Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Sueurs Froides  (1958)

Vertigo

Milan Music (22 octobre 2012) - En Digital | Réédition


La musique de Bernard Herrmann fait aujourd'hui partie des grands chef-d'œuvres de la musique de film, une musique immédiatement reconnaissable par son célèbre motif principal en forme d'arpèges de quintes augmentées ascendantes puis descendantes symbolisant le mystère et le suspense du film, ainsi que la phobie du vertige qui hante le héros tout au long du film.

[© Texte : Cinezik]
Sueurs Froides

Tracklist

1. Prelude and Rooftop (4:35)
2. Scotty Trails Madeline (including: Madeline's First Appearance, Madeline's Car, The Flower Shop, The Alleyway, The Mission, Graveyard and Tombstone) (8:22)
3. Carlotta's Portrait (2:34)
4. The Bay (3:08)
5. By the Fireside (3:39)
6. The Forest (3:25)
7. The Beach (3:27)
8. The Dream (2:42)
9. Farewell and The Tower (6:42)
10. The Nightmare and Dawn (4:10)
11. The Letter (3:53)
12. Goodnight and The Park (3:08)
13. Scene d'Amour (5:09)
14. The Necklace, The Return and Finale (7:47)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

Vertigo marque en 1958 les retrouvailles entre Alfred Hitchcock et son compositeur fétiche, Bernard Herrmann, après The Trouble With Harry (1955), The Wrong Man (1956) et The Man Who Knew Too Much (1956). Si l'on retient souvent de cette collaboration trois partitions-clés, Psycho (1960) et North by Northwest (1959) d'une part, Vertigo fait systématiquement parti du trio gagnant. La musique de Bernard Herrmann fait aujourd'hui partie des grands chef-d'œuvres de la musique de film, une musique immédiatement reconnaissable par son célèbre motif principal en forme d'arpèges de quintes augmentées ascendantes puis descendantes symbolisant le mystère et le suspense du film, ainsi que la phobie du vertige qui hante le héros tout au long du film.

 

Dès la célèbre ouverture (‘Prelude and Rooftop'), Herrmann développe ce motif de 3 notes ascendantes puis descendantes en créant un malaise saisissant, une ambiance parfaitement envoûtante, hypnotisante. Cordes, flûtes, harpe, vibraphone et cuivres massifs se mélangent pour former une texture sonore particulière, chère au compositeur. Comme à son habitude, Bernard Herrmann aime jouer sur des orchestrations souvent particulières, disproportionnées, inventives. Avec ce motif qui semble onduler mystérieusement dans l'air avec un léger parfum de malaise voire d'angoisse, le compositeur superpose des coups violents de cuivres graves dissonants qui semblent renforcer la tension de ce motif. Puis, très vite, un nouveau thème apparaît, joué par un orchestre plus ample et massif et qui sera associé par la suite à l'obsession de Scottie pour Madeleine. Herrmann confère ici à son thème un côté quasi funèbre et tragique proprement impressionnant. En l'espace de quelques minutes, le compositeur parvient à capter toute l'essence même du chef-d'oeuvre d'Alfred Hitchcock eu seulement quelques notes, la partie orchestrale massive pour la passion torturée de Scottie pour une femme qu'il n'arrive pas à oublier, et un motif hypnotisant, noir et plus énigmatique pour sa phobie du vertige et son obsession qui lui jouera de nombreux tours tout au long de l'histoire (ce n'est pas pour rien si l'on voit à l'écran une figure circulaire se mouvoir comme un tourbillon hypnotisant, un effet psychologiquement déstabilisant et parfait pour ouvrir le film sur une touche de mystère et d'inquiétude). La seconde partie du morceau (‘Rooftop') illustre quand à elle la poursuite sur les toits d'immeuble au début du film, à grand renfort de cuivres massifs et dissonants et de traits de cordes/bois frénétiques et agités. Il règne dans cette partie une certaine violence orchestrale et une noirceur typique des musiques thriller habituelles du compositeur. A noter par exemple la façon dont Herrmann évoque la scène où le policier tombe du toit de l'immeuble et la naissance de la phobie du vertige chez Scottie, avec cette utilisation remarquable de clusters de cuivres réellement impressionnante. Bref, avec cette ouverture, Bernard Herrmann a déjà résumé l'essentiel de sa partition avant même que l'histoire ait vraiment commencé, un morceau exceptionnel et inoubliable qui marque l'auditeur longtemps après l'écoute.

