Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Un jeu d'enfants  (2001)

La Bande Son (2003) | Original Score [musique originale]


Un jeux d'enfants est une nouvelle petite réussite de Philippe Rombi qui, s'il ne marquera pas les esprits avec cette nouvelle partition orchestrale modeste, confirme au moins la sûreté de son talent. A l'écoute de ce petit score dans le film, on ne peut qu'être agréablement surpris par la fraîcheur de la musique et son côté musique de comédie romantique à l'américaine.

Un jeu d'enfants

Tracklist

1-Ouverture 5.04
2-Love Theme 2.28
3-Solitude/L'escalier du temps 2.20
4-Beethov's Fantaisie/
Cap ou pas cap 1.20
5-Jeux d'enfants 2.10
6-Les lunettes magiques 1.50
7-Derniers instants 2.40
8-Premier baiser 2.19
9-Déclaration/séparation 2.29
10-Invitation 5.15
11-La vie en rose 2.32*
12-10 ans plus tard 2.23
13-Mieux que la vie (poursuite) 2.23
14-La vie en rose 4.56**
15-Le meilleur et le pire 1.49
16-Sous la pluie 3.29
17-Pour toujours (Love Theme) 1.49
18-La vie en rose 3.22***
19-La vie en rose 3.48+

*Interprété par Trio Esperanca
Ecrit par Edith Piaf
et Louiguy
**Interprété par Donna Summer
Ecrit par Edith Piaf
et Louiguy
***Interprété par
Louis Armstrong
Ecrit par Edith Piaf
et Louiguy
+Interprété par Zazie
Ecrit par Edith Piaf
et Louiguy.

Nos articles sur cette BO

En ce sens, le score de 'Jeux d'enfants' n'est pas très loin d'un 'Father of The Bride' d'Alan Silvestri ou d'un 'Dave' de James Newton Howard.

 

L'ouverture nous dévoile l'excellent et très beau 'Love Theme', thème principal illustrant cette histoire d'amour sur un ton innocent qui n'évite évidemment pas le côté cliché de ce genre de musique romantique un brin mielleuse mais pleine de charme. Confié à des cordes amples avec un piano et quelques vents, le 'Love Theme' ouvre le film en accompagnant les enfants dans leur jeu encore innocent tout en confirmant le talent du compositeur pour écrire des thèmes au charme mélodique irrésistible ('Oui, mais...' ou 'Une hirondelle a fait le printemps' en étant de parfaits exemples!). Très vite, Rombi installe une ambiance plus enjouée et bonne enfant avec ses mouvements instrumentaux sautillants parfois à la limite du mickey-mousing, preuve que Philippe Rombi a toujours eu un côté un peu américain dans sa musique (on se souvient d'une partition influencée par Bernard Herrmann dans 'Swimming Pool'). 'Jeux d'enfants' (6ème piste de l'album) en est un parfait exemple, avec son côté orchestral un peu excentrique et plein de vie. Dans un même style, 'Cap ou pas cap?' évoque le jeu des deux enfants sur un ton espiègle avec un excellent mélange piano, cordes, vents et pizzicati sautillants. On notera une sympathique reprise du 'Love Theme' sous la forme d'une petite musique de manège dans 'Les lunettes magiques' évoquant une fois encore l'enfance et l'innocence du jeu (le manège nous renvoie d'ailleurs à la boîte qui sert de gage aux enfants). On entre alors dans un registre plus mélancolique et intimiste avec des pièces comme 'Derniers instants' (mort de la mère) avec son piano mélancolique et 'Solitude/L'escalier du temps' qui évoque le conflit entre Julien et Sophie et l'impossibilité de se dévoiler leur amour, toujours dominé par un piano mélancolique et le reste de l'orchestre. Le 'Love Theme' reste quant à lui toujours très présent, suggéré une fois de plus dans le 'Premier Baiser' de Julien et Sophie dans le film suivi d'une autre reprise légèrement plus assombrie dans 'Déclaration/Séparation' (Julien et Sophie se séparent pendant de nombreuses années). Rombi nous propose même une sympathique reprise pour piano solo jazzy de son thème romantique dans 'Invitation', pour la scène où Julien invite Sophie au restaurant.

En évoquant la musique de 'Jeux d'enfants', on ne pourra évidemment pas passer à côté des incessantes et obsédantes reprises de la chanson-phare du film, 'La vie en rose' d'Edith Piaf, reprise ici sous quatre variantes accompagnant justement les quatre grandes parties du film, une de Louis Armstrong, une de Donna Summer, une autre du Trio Esperanca et une, résolument plus dure et moderne de Zazie. Evidemment, 'La vie en rose' est ici associé au jeu et à l'idée de l'enfance éternelle pour Sophie et Julien, intervenant continuellement de manière obsédante tout au long du film comme pour renforcer l'impossibilité pour les deux individus de sortir du monde de l'enfance, et ce malgré le temps qui passe (ce qui justifier alors les quatre variantes de la chanson). Fort heureusement, la chanson ne vient jamais envahir le score de Philippe Rombi qui reste très présent tout au long du film. Plus l'histoire avance, et plus la musique se veut comme le reflet des tourments des deux personnages principaux. Ainsi, '10 ans plus tard' paraît légèrement plus sombre lorsque Julien et Sophie se retrouvent une dizaine d'années plus tard, avec une petite pointe d'intimité suggérée par le piano et les cordes. 'Mieux que la vie' utilise quant à lui une rythmique de percussions/batterie pour une reprise plus énergique du 'Love Theme' lors de la scène de la poursuite avec la police, où Julien repousse une fois encore ses limites, tandis que 'Le meilleur et le pire' se veut plus sombre et dramatique avec des cordes plus assombries lorsque les deux individus sont arrivés au point de non-retour, comme dans le mélancolique 'Sous la pluie' où le thème romantique paraît plus distancé, plus nuancé et plus poignant, lorsque Julien est allongé dans l'eau et que Sophie l'implore de revenir à la vie, l'aventure touchant à sa fin dans le très romantique et passionné 'Pour toujours' avec un final qui n'est pas sans rappeler le 'Roméo et Juliette' de Shakespeare.

La partition de Philippe Rombi pour 'Jeux d'enfants' témoigne une fois encore du talent du compositeur lorsqu'il s'agit décrire des thèmes mélodiques mémorables, avec ici un côté musique de comédie romantique à l'américaine qui renvoie à Alan Silvestri, John Debney, James Newton Howard, Rachel Portman, etc. Plus intéressante et moins bordélique que le film de Yann Samuell, la musique de 'Jeux d'enfants' attire dès la première écoute notre attention et nous convint parfaitement des possibilités de Philippe Rombi, même si le compositeur n'a pas signé là un chef-d'oeuvre impérissable. En tout cas, il ne fait nul doute qu'une musique d'une telle qualité ne méritait pas d'accompagner un aussi mauvais film. Voilà donc une nouvelle petite réussite sympathique à recommander à tout ceux qui s'intéressent de près ou de loin aux travaux de Philippe Rombi!

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis