Musique de film, bandes originales, bo

Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org

NOUVEAUTES BO
BO de films : Original Score Albums Compilations Rééditions A paraitre
Autres supports : Télévision Jeux-vidéo Oeuvres de concert En bonus DVD
BO cultes Les Incontournables
Genres : Rock Electro Jazz Rap Variété Savante Industriel Trad / World
Ventes : Boutique - Dernières ventes        BO en Vinyle
En écoute : Dernières BO en écoute intégrale
Archives : Toutes les BO par année

Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org

The Tree of Life

(2011)

The Tree of Life

1. Childhood
2. Circles
3. Clouds
4. River
5. Awakening
6. Emergence of Life
7. Light & Darkness
8. Good & Evil
9. Motherhood
10. City of Glass
11. Fatherhood
12. Temptation
13. Skies

       Partager cette BO par mail

Lakeshore Records (24 Mai 2011) - CD et Digital - Original Score [musique originale]

Alexandre Desplat succède à Ennio Morricone (Les Moissons du ciel), Hans Zimmer (La Ligne rouge) ou James Horner (Le Nouveau monde) pour Terrence Malick. La partition (cordes et piano) d'Alexandre Desplat est discrète, elle se mêle à la voix off et à l'environnement sonore avec les bruits du quotidien et ceux de la nature. Le film regorge par ailleurs de musiques préexistantes, des requiems, "Resurrection in hades" de John Tavener pour la séquence d'ouverture, "Lacrimosa - requiem for my friend" de Zbigniew Preisner (compositeur polonais des films de Kieslowski) pour la naissance de l'univers ou celui de Berlioz pour la séquence d'anticipation, et encore Gyorgy Ligeti. Par ailleurs, on entend dans le film la musique de la Bande Annonce qui est “My Country –Vltava (The Moldau)” de Bedrich Smetana.

ATTENTION !!  Le disque sorti contient le Score de Alexandre Desplat (en majorité absent du film), et aucun des morceaux pré-éxistants entendus dans le film.

Tracklist - Musiques présentes dans le film :

"Funeral Canticle" 
Written by John Tavener and Mother Thekla 
Performed by George Mosley, Paul Goodwin 
and the Academy of Ancient Music 
Courtesy of Harmonia Mundi USA

"Cosmic Beam Take 5" 
Written and Performed by Francesco Lupica 
Courtesy of Twentieth Century Fox Film Corporation

"Symphony No. 1" 
Written by Gustav Mahler 
Performed by the Polish National Radio Symphony Orchestra conducted by Michael Halász 
Courtesy of Naxos 
By arrangement with Source/Q


"Morning Prayers" 
Written by Giya Kancheli 
Courtesy of ECM Records

"Faunophonia Balkanica" 
Written, Performed and Produced by Arsenije Jovanovic 
Courtesy of Arsenije Jovanovic

"Wind Pipes" 
Written and Performed by Michael Baird 
Courtesy of Sharp Wood Records

"Approaching" 
Written, Performed and Produced by Arsenije Jovanovic 
Courtesy of Arsenije Jovanovic

"Ta Há 1" 
Written and Performed by Klaus Wiese 
Courtesy of Aquamarin Verlag GmbH, Germany

"Snapshot from the Island" 
Written and Performed by Tibor Szemzo 
Courtesy of Leo Records

"Lacrimosa 2" 
Composed by Zbigniew Preisner 
Performed by Elzbieta Towarnicka (soprano) and the Sinfonia Varsovia 
and the Varsov Chamber Choir, conducted by Jacek Kaspszyk 
Courtesy of New Music B.V.

"Ascending and Descending" 
Written by David Hykes 
Performed by David Hykes and The Harmonic Choir 
Courtesy of Harmonic Presence Foundation

"Resurrection in Hades" 
Written by John Tavener and Mother Thekla 
Performed by Joseph Jennings and the Chanticleer Choir and Chorus 
Courtesy of Warner Classics 
By arrangement with Warner Music Group Film & TV Licensing

"Berlioz: 7. Domine Jesu Christe [Requiem Op. 5 (Grande Messe des Morts)]" 
Performed by Wandsworth School Boys Choir, London Symphony Chorus, London Symphony Orchestra, Sir Colin Davis 
Courtesy of Decca Music Group Ltd. 
Under license from Universal Music Enterprises

