Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

le Guide de la B.O

Nos articles

Bilan des B.O de juillet/Août 2017 : notre sélection des musiques de films qu'il ne fallait pas manquer

Bilan des B.O de juillet/Août 2017 : notre sélection des musiques de films qu'il ne fallait pas manquer

Best Of

Désormais, retrouvez tous les 2 mois notre bilan des musiques entendues dans les films à l'affiche, avec au TOP en juillet/août la musique de Michael Giacchino pour LA PLANÊTE DES SINGES: SUPRÉMATIE. La plupart des B.O citées sont à écouter en salle (à cause de l'absence de disques).

Cannes : Les 13 plus beaux thèmes parmi les Palmes d'Or

Cannes : Les 13 plus beaux thèmes parmi les Palmes d'Or

#Cannes2017

Voici une sélection des thèmes qui ont marqué les 70 palmes d’or (ou initialement Grand Prix). Cette sélection tient compte de la beauté musicale des thèmes, mais aussi de la manière qu’ils ont eu de rester dans nos mémoires, que ce soit par leur apport émotionnel au film, par leur contribution à la narration, la simplicité de la mélodie, ou le choix d’un unique instrument. Cette sélection est dévoilée par ordre chronologique.

Cannes : le festival s’est nourri des compositeurs issus de la scène et reconnus pour leurs albums

Cannes : le festival s’est nourri des compositeurs issus de la scène et reconnus pour leurs albums

#Cannes2017

Tout compositeur de musique de film est avant tout un compositeur. Avant de se mettre au service d'un film, d'un cinéaste, un musicien a très souvent pour commencer créé des oeuvres pour lui-même. Certains ont même fréquenté le cinéma qu'occasionnellement. Et le festival de Cannes s'en est fait le relai.

Cannes 2017 / En attendant BARBARA de Amalric : comment sont les biopics musicaux présentés au festival ?

Cannes 2017 / En attendant BARBARA de Amalric : comment sont les biopics musicaux présentés au festival ?

#Cannes2017 #Biopic #Barbara

Si le festival de Cannes a échappé à La Môme, Gainsbourg, Django, Dalida, Cloclo et autres biopics musicaux récents, certains ont pu s’y dévoiler, sous une forme plus inattendue que la biographie romancée d’un artiste. Considéré dans sa simple expression, un biopic peut se contenter d’être la chronologie de la vie d’un musicien, avec un acteur grimé pour le représenter (on se souvient du maquillage de Marion Cotillard en Piaf), mais souvent le réalisateur qui s’empare d’un tel projet fait tout pour s’affranchir du genre, y voyant tous les poncifs à éviter. Et Mathieu Amalric qui fait l’ouverture d’Un Certain Regard cette année avec BARBARA annonce déjà qu’il ne s’agit pas vraiment d’un biopic sur la chanteuse. Nous voilà rassurés. 

Cannes : Quelle est la place des compositeurs pour la compétition ?

Cannes : Quelle est la place des compositeurs pour la compétition ?

#Cannes2017

La musique est l'un des éléments indispensables à beaucoup de chef d'oeuvres du cinéma (que serait Vertigo sans la musique de Bernard Herrmann ?), elle s'est naturellement aussi faite remarquer au sein des films des 70 ans de compétitions cannoises.. avec quelques nuances sur la considération de leurs compositeurs.

Prince (1958 - 2016) : Sélection de ses chansons au cinéma

Prince (1958 - 2016) : Sélection de ses chansons au cinéma

#Prince #PurpleRain

Auteur, compositeur, interprète, et multi-instrumentiste, Prince a pu mettre ses chansons au service de l'image et de la fiction. Parmi les nombreux emprunts à son répertoire par les réalisateurs (tel Paul Verhoeven qui fait danser son héroïne sur Prince dans "ShowGirl" ou Bruce Willis qui l'écoute dans un Stripclub dans "Le Dernier Samaritain"), voici les exemples où Prince a été en collaboration avec le film, de manière directe comme sur PURPLE RAIN ou indirecte comme pour BATMAN. 

Le cinéma et la musique yéyé, un rendez-vous manqué ?

Le cinéma et la musique yéyé, un rendez-vous manqué ?

par François Faucon

François Faucon dresse un panorama des croisements entre la musique yéyé des années 60 en France et le cinéma d’alors. On y croise Michel Magne, George Delerue, Michel Legrand, Raymond Lefèvre, Eddie Vartan...

James Horner : hommage et portrait passionné et lucide d'un Maestro

James Horner : hommage et portrait passionné et lucide d'un Maestro

Par Quentin Billard, #JamesHorner

Quentin Billard, passionné et critique du compositeur James Horner décédé à la fin juin 2015, collaborateur de Cinezik, réagit avec ce témoignage à la fois personnel et représentatif d'une partie des amoureux de la musique de film.

Hommage à James Horner : Réponse aux critiques formulées sur l'Artiste

Hommage à James Horner : Réponse aux critiques formulées sur l'Artiste

Par François Faucon

Au moment où Cinezik rend hommage à James Horner (articles passés et à venir), nous revenons sur les critiques virulentes dont James Horner a pu faire les frais.

L’univers musical de David Lynch

L’univers musical de David Lynch

#DavidLynch

Le cinéaste David Lynch n’a jamais dissocié l’image de la musique dans son travail, ses films en témoignent. 

La musique de film, un nouvel espoir pour la musique classique

La musique de film, un nouvel espoir pour la musique classique

Article de François Dardant

A l'heure où les formations orchestrales en occident sont malmenées voire menacées par les crises et les différentes politiques culturelles, le succès et la popularité d'événements liés aux bandes originales, comme la tournée du Seigneur des Anneaux ou le concert des jeux vidéo au Royal Albert Hall, attirent l'attention, à la vue de leur sold-out et de l'inhabituel public qu'ils ont déplacé. Les orchestres traditionnels qui consacrent toujours ponctuellement une part de leur temps à la musique populaire, le font sans la joie et l'entrain de certaines sphères culturelles, inquiètes (et c'est en un sens leur rôle) d'une perte de prestige, percevant cet usage comme une régression.

J’accuse d’Abel Gance, le film aux trois musiques !

J’accuse d’Abel Gance, le film aux trois musiques !

Par François Faucon

A sa façon, Cinezik célèbre ici la mémoire de la 1ère Guerre mondiale en cette année de commémoration. En musique, cela va sans dire, et au travers du film « J'accuse ! » d'Abel Gance réalisé en 1919. Un film dont le scénario, le devenir de la pellicule au fil des décennies, et les musiques sont tortueuses. A l'image de l'existence des poilus de la 1ère Guerre mondiale ; poilus grâce à qui l'auteur de ces lignes peut, pacifiquement et librement, continuer d'écrire ce qu'il veut... Analyse des musiques d'un film, conçues au fil des ans par Henri Verdun, Robert Israel et Philippe Schoeller (pour la version 2014 à voir sur ARTE +7 jusqu'au 11 décembre 2014).

Articles incontournables

Retour en haut de page