‘Scottie Trails Madeleine' dévoile le thème plus romantique et dramatique associé à la passion de Scottie pour Madeleine, qu'il prend en filature au début du film. Confié ici à des cordes, le thème sera développé tout au long du film, associé dans un premier au mystère de Carlotta Valdes puis par la suite à Madeleine. Mais le morceau se distingue plus particulièrement ici par son atmosphère de mystère impressionnante, avec des cordes feutrées et hypnotisantes, des bois sombres et même l'utilisation discrète d'un orgue pour la scène où Madeline s'arrête devant la tombe de Carlotta. On retrouve cette même ambiance énigmatique et sombre dans ‘Carlotta's Portrait' où Herrmann maintient pendant plus d'une minute un même ostinato de cordes entêtant avec des harmonies de cordes/bois plus mystérieuses, le genre d'ambiance froide et psychologique comme Bernard Herrmann les affectionne tant dans les films d'Hitchcock (et toujours associé ici à l'énigme de Carlotta Valdes). Le thème romantique revient dans ‘The Bay' lorsque Scottie sauve Madeleine de la noyade dans la séquence célèbre au bord de la baie de San Francisco. Herrmann maintient ici aussi une certaine tension et un mystère plus prenant avec une utilisation toujours très remarquable de ses différentes sonorités instrumentales, que ce soit les cordes, le vibraphone mystérieux, les bois graves (à noter ces sons particuliers de clarinette basse que Herrmann utilise très souvent dans ses musiques lorsqu'il s'agit d'évoquer le mystère ou le suspense), etc. L'ambiance de ‘The Bay' est complexe, oscillant entre une certaine douceur et un mystère, un double sens tout à l'image de l'intrigue même du film. Enfin, ‘By The Fireside' assoit sans équivoque la facette plus romantique du score de Vertigo en reprenant le thème romantique dans toute sa splendeur aux cordes, lorsque Scottie est en compagnie de Madeleine après l'avoir sauvé de la noyade. Ceux qui ne connaissent que le Bernard Herrmann des musiques de thriller ou de films d'aventure/science-fiction risquent fort d'être étonnés devant la beauté savoureuse des passages romantiques du score de Vertigo, d'une très grande qualité ici (dans un registre similaire, on pourra aussi citer le très beau et passionné ‘The Beach'). ‘The Streets' reprend ensuite l'ostinato de cordes entêtant de ‘Carlotta's Portrait' pour évoquer l'obsession grandissante de Scottie pour Madeleine et son envie d'en savoir plus sur la jeune femme. ‘The Forest' est lui aussi très représentatif de l'atmosphère plus psychologique et envoûtante de la musique de Vertigo avec ses orchestrations très fluides et graves qui imposent un ton noir aux images du film. La dernière partie de ‘The Forest' nous permet même d'entendre le compositeur expérimenter avec un mélange vibraphone/électronique des plus étonnants afin de renforcer le malaise grandissant de Scottie pour une femme qu'il aime mais qu'il a bien du mal à protéger d'elle-même.

La partition atteint un premier climax avec ‘Farewell and the Tower' pour la scène du suicide de Madeleine dans le clocher de l'église vers le milieu du film. Le thème romantique prend ici un envol remarquable, plus passionné, ample et dramatique que jamais. Il traduit à l'écran le côté désespéré de l'acte de Madeleine, bien décidé à mettre fin à ses tourments qui ne cessent de la harceler. C'est aussi l'occasion pour le compositeur de reprendre les sonorités hypnotisantes de ‘Prelude and Rooftop'. Ce n'est d'ailleurs certainement pas un hasard si la scène où Scottie monte dans les escaliers du clocher avant d'être à nouveau immobilisé par son vertige est accompagné par des bouts de ‘Rooftop', qui évoquait déjà la scène du policier tombant du toit de l'immeuble au début du film et la naissance du vertige du héros. Herrmann construit ainsi sa partition de façon parfaitement cohérente, ne faisant jamais rien au hasard. ‘The Past and the Girl' résonne ensuite de façon plus mélancolique avec le retour du thème romantique aux cordes alors que Scottie rencontre Judy par la suite et voit en elle le souvenir de Madeleine. Le motif mystérieux de ‘Carlotta's Portrait' revient au début de ‘The Letter', tout comme le motif de cordes frénétiques de ‘Rooftop'. A l'instar de l'intrigue même du film d'Hitchcock, la musique de Bernard Herrmann s'amuse à accumuler des pistes et autres indices musicaux qui finissent par se regrouper et former un tout cohérent au fur et à mesure que le récit se déroule et que les révélations nous sont délivrées. Le romantisme passionné et mélancolique du savoureux ‘Goodnight and The Park' fait écho au raffinement extrême (et un brin daté) de ‘Scène d'Amour' où le thème romantique est développé par des cordes feutrées toute en douceur. Dans ‘The Necklace/The Return and Finale', Herrmann nous propose une formidable conclusion regroupant les principales idées de la partition pour un final tragique et inoubliable. Motif de suspense et thème romantique forment désormais un tout parfaitement cohérent durant la scène finale dans le clocher de l'église, la boucle étant bouclée, à l'instar de la boucle que semble former le motif du vertige du ‘Prelude'. Seule ombre au tableau : la quasi absence du motif du vertige/obsession qui a fait la célébrité du prélude du film, que Herrmann ne réutilise qu'une seule fois vers la fin du film. Dommage, un motif aussi puissant aurait mérité d'être plus présent et développé davantage dans la partition du film.

Vertigo demeure bien des décennies plus tard un chef-d'œuvre immortel de la musique de film. Très inspiré par son sujet, Bernard Herrmann signe une partition symphonique à la fois romantique, envoûtante, sombre et passionnées, une partition qui résume les sentiments divers du personnage principal, entre obsession, passion et confusion. Rares sont les compositeurs de musique de film de cette époque à avoir su mettre autant en avant le caractère psychologique de l'intrigue principale à travers des notes de musique. C'est le pari fou qu'a su relever avec panache Bernard Herrmann, nous livrant une musique absolument indissociable de l'ambiance intense du film d'Hitchcock, véhiculant toutes les émotions et sentiments avec une maîtrise technique proprement ahurissante. En plus d'être un parfait condensé du style du compositeur, la BO de Vertigo offre aussi quelques moments anthologiques inoubliables avec entre autre le ‘Prelude', ‘The Bay' ou bien encore ‘Farewell and The Tower' ou ‘Scène d'Amour', des morceaux d'une grande richesse qui ont fait le succès de cette partition mythique de l'âge d'or du cinéma hollywoodien. Au final, Vertigo demeure un score passionnant et maîtrisé de bout en bout, un énième chef-d'œuvre du grand Bernard Herrmann que tout bon béophile se doit de posséder absolument dans sa collection!

 

Quentin Billard

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis