Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Tonnerre sous les Tropiques  (2008)

Lakeshore Records (5 août 2008) - 40'02 | Import


C'est Théodore Shapiro qui a été choisi par Ben Stiller pour composer la musique de sa parodie incroyable de film de guerre. L'homme est habitué aux délires du bonhomme et de la bande qui l'entoure. Il a ainsi déjà travaillé sur "DodgeBall", "Les rois du Patin" ou "Semi-Pro".

Tonnerre sous les Tropiques

Tracklist

1. You're My Brother (02:58)
2. Four Leaf's Plan (02:39)
3. Lead Farmer (03:56)
4. Enter the Dragons (00:58)
5. Bad Feeling about This (00:52)
6. Flaming Dragons (02:32)
7. Panda Attack (01:17)
8. Panda Call (00:47)
9. The Golden Triangle (02:52)
10. A Night at the Theater (00:48)
11. Don't Judge Me (03:27)
12. Portnoy's Plan (00:36)
13. The Wet Offensive (01:51)
14. Shadow Me, Pinocchio (00:49)
15. Flamethrower (01:46)
16. Breakdown Under (02:01)
17. Truck Escape (01:00)
18. Blow The Bridge (02:21)
19. Real Tears (03:19)
20. Simple Jack Trailer (01:14)
21. Satan's Alley (00:53)
22. Cue Bill Conti (01:06)

SOUTENEZ NOTRE SITE

Nos articles sur cette BO

Deux possibilités simples se posaient pour le réalisateur : jouer la carte de la farce en désamorçant systématiquement l'héroïsme débile de chacun de ses soldats, ou accentuer encore leurs actes avec un véritable accompagnement orchestral. Les habitués du compositeur connaissent déjà la réponse. En effet Shapiro choisit de composer une véritable partition guerrière, qui si elle force son style pour mieux appuyer son propos, ne s'enfonce jamais dans un second degré trop évident. Le travail de l'homme est suffisamment fin pour entrer de plein pied dans l'univers du film de guerre hollywoodien, offrant une double lecture savoureuse à sa partition.

Et ça commence très fort avec le morceau ouvrant la première (fausse) scène de combat, avec son accompagnement musical nous offrant une référence ouverte et très réussie à l'équipe "Remote Control" et les contributions de Lisa Gerrard. Tout est réuni : thème héroïque, solo de voix lors des moments tragiques, rythme tribal, guitare électrique…. Le compositeur ne pousse jamais trop loin la caricature pour ne pas tomber dans la parodie. Preuve en est avec le Lamento concluant le monologue hilarant de Ben Stiller, de la pure guimauve, et pourtant bien écrite.

Il ne faut donc pas s'attendre ici à une révolution du genre, le tout restant relativement conventionnel. Shapiro ne développant que très peu de motif, ne construisant jamais une partition à l'homogénéité et à la construction globale. Le thème principal de la fameuse compagnie "Tropic Thunder" ne rythmera le reste de la partition qu'à de rares moments, et refera juste une apparition remarquée, avec un nouvel arrangement, dans le final. Le rythme, voilà la clef de la partition. Percussions omniprésentes, orchestre de cordes massives, riffs de guitares enragées, le panel thématique du film est suffisamment large pour laisser au compositeur le temps de s'exprimer librement sur ce sujet, et surtout de se lâcher. Il nous offre ici une suite de morceaux d'action pure, où ne plane aucun autre sentiment que l'énergie, ne ménageant que très rarement suspense ou émotion.

Là où il surprendra les néophytes, c'est dans la maîtrise d'une formation orchestrale imposante. Toujours bien écrite, bien orchestrée, le compositeur prouve encore une fois, à qui en doutaient, ses capacités d'écriture. Il associe des couleurs sonores à chacun de ses environnements (flûte pour les dealers, cordes pour la compagnie, etc.), et construit chacun de ses morceaux comme des pièces d'action indépendante. En plus de cette approche classique, notons qu'il est l'auteur d'une grande partie de 'source music' du film, signant les musique des bandes annonces (Satan's Alley, Simple Jack etc.), lui permettant de s'aventurer encore dans des univers bien différents, mais toujours traités avec la même rigueur.

Un excellent travail donc, de la part d'un compositeur que l'on aimerait voir attaché à plus de projets, tant chacune de ses contributions attestent d'un grand savoir faire. Un savoir faire que l'on aimerait voir à l'œuvre sur des projets à l'ambition musicale et artistique plus grande. Pour enfin faire éclater cette maturité dont on ne discerne que des bribes dans la partition de "Tropic Thunder".

Adrien Pauchet

Boutique

Autres BO du compositeur

Vos avis