...

Happiness Therapy (Danny Elfman) 

"Bouleversante ballade pop avec le piano, la guitare, la batterie, et la voix de Danny Elfman" (par Benoit Basirico)

bo silver-linings-playbook

Danny Elfman surprend en empruntant un style pop-rock teinté de mélancolie, en chantant lui-même un morceau. 

Sinister (Christopher Young) 

"Un Manifeste musical moderne de la peur" (par Charlotte Dematte)

bo sinister

En s'associant à ce nouveau projet ténébreux, Christopher Young trouve une voie d'exploration de la palette des émotions les plus primitives de l'Être. Plongée exacerbée entre nos défenses et jeu sur le registre sensoriel, sa partition se fond avec l'identité maléfique du film et enrichit ainsi son geste horrifique d'autres codes, quasi-anthropologiques, pour nous
atteindre au mieux.

Le Hobbit : Un voyage inattendu (Howard Shore) 

"Un voyage très attendu et laborieux, mais un nouveau thème plaisant" (par Sylvain Rivaud)

bo bilbo_le_hobbit_1ere_partie

Howard Shore retrouve Peter Jackson et l'univers de Tolkien, douze ans après avoir commencé à composer pour LE SEIGNEUR DES ANNEAUX. Sans surprise, l'univers musical est le même, jusqu'à la reprise intacte des thèmes de la première trilogie, mais on note quelques nouveaux thèmes (principalement un, associé aux 13 nains de l'histoire) que l'on parvient à identifier malgré un album trop long qui a tendance à noyer les rares autres fulgurances.

Anna Karenine (Dario Marianelli) 

"Le compositeur italien fusionne avec finesse le classique et le folklore russe" (par Benoit Basirico)

bo anna_karenine

Après Beethoven sur LE SOLISTE ou Mozart et Chopin sur ORGUEIL ET PREJUGES (tous deux également de Joe Wright), le compositeur italien Dario Marianelli convoque une nouvelle couleur musicale, plus russe, pour cette adaptation de Léon Tolstoï.

Ernest et Célestine (Vincent Courtois) 

"Une partition qui caractérise les personnages d'Ernest et Célestine, noue leur amitié, soutient l'action, pour un moment ludique et tendre." (par Benoit Basirico)

bo ernest-celestine

Pour ce dessin animé ludique, drôle et touchant, le compositeur Vincent Courtois est parvenu à livrer une partition enlevée et mélodique, pouvant s'écouter seule comme un disque de jazz tout en caractérisant les personnages et illustrant l'action. 

Lincoln (John Williams) 

"Le tandem Spielberg/Williams de retour avec des subtilités et coups d'éclats" (par Sylvain Rivaud)

bo lincoln

Le couple vétéran du cinéma américain se réunit une nouvelle fois pour évoquer la figure emblématique du président Lincoln. La musique de John Williams se fait solennelle, mais surtout personnelle et humble. Sa partition est truffée de subtilités et de coups d'éclats qui se dévoilent au fil des écoutes.

The Bay (Marcelo Zarvos) 

"Des ambiances glauques, des atmosphères sonores lugubres et des montées de tension crépitantes et angoissantes." (par Quentin Billard)

bo bay

Utilisée avec parcimonie dans le film, la musique de « The Bay » fait la part belle aux ambiances glauques, aux atmosphères sonores lugubres et aux montées de tension crépitantes et angoissantes. Pour parvenir à ses fins, Marcelo Zarvos utilise essentiellement l'électronique et les synthétiseurs pour créer une atmosphère sonore capable de s'immerger dans les bruitages et les sons du film, parfois même de manière quasi imperceptible, quitte à bousculer la frontière entre la musique et les bruitages (probablement dans le but de ne pas freiner le réalisme du récit).

Frankenweenie (Danny Elfman) 

"Magnifique partition riche et limpide, épousant la nostalgie de l'enfance, en rendant hommage aux films de monstres" (par Benoit Basirico)

bo frankenweenie_2012

Ce qui frappe à l'écoute de cette musique sur disque ou lors de la vision du film, c'est son caractère un brin désuet et son apparente limpidité, son minimalisme et sa grande fluidité, comme si tout allait de soi, avec évidence, avec la sensation d'une partition anachronique et en même temps universelle. Cette musique réveille les morts comme Victor réussite le chien Sparky, elle convoque le cinéma de Burton ainsi retrouvé. 

Skyfall (Thomas Newman) 

"Thomas Newman convoque son style tout en étant soumis à la tendance 'Dark Knight'" (par Benoit Basirico)

bo bond_23

Avec les James Bond, et notamment pour la musique, il y a toujours eu trois conditions : le respect d'une tradition, le désir de renouvellement, et la soumission aux tendances des blockbusters contemporains.

Ted (Walter Murphy) 

"Retour à la grande tradition orchestrale de Goldsmith ou Williams, lequel est cité." (par Sylvain Rivaud)

bo ted

Le compositeur américain Walter Murphy, important musicien de la télé américaine, signe avec TED l'une de ses rares musiques de cinéma, où se mêlent orchestre, pop et jazz.

Les Seigneurs (Guillaume Roussel) 

"Une musique d'ampleur pour une modeste comédie" (par Sylvain Rivaud)

bo seigneurs

Guillaume Roussel s'est amusé avec les sonorités de sa partition pour cette comédie d'Olivier Dahan. Oublions les chansons qui représentent la moitié du disque, et interessons-nous au Score de Roussel, plus savant que ce que le film léger pouvait le présager.

Reality (Alexandre Desplat) 

"Alexandre Desplat sur les terres de Nino Rota, avec la candeur du personnage rêveur." (par Benoit Basirico)

bo big_house

Le français Alexandre Desplat signe pour la première fois la musique d'un film italien et saisit l'occasion, en plus d'être sur ses terres, d'emprunter le territoire musical de Nino Rota, également en toute logique avec le sujet du film.

The Bourne Legacy (James Newton Howard) 

"Une musique d'action habituelle pour JNH, malheureusement gâchée par des sonorités électroniques trop envahissantes" (par Quentin Billard)

bo jason_bourne_lheritage

Pour JNH, rien de bien neuf avec « The Bourne Legacy » : le compositeur reste fidèle à son style synthético-orchestral largement proéminent chez lui depuis son rapprochement évident avec Hans Zimmer et ses sbires du studio Remote Control. Ainsi donc, le score de « The Bourne Legacy » s'inscrit dans la continuité directe de l'esthétique musicale moderne et rythmée voulue par John Powell sur les trois précédents épisodes de la franchise. 

Les Saveurs du palais (Gabriel Yared) 

"Une partition qui mélange le baroque et le raffinement" (par BB)

bo saveurs-palais

L'élégance et le majestueux cotoient la précipitation et la profusion pour illustrer les saveurs du palais. 

Killer Joe (Tyler Bates) 

"La musique d'une innocence perdue, par le duo inédit William Friedkin/Tyler Bates" (par Benoit Basirico)

bo killer-joe

En croisant le chemin du cinéaste culte William Friedkin, le compositeur jusqu'alors connu pour ses guitares chez Zack Snyder ou Rob Zombie franchit un cap et livre sa meilleure BO et même l'une des plus fortes de l'année.

Du vent dans mes mollets (Eric Slabiak) 

"La musique au style Yiddish accompagne le film de la comédie à la nostalgie." (par BB)

bo vent_dans_mes_mollets

Eric Slabiak, sans être un spécialiste de la musique de film, plus connu pour ses musiques tziganes, parvient à coller au film, à ses émotions, et à y insuffler un rythme. 

The Expendables 2 (Brian Tyler) 

"Une BO avec des gros muscles" (par BB)

bo expendables_2

Brian Tyler renoue avec l’esprit du premier épisode dans l’alternance de pistes martiales marquant le combat déterminé de nos justiciers et des pistes plus lyriques et héroïques pour célébrer leur victoire. 

The Dark Knight Rises (Hans Zimmer) 

"L'éblouissant travail de réorchestration de Hans Zimmer analysé piste par piste." (par Camille Brunel)

bo dark_knight_rises

L’inventivité n’est certes pas toujours au rendez-vous – elle ne l’est pas souvent chez les grands compositeurs ces derniers temps, Elfman et Williams en tête – mais le travail de réorchestration est éblouissant, il n’était pourtant pas simple de succéder à l’insurpassable score de THE DARK KNIGHT. Les thèmes composés en 2005 pour BATMAN BEGINS ont enfilé leurs habits du dimanche, leurs habits de finale – et leur tailleur est riche, autant que doué. Analyse piste par piste.

Rebelle (Patrick Doyle) 

"Le compositeur inspiré par l'Ecosse" (par Sylvain Rivaud)

bo rebelle

L'écossais signe pour le nouveau film d'animation Disney/Pixar un score réussi aux accents celtiques sans perdre sa personnalité. Analyse du disque piste par piste.

The Avengers (Alan Silvestri) 

"La thématique se construit autour du thème héroïque des Avengers" (par Quentin Billard)

bo avengers

Après avoir flirté avec l'univers de « Captain America », c'est de nouveau au tour d'Alan Silvestri d'écrire la musique des aventures des Avengers, la production du film l'ayant d'ailleurs choisi suite à son travail sur le précédent film de Joe Johnston. Pour « The Avengers », l'objectif d'Alan Silvestri était on ne peut plus simple : suggérer l'action et la tension de cet affrontement pour la survie du monde et évoquer le rassemblement des héros avec un nouveau thème héroïque vigoureux et fédérateur. 

Hunger Games (James Newton Howard) 

"Une musique intime et nuancée, partagée entre l'orchestre, les passages électroniques contemporains et les sonorités folk/ethniques" (par Quentin Billard)

bo hunger_games

A la première écoute de la musique dans le film, on remarque rapidement qu'une partie du score de James Newton Howard n'a pas été utilisée, ou se retrouve parfois sous mixée sur certaines séquences, rendant l'écoute très morcelée, alors que l'album s'avère être beaucoup plus convaincant en terme de contenu. JNH a écrit environ 80 minutes de musique, dont à peine 40 ont été retenues à l'écran, une mésaventure similaire à son expérience sur le film « I Am Legend ». Ecrite dans l'urgence en seulement 3 semaines et utilisée avec parcimonie sur les images, la musique de JNH révèle pourtant beaucoup de points positifs.

Berlin 

"Festival de Berlin 2012 : Le jury jeune de l'OFAJ et la musique" (par )

bo

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), partenaire officiel du 62ème Festival International du film de Berlin, a organisé pour la neuvième fois le prix indépendant « Dialogue en perspective » dans la section Perspective Deutsches Kino de la Berlinale. Il s'agit là de projeter des films du jeune cinéma allemand et d'inviter un jeune jury franco-allemand (trois Français, trois Allemands et un Slovaque, âgés de 20 à 26 ans) à visionner tous les films de cette section parallèle, en discuter avec le président du jury (le réalisateur, scénariste et acteur Jan Henrik Stahlberg), et à désigner le film lauréat à l’issue du festival. Nous les avons rencontrer afin de saisir comment la musique entre en ligne de compte dans leur appréciation des films.

La Dame de fer (Thomas Newman) 

"Une approche musicale à la fois classique et moderne" (par Quentin Billard)

bo dame_de_fer

Pour le compositeur Thomas Newman, « The Iron Lady » représente l'opportunité de renouer avec son style intimiste et minimaliste habituel, à l'instar de ses partitions des années 90 pour des drames ou des comédies dramatiques. 

Le Territoire des loups (Marc Streitenfeld) 

"La partition est un habile mélange entre drame et épouvante." (par Quentin Billard)

bo grey

C'est grâce à la présence de Ridley Scott à la production du film que le compositeur Marc Streitenfeld s'est retrouvé sur la musique de « The Grey », le musicien issu du studio Remote Control d'Hans Zimmer étant devenu en quelques années le fidèle complice de Scott, ayant signé les scores pour des films tels que « A Good Year », « American Gangster », « Body of Lies », « Robin Hood » ou le récent « Prometheus ».

Bilan 

"Notre Bilan des BO de 2011" (par )

bo aventures_de_tintin_secret_de_licorne,drive,cave_of_forgotten_dreams,artist,arrietty,hideaways,tron_legacy,cle_des_champs,

2012 pointe son nez, il est temps de faire le bilan de l'année écoulée. Et ce que l'on peut dire, c'est que cette année est un très bon cru, tellement bonne que le bilan retiendra plus d'une vingtaine de titres comme étant des BO majeures. Pour commencer un bilan on se pose souvent la question de ce qui définit une BO majeure. S'agit-il des meilleures BO de 2011 ou des BO qui nous ont le plus touchées ? Subtile nuance. S'agit-il de celles dont on reconnaît la qualité et la place à leur attribuer dans l'histoire de la musique de film ? Ou celles qu'on a pris le plus de plaisir à écouter ? Parfois, on aime une BO parce qu'on reconnaît l'avancée esthétique qu'elle représente, comme la promesse d'une existence durable pour les béophiles, au-delà des bilans annuels. Parfois, on aime des BO juste pour la joie de l'instant, le plaisir de l'écoute, l'empathie avec la mise en musique d'une séquence, ou le facteur sympathie du compositeur. Enfin, les BO peuvent être découvertes dans le film avec les images, ou seules sur disque. Le bilan de Cinezik est un peu tout cela à la fois.

A la télé 

"Laurent Levesque de ci de là pour Varda" (par )

bo varda,levesque,agnes_de_ci_de_la_varda,

Agnès Varda signe pour Arte "Agnès de ci de là Varda", une série en 5 épisodes. Laurent Levesque retrouve la réalisatrice de CLÉO DE 5 À 7 après LES PLAGES D'AGNES pour un nouveau documentaire intime. 

(Par Julien Mazaudier) 

"Le Cinéma de l'Ère Pop" (par )

bo blow_up,easy_rider,satyricon,planete_sauvage,folie_des_grandeurs,cannabis,playtime,traffic,saura,fellini,cria_cuervos,lolita,

Ce dossier dresse l'historique sur deux décénnies (60's / 70's) d'une musique de film dans un cinéma dit "Pop", avec "Blow-Up" d'Antonioni et la BO Funk de Herbie Hancock, le Psychédélisme de Federico Fellini, la Pop Française, le Modernisme Pop vu par Jacques Tati, Carlos Saura, "Lolita" de Stanley Kubrick, "Les Petites Marguerites" de Vera Chytilová (1966), la Pop dans le Cinéma Erotique, "Alice In Wonderland" de Jonathan Miller (1966) et l'émergence de la New-Wave.

Par Christophe Olivo 

"La musique dans les films adaptés de Stephen King - 1ère partie (1976 - 1994)" (par )

bo king,carrie,shining,dead_zone,christine,stand_by_me,simetierre,misery,evades,

Auteur à succès s’il en est, Stephen King voit ses livres systématiquement adaptés au cinoche. Voilà une façon pratique de faire le tour des BO de ses films, tout en soulignant que la musique et les chansons sont omniprésentes dans son œuvre.

Par Christophe Olivo 

"La musique dans les films adaptés de Stephen King - 2e partie (1995 - 2005)" (par )

bo king,dolores_clairborne,un_eleve_doue,ligne_verte,coeurs_perdus_en_atlantide,dreamcatcher,fenetre_secrete,

Auteur à succès s’il en est, Stephen King voit ses livres systématiquement adaptés au cinoche. Voilà une façon pratique de faire le tour des BO de ses films, tout en soulignant que la musique et les chansons sont omniprésentes dans son œuvre.

Classements 

"Bilan 2010 des Musiques de films" (par )

bo inception,ghost_writer,social_network,wolfman,bad_lieutenant_2009,loong_boonmee_raleuk_chaat,toy_story3,liberte,green_zone,last_airbender,tamara_drewe,splice,au_fond_des_bois,mysteres_de_lisbonne,buried,monsters,nannerl_soeur_de_mozart,comtesse,dragons,book_of_eli,

Cinezik dresse son bilan de l'année écoulée avec le TOP des deux rédacteurs réguliers du site. Du côté des Musiques de films, les grands gagnants sont BAD LIEUTENANT : ESCALE A LA NOUVELLE-ORLEANS par Mark Isham, INCEPTION par Hans Zimmer, THE GHOST-WRITER par Alexandre Desplat et THE SOCIAL NETWORK par Trent Reznor.

Thématique 

"Rock et Cinéma" (par )

bo dicillo-ent20100609,when_youre_strange,

Le flirt entre rock et cinéma démarre vers la fin des années 50 avec des fictions érigeant les musiciens en mythe vivant, tel Elvis, puis l'univers rock irrigue les champs du docu ("Year of the Horse"), du biopic ("Control"), de la fiction avec ses acteurs ("Coffee and Cigarettes"), ses BO ("Rocky horror picture show"), et ses compositeurs ("Zabriskie Point").

Bilan annuel 

"Notre Bilan 2009 des musiques de films" (par bilan2009bo)

bo coraline,box,informant,drole_de_noel_de_scrooge,ricky,la_haut,dans_brume_electrique,

Tandis que les internautes ont choisi STAR TREK de Michael Giacchino comme meilleure BO de l'année, au tour de la rédaction de Cinezik d'établir son classement annuel afin de dégager les tendances et les BO incontournables de l'année écoulée. Dans ses top 15 des meilleures musiques de film de 2009, la rédaction a définitivement flashé sur CORALINE de Bruno Coulais et THE BOX d'Arcade Fire.

France Musique 

"'Chant des toiles' sur France Musique vous a donné la parole" (par )

bo benoit_basirico,france_musique,

Carte blanche aux internautes de France Musique et Cinezik.fr, sous la houlette de Marc David-Calvet et de Benoît Basirico, journaliste, spécialiste de la Musique de film et de Charles-Pierre Vallière, chroniqueur de Chant des Toiles. Avec de nombreux extraits musicaux, les internautes et quelques compositeurs ont pu répondre à la question "Qu'est ce qui a fait de vous un béophile" dont voici les témoignages.

Business 

"Le numérique est l’avenir pour les ventes de bandes originales" (par )

bo jamois,naive,slumdog_millionaire,twilight,

Thomas Jamois est responsable des éditions musicales et de la synchronisation au sein du label français indépendant Naïve. Il s’est exprimé sur son métier lors d’une conférence donnée à la SACEM aux compositeurs et réalisateurs d’Emergence (Université d’été du cinéma) et s’est montré optimiste sur le devenir des BO en numérique.

A venir 

"Les musiques de films les plus attendues de 2009" (par bo2009)

bo

Après un bilan "musique et cinéma" de l'année 2008, il est temps de se pencher sur les tendances à venir en 2009. Et ce n'est pas les projets excitants qui manquent.

par la rédaction de Cinezik.org 

"Bilan 2008 de la musique de film" (par )

bo

2009 est arrivé, et voici le moment de dresser nos classements des meilleures BO de l'année écoulée. Alors que les internautes ont élu sur notre forum The Dark Knight et Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull, la rédaction a mis en tête James Newton Howard, Alexandre Desplat et Jonny Greenwood.

