EN

VOIR

PLUS

Réalisateurs

Arnaud Desplechin  
Né à Roubaix (France) en 1960.

Arnaud Desplechin

Après quelques courts, un moyen-métrage remarqué à la semaine de la critique à Cannes en 1991 (La vie des morts), et son premier long La Sentinelle, il fait appel à Krishna Levy pour la musique du chasse-croisé amoureux de Comment je me suis disputé... ma vie sexuelle (1996) puis à Howard Shore pour son film sur l'ascension d'une comédienne dans Esther Kahn (2000), avant d'entamer dés Rois & reine une collaboration régulière avec Grégoire Hetzel.


Arnaud Desplechin avec son compositeur Grégoire Hetzel

© Photos : Benoit Basirico, Cinezik
roubaix-une-lumiere

Interview

Interview B.O avec Grégoire Hetzel (ROUBAIX, UNE LUMIÈRE, en Compétition Cannes 2019)

Le compositeur Grégoire Hetzel était l'invité de Benoit Basirico dans BO Festival sur Radio Festival pour le film de Arnaud Desplechin qu'il retrouve pour la 7e fois, avec un retour en compétition 11 ans après "Un conte de Noël" (2008).
desplechin

Interview

LES FANTÔMES D'ISMAËL (Ouverture Cannes 2017) : Interview Grégoire Hetzel et Arnaud Desplechin

Grégoire Hetzel retrouve pour LES FANTÔMES D'ISMAËL Arnaud Desplechin avec une partition très riche, jouant à la fois le romanesque (cordes amples) et l'intime (avec des instruments solistes, telle la clarinette, la flûte, et la guitare).
americano

interview

Interview B.O : Grégoire Hetzel, de Bourdieu et Desplechin à Corsini et Demy.

Compositeur français qui débuta avec Mathieu Amalric et Emmanuel Bourdieu avant de signer sa partition du film de Desplechin ROIS ET REINE. On le retrouve en 2006 avec un film de Bourdieu LES AMITIES MALEFIQUES, et en 2007 sur un film de Corsini LES AMBITIEUX. En 2011, il rencontre Mathieu Demy pour AMERICANO.

Video

LES FANTÔMES D'ISMAËL (Ouverture Cannes 2017) : Interview Grégoire Hetzel et Arnaud Desplechin

Grégoire Hetzel retrouve pour  LES FANTÔMES D'ISMAËL Arnaud Desplechin au cinéma après "Rois et reine" (2004), "Un conte de Noël" (2008), et "Trois souvenirs de ma jeunesse" (2015) avec une partition très riche, jouant à la fois le romanesque (cordes amples) et l'intime (avec des instruments solistes, telle la clarinette, la flûte, et la guitare). La musique ne se prive pas de jouer les sentiments de ce drame sentimental. Par ailleurs, on y entend un quatuor de Beethoven, un titre de rap (en générique de fin), et Marion Cotillard danse sur Bob Dylan.


Cinezik Radio

LES FANTÔMES D'ISMAËL (Ouverture Cannes 2017) : Interview Grégoire Hetzel et Arnaud Desplechin

Dernières critiques

Vos avis