"Siciliana Da Antiche Danze Ed Arie Suite III" 
Written by Ottorino Respighi 
Performed by the National Symphony Orchestra of Ireland Conducted by Rico Saccani 
Courtesy of Naxos 
By Arrangement with Source/Q

"Hymn to Dionysus" 
Composed by Gustav Holst 
Performed by The Royal Philharmonic Orchestra and Chorus 
Courtesy of Unicorn-Kanchana Records

"My Country -Vltava (The Moldau)" 
Composed by Bedrich Smetana 
Performed by Vaclav Smetacek and 
The Czech Philharmonic Orchestra 
Courtesy of SUPRAPHON

"Brahms: 2. Andante moderato [Symphony No. 4 in E minor, Op. 98]" 
Performed by Berliner Philharmoniker, Herbert von Karajan 
Courtesy of Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg 
Under license from Universal Music Enterprises

"Symphony No. 3" 
Written by Henryk Górecki 
Performed by the Polish National Radio Symphony Orchestra conducted by Antoni Wit 
Courtesy of Naxos 
By Arrangement with Source/Q

"Pièces de clavecin, Book II 6e Ordre N5:Les Barricades Mistérieuses 
Written by Francois Couperin (1668-1733) 
Performed by Angela Hewitt 
Courtesy of Hyperion Records Ltd.

"J.S Bach: Fugue [Toccata and Fugue in D Minor, BWV 565]" 
Performed by Helmut Walcha 
Courtesy of Deutsche Grammophon, GmbH, Hamburg 
Under license from Universal Music Enterprises

"The Well-Tempered Clavier" 
Written by Johann Sebastian Bach 
Performed by Jenő Jandó 
Courtesy of Naxos 
By arrangement with Source/Q

"Pièces de clavecin, Book II 6e Ordre N5: 
Les Barricades Mistérieuses 
Written by Francois Couperin 
Performed by Hanan Townshend 
Courtesy of Hanan Townshend

"Hymn 87: Welcome Happy Morning" 
Performed by Hanan Townshend 
Courtesy of Hanan Townshend

"Mussorgsky: Pictures at an Exhibition - Promenade - The Tuileries - Bydio (Piano Version)" 
Performed by Vladimir Ashkenazy 
Courtesy of Decca Music Group Ltd. 
Under license from Universal Music Enterprises

"Schumann: 1. Allegro affettuoso [Piano Concerto in A Minor, Op. 54]" 
Performed by Martha Argerich, Gewandhausorchester, Leipzig, Riccardo Chailly 
Courtesy of Decca Music Group Ltd. 
Under license from Univesral Music Enterprises

"Klangschalen 2" 
Written and Performed by Klaus Wiese 
Courtesy of Akasha, Germany

"Eternal Pulse" 
Written and Performed by Hanan Townshend 
Courtesy of Hanan Townshend

"After the Rain: Antiphon" 
Written by Barry Guy 
Performed by Richard Hickox and the City of London Sinfonia 
Courtesy of NMC Recordings

"Harold in Italy" 
Written by Hector Berlioz 
Performed by the San Diego Symphony Orchestra conducted by Yoav Talmi 
Courtesy of Naxos 
By Arrangement with Source/Q 42

"Piano Sonata No.16 in C Major K. 545" 
Composed by Wolfgang Amadeus Mozart 
Performed by Jim Lynch

"Siciliana Da Antiche Danze Ed Arie Suite III" 
Written by Ottorino Respighi 
Performed by Hanan Townshend 
Courtesy of Hanan Towhnshend

"Lacrimosa 2" 
Written by Zbigniew Preisner 
Performed by Hanan Townshend 
Courtesy of Hanan Townshend

"Berlioz: 10. Agnus Dei [Requiem, Op. 5 (Grande Messe des Morts)]" 
Performed by Wandsworth School Boys Choir, London Symphony Chorus, London Symphony Orchestra, Sir Colin Davis 
Courtesy of Decca Music Group Ltd. 
Under license from Universal Music Enterprises

"Sound Testament of Mount Athos" 
Written, Performed and Produced by Arsenije Jovanovic 
Courtesy of Arsenije Jovanovic

"Ma Maison" 
Written, Performed and Produced by Arsenije Jovanovic 
Courtesy of Arsenije Jovanovic

Propos sur la musique :
(issu du dossier de presse)

Le cinéma n'est pas seulement visuel - il est aussi sonore et, dans THE TREE OF LIFE, la musique et les effets sonores sont tout aussi fondamentaux que les couleurs, les matières et l'atmosphère. Les voix-off se fondent dans la partition symphonique d'Alexandre Desplat, et inversement, et composent un environnement sonore où les bruits du quotidien et ceux de la nature ont la même importance, et procurent, eux aussi, un sentiment d'émerveillement et de mystère.
Plusieurs morceaux sont des requiems, comme celui de Tavener pour la séquence d'ouverture, celui de Preisner pour la naissance de l'univers ou celui de Berlioz pour la séquence d'anticipation.
Dès leurs premières discussions, le compositeur français a compris que le cinéaste souhaitait des accords "fantastiques et méditatifs" et une musique aussi naturelle que les arbres, l'herbe et les mouvements des étoiles. "La consigne la plus importante que Terence m'ait donnée, c'est que la musique devait couler comme un torrent d'eau", explique Desplat. "Du coup, j'ai tenté de donner un côté aquatique à ma partition. La musique devait sembler naturelle, ce qui fait que l'on n'a utilisé que des instruments traditionnels et surtout pas électroniques. Le piano - à la fois simple et fondamental - domine. Et même si le film est très spirituel, je ne voulais pas que la musique soit d'inspiration New Age. Je voulais qu'elle ait une dimension atemporelle, et que les sonorités semblent surgir de la nature".
Malick avait également choisi des morceaux de plusieurs compositeurs, comme Hector Berlioz - réputé pour son mélange de chaos émotionnel et d'élégance classique - ou encore le Hongrois Gyorgy Ligeti - sans doute connu pour ses musiques utilisées dans 2001, L'ODYSSEE DE L'ESPACE. Desplat s'est inspiré de leurs oeuvres pour composer sa propre musique.
Alexandre Desplat a ensuite enregistré environ deux heures de musique originale avec le London Symphony Orchestra, sans pouvoir s'appuyer sur la moindre image. "Terence m'avait montré quelques brefs extraits du film, si bien que j'en avais cerné le rythme et la profondeur, mais je ne voulais pas composer une musique trop illustrative", observe-t-il. "Une fois la musique enregistrée, je l'ai donnée à Terence pour qu'il l'utilise comme il le souhaitait. Il pouvait s'en servir comme d'un outil de sa palette artistique"

 

tree-of-life
festival
Cannes #6 - La musique cosmique de TREE OF LIFE

TREE OF LIFE dévoilée, avec la musique grandiose (Preisner, Tavener) qui participe à ce poème expérimental, avec un Desplat discret. Egalement : Bonello et Mouzanar.


The Tree of Life - Alexandre Desplat

Acheter cette BO sur Amazon

Voir toutes les dernières ventes

B004XRY8XG

   





The Tree of Life

Réalisateur : Terrence Malick

Date de sortie : prochainement
Avec Brad Pitt, Sean Penn, Jessica Chastain
Film britannique, indien.
Genre : Aventure, Fantastique
2h18
Distribution : Europacorp Distribution 

Festival de Cannes 2011 - En compétition

 

Sortie en salle (France) : 18-05-2011


La notation de Cinezik sur ce film :

Jack grandit entre un père autoritaire et une mère aimante, qui lui donne foi en la vie. La naissance de ses deux frères l'oblige bientôt à partager cet amour inconditionnel, alors qu'il affronte l'individualisme forcené d'un père obsédé par la réussite de ses enfants. Jusqu'au jour où un tragique événement vient troubler cet équilibre précaire...


Terrence Malick déçoit. TREE OF LIFE est le film raté d'un grand cinéaste en roue libre (qui a sans doute besoin d'être canalysé) car il oublie dans son échappée lyrique et cosmique le tissu sociologique qui faisait le sel de BADLANDS ou même du NOUVEAU MONDE. Ici, pas de socle réaliste, pas de personnages à qui on s'attache, pas de véritable récit, uniquement des images publicitaires, un voyage dans le cerveau illuminé de son auteur. En oubliant de raconter une histoire et d'instaurer plusieurs grilles à son film (n'oublions pas que "2001 Odyssée de l'espace" était aussi un thriller), Terrence Malick ennuie profondément, car après l'extase formelle des premières minutes, aucune surprise vient bousculer notre torpeur, l'ouvrage donne place à un long tunnel interminable d'images creuses. On pourrait mentionner la voix off pontifiante pour ajouter un argument contre ce film lénifiant.

BB

 

La première chose qui frappe à la vision de THE TREE OF LIFE, c'est l'incroyable liberté de Terrence Malick. Il semble que rien ou presque ne l'a freiné dans son élan créatif, aucune contrainte d'aucune sorte n'est venu entraver son projet, qui a pris le temps de mûrir de la fin des années 70 (Malick a eu l'idée du film après LES MOISSONS DU CIEL), jusqu'à aujourd'hui. Annoncé pour Cannes 2010, finalement le cinéaste a voulu peaufiner le montage une année de plus, comme à son habitude. Jusqu'ici, le temps a porté ses fruits, car s'il n'a réalisé que quatre films en quarante ans, il s'agissait de quatre œuvres magnifiques et qui ont eu un certain poids dans l'histoire du cinéma.

Ce cinquième film de Terrence Malick (évidemment très attendu) est donc un film authentiquement libre et dégagé de toute contrainte commerciale et même narrative. C'est un élan de cinéma, minéral et organique, qui convoque le microcosme et le cosmos. Le métrage est un flux continu d'images et de musiques, de séquences fulgurantes et d'idées ambitieuses, où le cinéaste confronte le petit cercle familial, le quotidien, la fragilité de la vie et la présence de la mort, avec l'immensité du vide interstellaire, la matière pure qui produit ombres et lumières dans le cosmos. On peut y voir une parabole biblique (celle-ci étant d'ailleurs explicitement citée) où l'on prévient l'homme qu'il vient de la poussière et qu'il redeviendra poussière. On peut aussi y voir un symbolisme plus concret, puisque comme l'affirme l'astrophysicien Hubert Reeves, nous sommes de la « poussière d'étoiles ». L'homme et la nature sont faits de la même matière originelle que les étoiles et les nébuleuses. Cette idée traverse tout le film, sans doute un peu trop explicitement. Dès les premières minutes, une voix off annonce la couleur : "Il y a deux voies dans la vie : celle de la nature, et celle de la grâce". Une manière un peu clinquante de dire : "attention, après avoir filmé la nature, Malick va vous donner de la grâce, en voici en voilà". Et malheureusement, ce n'est que le début.

Car ce qui faisait le ravissement des précédents films de Malick était en quelque sorte son utilisation de l'ellipse, du non-dit, de la suggestion. Un peu tout le contraire de ce TREE OF LIFE qui veut en dire un peu trop, tout en ne racontant quasiment rien. C'est d'ailleurs le principal sinon le seul problème du métrage, qui tient davantage un poème cinématographique que du film à proprement parler, puisque Malick n'a pas vraiment de scénario à mettre en images. THE TREE OF LIFE est donc un flot incessant de séquences qui s'écoulent comme le cours d'un rivière, selon les termes du compositeur Alexandre Desplat. 

A l'évidence, Terrence Malick n'est pas un raconteur d'histoire, mais il n'a pas d'équivalent pour filmer avec une telle beauté les fulgurances du présent. C'est ici l'immense réussite du film, qui nous font regretter les images cosmologiques citées plus haut, qui appartiennent davantage au domaine du diaporama que du cinéma. D'ailleurs, Malick a ouvertement pompé deux sources existantes : la Nasa (dont le télescope spatial Hubble a permis de fournir certaines images utilisées par l'équipe des effets visuels du film) et... Yann Arthus-Bertrand, qui a fourni une ou deux images de « La terre vue du ciel ». Quand on passe cinq ans sur un film, la moindre des choses est d'essayer d'outrepasser ces sources un peu visibles.

Passé cet écueil, donc, Malick nous livre tout de même ce qu'il sait faire de mieux : capter la magie du quotidien, la poésie fulgurante de l'instant présent, tel un photographe à l'affut. Et c'est là qu'on prend conscience de la force du cinéma malickien et que l'on retrouve ce qu'on a toujours aimé chez lui.

Terrence Malick a toujours été un obsédé de la lumière naturelle et de la place de l'homme dans la nature. THE TREE OF LIFE est une nouvelle réponse à ces thématiques qui traversent toute son oeuvre. On peut dire qu'il radote un peu, mais c'est toujours un ravissement, d'autant plus qu'aucun cinéaste actuel ne lui arrive à la cheville sur ce terrain-là. Le film comporte quantité de plans inouïs captés par le cinéaste et son chef opérateur, l'immense Emmanuel Lubezki, collaborateur de Malick sur LE NOUVEAU MONDE ou de Cuaron sur LES FILS DE L'HOMME. Jeux d'ombres et de lumières, reflets, mouvements de caméra à la fois gracieux et imprévisibles, sont autant d'éléments qui caractérisent comme nul autre pareil le cinéma unique de Malick. Et puis il y a ce montage si personnel, fait de ruptures et d'ellipses, où Malick élude les conventions narratives. Malick est bien là. Et puis il y a l'enfance. C'est fondamentalement le sujet du film. Le "présent" de l'enfance. Malick ne filme pas des souvenirs, il filme des scènes instantanées de la vie de tout un chacun tel qu'il l'a vécu tout bébé ou plus grand. On se souvient de tel reflet sur ce mur qui nous a marqué, de tel meuble sur lequel nous grimpions, de ces escaliers qui nous paraissaient insurmontables, des jambes des parents, de cette balle, de ce chien. Filmés comme des instants volés.

Ici, la figure du père est l'élément charnière du film. C'est Brad Pitt qui l'interprète. Sean Penn incarne quant à lui son fils à l'âge adulte, bien des années plus tard. Initialement, cette partie plus « contemporaine » avec Sean Penn devait prendre plus d'importance mais elle a été réduite au profit des scènes avec Brad Pitt, co-producteur du film. C'est dommage car le rôle de Penn n'est qu'un écho mystérieux et vague de l'enfant, sa présence n'apportant pas vraiment d'émotion. En revanche, le rapport de ce fils avec son père dans une époque qui ressemble à la fin des années 50 ou au début des années 60 dans une banlieue d'une ville du Texas, est formidablement bien filmé, fait d'amour et de haine. Jessica Chastain interprète une mère douce et lumineuse, aimante mais effacée face à un père déterminé et droit qui croit en une éducation sévère et salvatrice. Un rôle féminin un peu sous-exploité, de même que les deux frères du héros sont eux aussi peu caractérisés, en particulier le petit dernier qui ne fait que de la figuration. Rien de concret ne lie ces frères entre eux à part quelques séquences de jeux innocents (magnifiquement filmés). Cette légèreté dans la caractérisation des protagonistes est symptomatique d'un film qui néglige ses personnages et donc l'émotion dramaturgique. Malick fait trop confiance à ses images, au son et à la musique. Certes, c'est d'une beauté inouïe. Mais sur 2h18, on ne peut pas tenir la route sans un fil rouge, un minimum d'intrigue ou de caractérisation des individus qui sont en présence à l'image. Bien sûr, il y a la voix off, évanescente et souvent mystérieuse. Là encore, il s'agit d'une marque de fabrique du cinéaste (qui énerve ses détracteurs). Mais tandis que dans ses films précédents ces voix intérieures qui parcourent tout le film contribuaient à enrichir l'histoire et les personnages, en se juxtaposant aux images, dans THE TREE OF LIFE, la voix off fait office de prière et paraît futile, dispensable. Elle enfonce des images déjà peu subtiles par des phrases aux relents ésotériques peu convaincants.

Malick encore une fois subjugue par la qualité de sa mise en scène mais perd le spectateur dans un flot d'images maladroitement agencées, parfois même trop ambitieuses en rapport avec le sujet, et par cette voix off qui en fait trop. Une certaine modestie manque ici.

Malick n'est jamais aussi à l'aise que dans la captation de la pureté, de la nature et de l'innocence. THE TREE OF LIFE aurait pu être un chef d'oeuvre avec une écriture plus lisible et l'absence de plans ésotériques un peu fumeux. C'est malgré cela l'un des plus beaux films qu'on ait pu voir sur grand écran depuis longtemps. Et puis, on apprécie l'aspect expérimental de l'oeuvre, sa liberté de ton et de forme. THE TREE OF LIFE n'a rien d'un film facile, c'est même une oeuvre exigeante et unique en son genre, qui va en rebuter plus d'un. Malick est l'un des derniers grands maitres qui cherche encore de nouvelles formes de cinéma, alors qu'on pense que tout ou presque a déjà été fait. Le cinéaste a encore foi en son médium et, si le résultat paraît maladroit, c'est parce qu'il est en constante mutation. Malick est connu pour peaufiner le montage de ses films de longs mois voire plusieurs années (les rushes de THE TREE OF LIFE a été tournés en 2008 !). Qui aujourd'hui peut encore se permettre cela ? Qui a cette ambition ? Malick cherche encore à approfondir son langage cinématographique, tout en essayant de se renouveler. THE TREE OF LIFE est de loin son film le plus expérimental mais aussi son œuvre la plus audacieuse. Une nouvelle tentative touchante et naïve de capter une fois de plus ce qui est de l'ordre du sensoriel. Avec plus ou moins de réussite, mais toujours une confondante sincérité, et une authenticité unique au monde, celle d'un cinéaste hors des modes et du système. Malick, seul contre tous. Le cinéaste s'est perdu, mais ses films restent rares et précieux.

Sylvain Rivaud

 



FILMS en Salle
NOUVEAUTES BO
CRITIQUES BO
COMPOSITEURS - Interviews - Jeunes Talents
CINEASTES
NEWS
DOSSIERS : Articles - Guide pratique - Ouvrages
FORUM : Discuter sur les BO
Cinezik.org : L'Equipe - Mentions Légales - Partenaires - Liens - Presse

Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org Musique de film :cinezik.org

©2005-2011 Cinezik - www.cinezik.org - Tous droits reservés
Modifier cette critique (réservé à l'admin)

sociaux
Abonnez-vous
(RSS / Facebook / Twitter)

Contact

critiques
 Nouveautés BO : notre sélection de la semaine
 Critique BO / EXPENDABLES 3 (Brian Tyler)
 Lionel Rault (LES COMBATTANTS)
 IDA : musique entre nostalgie et quête spirituelle
 LA PLANÈTE DES SINGES L’AFFRONTEMENT: Décryptage
 David Thor Jonsson (Des chevaux et des hommes)

infos
 Nouveautés BO : notre sélection et annonce des labels au 1er septembre 2014
 Festival des musiques à l’image 2014 : Jean-Michel Bernard, Fernando Velazquez et Michael Giacchino / Programme Audi talents awards
 CINEMA SONG (France Musique) : Programme de la rentrée 2014
 A écouter dans les films sortis le 27 août 2014

+ d'infos

agenda
 du 27 août au 6 septembre 2014 :
Venise 2014 : Alexandre Desplat président du Jury, une première pour un compositeur !

 Du 4 au 6 septembre 2014 :
Concert : Claude Lelouch en musique ! (#claudelelouch @Lelouchofficiel)

 13 septembre 2014 à 20h :
Concert Musique de film aux 'Musicales Guillaume Lekeu' avec David Reyes de retour dans sa ville natale

 26 et 27 septembre 2014 à 19h30 :
Ciné-concert Gladiator (#Gladiator @RealHansZimmer)


Agenda complet



ensalles
 Hippocrate (Thomas Lilti)
 Enemy (Denis Villeneuve)
 Party Girl (Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis)
 Sils Maria (Olivier Assayas)

+ de films en salles

parutions
 Hannibal Saison 2 (Brian Reitzell)
 Fenêtre sur cour (TV) (David Shire)
 The Identical (Klaus Badelt, Christopher Carmichae)
 Turn - Saison 1 (Marco Beltrami et Artistes variés)

+ de parutions

critiques
 The Expendables 3 (Brian Tyler)
 Ida (Artistes variés)
 Dragons 2 (John Powell)
 Maléfique (James Newton Howard)

+ de critiques

projets à venir

La musique de Knights of Badassdom réalisé par Joe Lynch   sera composée par Bear McCreary  

FORUM
 Réédition "Le bon, la brute et le truand" de #Morricone
 Bande-annonce du film "Elle l´adore"
 [Vidéo] Concert Amazing #SpiderMan 2 avec Zimmer
 Graphique "Music Time Film Score" (by Google)

Accédez au Forum

FORUM
 Critiques Ciné / Décembre 2013 : la sélection de @grandecart *
 Les BO se vendent comme des petits pains... au Royaume-Uni*
 Projets de BO alléchants - juillet 2013*
 "si on veut gagner sa vie, la musique de film est un bon moyen"*

Accédez au Blog de Cinezik


Cinezik a une Chronique sur France Musique dans Cinéma Songs
Sacem
Retrouvez la programmation de l'émission et les archives en écoute.


---- Publicité ----

Imprimer cette page :

Partager cette page :

       Partager cette info par mail

 

/script> -->