Peur sur la ville (Ennio Morricone) 

"Une partition sombre, mystérieuse et entêtante " (par Quentin Billard)

bo peur-sur-ville

Henri Verneuil en profite pour retrouver sur « Peur sur la ville » l'un de ses fidèles complices, le compositeur Ennio Morricone, qui signe une partition sombre, mystérieuse et entêtante pour le long-métrage. Rappelons que Verneuil a collaboré avec quelques uns des plus grands compositeurs de l'époque : Joseph Kosma (« Des gens sans importance »), Michel Legrand (« Les amants du Tage »), Maurice Jarre (« Le Président », « Week-end à Zuydcoote »), Michel Magne (« Un singe en hiver », « Mélodie en sous-sol »), Georges Delerue (« Cent mille dollars au soleil », « Les Morfalous »), Georges Garvarentz (« Les lions sont lâchés »), Philippe Sarde (« Mille milliards de dollars »), Jean-Claude Petit (« Mayrig »), etc. 

Critiques 

"La musique de Battlestar Galactica au peigne fin" (par battlestar)

bo battlestar_galactica,battlestar_galactica4,battlestar_galactica1,battlestar_galactica2,battlestar_galactica3,mccreary,

La musique de la série télé américaine Battlestar Galactica est un parfait exemple de ce qui se fait de mieux aujourd'hui en matière de musique pour la télévision. Après un téléfilm (ou mini-série) initié en 2003 et composé par Richard Gibbs, c'est le jeune compositeur Bear McCreary qui se charge de la musique de la série. Retour sur les cinq albums parus chez La-La Land Records afin de décrypter la richesse thématique et sonore de cette saga déjà culte.

Adaptations sur scène 

"Des films rejoués sur scène, une bonne idée ?" (par rabbi_jacob)

bo shore,cronenberg,fly,cosma,elfman,edward_scissorhands,

Après l'opéra La Mouche de Howard Shore & David Cronenberg sur les planches du Théâtre du Châtelet en juillet, revoici une nouvelle adaptation scénique d'un film et de sa musique, avec Les Aventures de Rabbi Jacob en comédie musicale au Palais des Congrès de Paris. Et ce n'est pas fini : arrive aussi Edward aux Mains d'Argents... La musique de ces films s'adapte sur scène : bonne ou mauvaise idée ?

Témoignages 

"La musique de film, qu'est-ce qu'elle vous évoque ?" (par )

bo

Lors de la fête de la musique, nous avons demandé à quelques personnes venues assister à la représentation de Catherine Ringer (es-Rita Mitsouko) qui reprenait des airs de Nino Rota, ce que la Musique de film évoquait chez eux.

Tradition et modernité : l’intellectualisation de la musique de film 

" La musique dans l’œuvre de Stanley Kubrick" (par kubrick)

bo kubrick,

« Un film est – ou devrait-être – beaucoup plus proche de la musique que du roman. Il doit être une suite de sentiments et d’atmosphères. Le thème et tout ce qui est à l’arrière-plan des émotions qu’il charrie, la signification de l’œuvre, tout cela doit venir plus tard. Vous quittez la salle et, peut-être le lendemain, peut-être une semaine plus tard, peut-être sans que vous vous en rendiez compte, vous acquérez quelque chose qui est ce que le cinéaste s’est efforcé de vous dire. »

Stanley Kubrick, Holiday, 1964

Cannes 

"Les court-métragistes français sont-ils mélomanes ?" (par )

bo gonzales,engel,

Parmi les court-métrages présentés au Festival de Cannes 2008, nous vous en présentons trois d'entre eux réalisés par Nicolas Engel, Yann Gonzalez et Jean-Sébastien Chauvin. Au micro de Radio Libertaire dans l'émission "Les passagers de la nuit" (un samedi par mois), ces trois jeunes réalisateurs expriment à leur manière uné mélomanie, que ce soit par la comédie musicale du premier avec La copie de Coralie, l'énergie rock et cold wave du second avec Je vous hais petites filles, ou le mélodrame assumé du troisième dans Les filles de feu.

Filmographie commentée 

"Michael Nyman : filmographie décryptée" (par nyman)

bo nyman,greenaway,lecon_piano,

"Michael Nyman a apparemment découvert comment avoir un pied dans le 18e siècle et un autre dans le 20e siècle".
(Peter Greenaway)

Ses musiques pour le cinéma sont probablement l'un des aspects les plus connus du travail de Michael Nyman qui commençe à composer dans les années 70 . Ce n’est qu’au début des années 80 qu’il se fait connaître quand il écrit la musique du film Meurtre dans un Jardin Anglais, du réalisateur Gallois Peter Greenaway. Il gagne la reconnaissance du public avec la bande originale de La Leçon de Piano, long-métrage réalisé par Jane Campion en 1992.

La Face B de la musique de film 

"Les films indépendants et leur musique" (par underground)

bo sarde,morricone,goblin,ortonali,argento,jansen,delerue,resnais,godard

Rétrospective des tendances musicales dans le cinéma underground américain des années 60-70, le nouveau cinéma européen, et le cinéma bis.

Analyse musicale 

"Les 'Planètes' de Gustav Holst dans la musique de film" (par planètes)

bo

Mémoire de maîtrise présenté ici publiquement et disponible en PDF

Analyse musicale 

"Analyse du 'Main Title' de la BO de film Signs" (par signes)

bo howard-jn,signs,shyamalan,

Musique de James Newton Howard

Signs (Signes) est le troisième film de M. Night Shyamalan, réalisateur prodige de Sixth Sense (Sixième Sens). Plus ou moins réussi, ce film prend comme prétexte une invasion extraterrestre pour discuter de la foi et de la fatalité : l'apparition de mystérieux dessins dans des champs bouleversent ici les certitudes d'une famille américaine qui semble avoir perdu ses repères (notamment celui que représente la figure maternelle) .

La musique de James Newton Howard transcende littéralement le film de Shyamalan. Elle a marqué les béophiles, qui ont reconnu notamment en « The Hand Of The Fate I » l'une des belles orchestrations de cette dernière décennie (même un groupe de rap a repris ce motif pour accompagner leurs textes). Le « Main Title », orchestré par Pete Anthony, esquisse admirablement cette apothéose : c'est ce petit bijou musical que nous nous proposons d'analyser en détail, en suivant l'ordre chronologique des évènements.

Histoire de la musique de film, du muet à nos jours 

"La petite chronologie de la musique de film" (par chronologie)

bo

De la 1ère musique originale pour un Film avec l'Assassinat du Duc de Guise (image ci-contre) à aujourd'hui, du muet à nos jours, la Musique de film a eu ses mutations, ses compositeurs majeurs, ses films emblématiques, ses courants...

Collaboration musicale 

"Maurice Jarre et David Lean" (par lean)

bo jarre,lean,

La collaboration entre Maurice Jarre et David Lean s'est déroulée sur quatre films : Lawrence d'Arabie (1962), Docteur Jivago (1965), La Fille de Ryan (1970) et La Route des Indes (1984). Flashback.

Flashback sur un genre 

"Jazz et Cinéma" (par jazz)

bo imbert,sclavis,

Le jazz et le cinéma n'ont pas toujours été mariés à l'écran. Leur rencontre à une histoire.

Littérature et cinéma 

"Jules Verne et la musique de film" (par verne)

bo schifrin,herrmann,

Jules Verne, auteur prolifique, né à Nantes sur l'île Feydeau le 8 février 1928 a exploré dans sa littérature l'Aventure au-delà des mondes connus... et inconnus. Alliant la science et la fiction, il a ouvert la voie aux explorateurs modernes.

A l'occasion du XVe anniversaire du Festival du film Jules Verne Aventures qui s'est déroulé du 18 au 24 avril 2007 à Paris, Cinezik revient sur les musiques de films adaptés des oeuvres de l'écrivain.

Retour sur une trilogie 

"Spielberg, Ford, Williams : trio de choc pour trilogie culte" (par indiana_jones)

bo williams,spielberg,indiana_jones_kingdom,

A l'occasion de la sortie en salles d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, impossible de passer outre une petit rétrospective musicale des films précédents, tous évidemments mis en musique par John Williams et réalisés par Steven Spielberg. Ces trois films sont un peu à part dans leur filmographie, car lorgnant constamment sur le registre de l'aventure pure et dure, du divertissement, voire même vers le film de genre (les autres oeuvres de Spielberg se voulant plus engagées ou nostalgiques).

Miss Lovely - Artistes variés  
bo miss-lovely

Tracklist

"Exterminating Angel"
Par Cloudland Canyon & Lichens

...

En Août - Artistes variés  
bo en-aout

La réalisatrice suisse Jenna Hasse convoque la musique brésilienne de Paulinho da Viola ("A dança da solidão").

...

Pasolini - Artistes variés  
bo pasolini

Tracklist

"Canto delle Lavandaie del Vomero"
Neapolitan Traditional song
Performed by Roberto Murolo

"Una voce poco fa (cavatina di Rosina)"
From the opera Il Barbiere di Siviglia
Libretto by Cesare Sterbini
Music by Gioacchino Rossini
P...

Dear White People - Kathryn Bostic et Artistes variés  
bo dear-white-people

5 titres du Score sont également disponibles

Lakeshore Records - 18 novembre 2014 

1. House Ele...

Miraculum - Artistes variés  
bo miraculum

Le cinéaste québécois Daniel Grou, alias Podz, convoque divers artistes pour son nouveau drame.

...

Un week-end à Paris - Jeremy Sams  
bo un-week-end-a-paris

Propos du compositeur
(issus du Dossier de presse du label)

Roger aime utiliser des temp-tracks, vous savez, cette musique temporaire, préexistante au film et provisoirement utilisée lors du montage, avant son remplacement par la musique originale. Cette méthode m'a permis de bien saisir l'allure et l'atmos...

Un village français - Eric Neveux  
bo un_village_francais

Eric Neveux nous a concocté pour cette série située pendant la guerre une partition orchestrale efficace à son début, respectant certains codes que ce soit par son côté épique (les percussions/cordes du générique), par ses moments d'attente ("Premières victimes" rappellant les pauses d'Ennio Mo...

Ordure ! - Clint Mansell  
bo filth

Tracklist de l'album également disponible : 

Island Records (23 septembre 2013)

1. Robbo's Theme - Clint Mansell
2. Will You Still Love Me Tomorrow - The Shirelles
3. Love Really Hurts Without You - Billy Ocean
4. Silver Lady...

Caprica - Bear McCreary  
bo caprica

Bear Mccreary retrouve donc un instant l'univers qui a fait son succès pour composer la musique du pilote de la série préquelle à Battlestar Galactica : Caprica. Le compositeur délaisse donc un instant les mélodies et le terrain connu de la série pour se consacrer tout entier vers une écriture plus classique, con...

Les Enfants Loups, Ame & Yuki - Takagi Masakatsu  
bo enfants-loups-ame-yuki

La chanson d'ouverture, aux allures de berceuse (au piano), donne le ton d'un film emprunt de douceur et de mélancolie. Elle expose le thème principal, repris dans le morceau suivant. Un thème assez simple, enfantin et touchant. Le compositeur développe ensuite plusieurs motifs dans la même tonalité que ce thème principal...

Total Recall Mémoires Programmées - Harry Gregson-Williams  
bo total_recall_2012

Après une partition monumentale et inégalable signée Jerry Goldsmith pour le film de 1990, c'est au tour d'Harry Gregson-Williams de se voir confier les rênes de la partition de « Total Recall ». Ici comme pour le film lui-même, inutile de partir avec des a priori : la nouvelle partition d'HGW n'a absolument rien &ag...

Prometheus - Marc Streitenfeld et Harry Gregson-Williams  
bo prometheus

Le compositeur allemand Marc Streitenfeld retrouve quand Ridley Scott après avoir oeuvré sur ses précédents films : « A Good Year » (2006), « American Gangster » (2007), « Body of Lies » (2008), « Robin Hood » (2010), sans oublier de mentionner sa participation à une production Ridley/To...

Dark Shadows - Danny Elfman  
bo dark_shadows

Danny Elfman nous avait laissé un petit goût d'inachevé avec ALICE IN WONDERLAND qui bénéficiait d'un superbe thème principal, mais c'était à peu près tout. La richesse et la folie des précédents scores d'Elfman pour Burton manquait un peu à l'appel, comme si le compositeur s'étai...

Columbus Circle - Brian Tyler  
bo columbus_circle

Brian Tyler retrouve à nouveau George Gallo sur « Columbus Circle » deux ans après « Middle Men ». Le compositeur livre pour « Columbus Circle » un travail d'une qualité remarquable, visiblement inspiré par l'atmosphère psychologique du film et le jeu des acteurs. Budget oblige, le compositeur s'est...

John Carter - Michael Giacchino  
bo john_carter_of_mars

Si le film n'a guère été épargné par les critiques, qui fustigent régulièrement son manque d'originalité et son scénario cousu de fil blanc, il n'en est pas de même pour l'excellente partition symphonique de Michael Giacchino, considérée quasi unanimement comme l'une des meilleur...

Or Noir - James Horner  
bo or_noir

Black Gold marque le retour d'une collaboration entre Annaud et Horner avec trois films étalés sur trois décennies. Malgré l'échec du précédent film du réalisateur français, on attendait son retour sur une grande fresque de cette envergure hollywoodienne, Annaud étant parti...

Dos au mur - Henry Jackman  
bo man_on_a_ledge

Propulsé par le succès de ses partitions récentes (« Puss in Boots », « Kick Ass », « X-Men : First Class »), le compositeur Henry Jackman, issu du studio Remote Control, se voit confier les rennes de la musique de « Man On A Ledge », pour lequel il signe une partition thriller sombre, rythmée ...

Mission : impossible, protocole fantôme - Michael Giacchino 
bo mission_impossible_protocole_fantome

A l'écoute de ce quatrième opus de la franchise MISSION: IMPOSSIBLE, et troisième collaboration entre Brad Bird et Michael Giacchino, il semble évident qu'il y a une complicité entre ceux-là, un vrai respect des codes et des genres, et du travail bien fait. De même que Brad Bird s'approprie les clichés de la s&eacu...

A Dangerous Method - Howard Shore 
bo a_dangerous_method

Un score de Howard Shore pour David Cronenberg est toujours un événement. Même si depuis dix ans le compositeur s'est lié à d'autres cinéastes (Martin Scorsese, Peter Jackson), Cronenberg reste associé aux débuts du compositeur canadien et à une collaboration qui a en grande partie défini son style mu...

Shame -  Harry Escott  
bo shame

Le score orchestral de Harry Escott (enregistré à Abbey Road) épouse la mélancolie du film avec des nappes de cordes denses, très présentes sur certaines séquences, leur donnant un impact dramatique assez surprenant, et beaucoup de lyrisme au film (par ailleurs assez froid). Malheureusement les ravages du temp-track (mus...

Retour en haut de page


FILMS en Salle
PARUTIONS BO : Nouveautés - BO à venir - Court-métrages
CRITIQUES de BO
COMPOSITEURS : Interviews - Jeunes Talents
NEWS
DOSSIERS : Articles - Guide pratique - Ouvrages
Forum : Discuter sur les BO
Cinezik.org : L'Equipe - Mentions Légales - Partenaires - Liens - Presse

Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org


sociaux

Contact

critiques
 Cannes 2015 : Panorama des BO en sélections //
 Cannes 2015 : Panorama des BO à Un Certain Regard
 A écouter dans les films sortis le 20 mai 2015
 Deux amis: Sarde, sa rencontre avec Louis Garrel
 Nouveautés BO : notre sélection de la semaine
 La Tête Haute : la musique d’un espoir

infos
 Cannes 2015 : Bertrand Burgalat révèle qu’il compose des chansons pour le prochain Pascal Bonitzer
 Cannes 2015 : Low Entertainment retrouve Thomas Lilti après “Hippocrate”
 Cannes 2015 : Panorama des BO à Un Certain Regard
 Cannes 2015 : Panorama des BO dans les sélections parallèles

+ d'infos


Accédez à notre espace dédié
du Festival de Cannes 2015

agenda
 Du 13 au 24 mai 2015 :
Festival de Cannes 2015 : Quels compositeurs dans les sélections ?

 Vendredi 5 juin 2015 à 20h45 :
Concert : Jean-Claude Petit fait son cinéma à Soisy

 13 juin 2015 à 16h et 20h :
Ciné-concert 'Retour vers le futur'

 Du 03 au 11 juillet 2015 :
FIMUCITE 2015 - le 9e Festival International de Musique de Film de Tenerife célèbre la France avec Maurice Jarre, Georges Delerue, Jean-Michel Bernard


Agenda complet

compositeurs
 Deux amis : Philippe Sarde raconte sa rencontre avec Louis Garrel
 Cannes 2015 : Para One évoque son premier long-métrage de réalisateur
 Cannes 2015 : Marc Marder en Inde pour La Quatrième voie
 Cannes 2015 : David Hadjadj, un français chez la japonaise Naomie Kawase

+ d'interviews



ensalles
 Trois souvenirs de ma jeunesse (Arnaud Desplechin )
 Mad Max: Fury Road (George Miller )
 Caprice (Emmanuel Mouret )
 En Equilibre (Denis Dercourt )

+ de films en salles

parutions
 A la poursuite de demain (Michael Giacchino )
 Loin des hommes (Nick Cave, Warren Ellis )
 Slow West (Jed Kurzel )
 Poltergeist (Marc Streitenfeld )

+ de parutions

critiques
 La Tête haute (Eric Neveux) #Cannes2015
 Mad Max Fury Road (Junkie XL) #Cannes2015
 Timbuktu (Amine Bouhafa)
 Exodus (Alberto Iglesias, Harry Gregson-Williams)

+ de critiques

projets à venir

La musique de The Rams réalisé par Grímur Hákonarson   sera composée par Atli Örvarsson  

FORUM
 Musique du film "Cendrillon" (2015) "Lavender's blue"
 Bridge of Spies (Thomas Newman)
 leitmotiv majeurs-mineurs
 Manuel Bleton compose la musique d'un court du NIKON

Accédez au Forum

blog
 Critiques Ciné / Décembre 2013 : la sélection de @grandecart *
 Les BO se vendent comme des petits pains... au Royaume-Uni*
 Projets de BO alléchants - juillet 2013*
 "si on veut gagner sa vie, la musique de film est un bon moyen"*

Accédez au Blog de Cinezik


Cinezik a une Chronique sur France Musique dans Cinéma Songs
Sacem
Retrouvez la programmation de l'émission et les archives en écoute.


Cinezik est soutenu par la SACEM
Sacem


---- Publicité ----

Emploi en France Jooble

Imprimer cette page :


Partager cette page :

       Partager cette page par mail