EN

VOIR

PLUS

Réalisateurs

Gérard Oury  
Né à Paris en 1919, décédé le 19 juillet 2006

Gérard Oury

Gérard Oury, de son vrai nom Gérard Max-Gérard Houry Tannenbaum, a connu les trois grands métiers du cinéma en étant acteur, scénariste et réalisateur. Il est devenu une grande figure du 7 ème art en exploitant le registre de la comédie et du burlesque d'une manière qui lui était propre.

Incontournables du réalisateur

Bio / Portrait

Sa mère journaliste à "Paris Soir", son père violoniste classique, Gérard Oury a grandi dans un cocon artistique. Alors qu'il quitte l'adolescence, lui vient l'envie de devenir acteur. Il s'inscrit au cours Simon avant d'entrer au conservatoire aux côtés de Bernard Blier et François Perrier, où il assiste aux leçons de Louis Jouvet en auditeur libre. Son influence aura un fort impact sur sa vie. En 1946 il tourne dans son premier film "Antoine et Antoinette" de Jacques Becker où il détient un petit rôle. Mais il fait la connaissance de Louis de Funes avec lequel il se lie d'amitié. Après quelques voyages en Europe durant lesquels il travaille en Angleterre et Italie, il revient en Hexagone avec l'envie d'écrire des scénarii. Il participe à l'alaboration du scrip de "Miroir à deux faces" d'André Cayatte puis de "Babette s'en va-t-en guerre" de Christian-Jaque.

Il s'essaye à la réalisation en 1959. Son premier film est une comédie dans laquelle il réunit Jacques Charrier et Macha Mériln pour "LA MAIN CHAUDE". Il enchaîne l'année suivante en adaptant le roman policier de Frédéric Dard qu'il rebâptisera "LA MENACE". Les acteurs principaux ne sont autres que José Nat et Robert Hossein. Oury connaît son premier succès commercial avec le film "LE CRIME NE PAIE PAS" dans lequel il porte à l'écran les bandes dessinées de Paul Gordeaux qui sont publiés dans France-Soir. Trois ans après, il triomphe en réalisant "LE CORNIAUD" pour lequel il obtiendra, outre l'adulation du public français, le prix du meilleur scénario du Festival de Moscou en 1965. En prenant conscience de l'alchimie entre Louis de Funes et Bourvil, le cinéaste remet en scène ce duo dans "LA GRANDE VADROUILLE" (1966) qui lui vaudra la consécration en terme de cinéaste comique.

En 1969 Oury réalise "LE CERVEAU" avec Jean Paul Belmondo et Bourvil puis recrute une nouvelle fois son complice Louis de Funès dans " LA FOLIE DES GRANDEURS" en 1971. Puis s'ensuit de nombreux films à succés avec "LES AVENTURES DE RABBI JACOB" (1973), "LA CARAPATE" (1978), "LE COUP DE PARAPLUIE" (1980) et" L'AS DES AS" (1982), "LA VENGEANCE DU SERPENT A PLUMES" (1984) et "LEVY ET GOLIATH" (1986).

Il publie sa première autobiographie en 1989, truffée d'annecdotes qu"il intitulera "Mémoire d'éléphant". La même année il conserve son esprit burlesque pour tourner "Vanille Fraise" avec Pierre Arditi et Sabime Azéma. Cette dernière voit son amant resurgir dans sa vie lui rappelant son passé d'espionne qu'elle n'a pas renié. En 1993, alors qu'il tourne "LA SOIF DE L'OR", il est récompensé pour l'ensemble de son oeuvre en recevant le César d'honneur qu'il décernera à l'épouse de son ami de Funés décédé.

Il réalise "FANTOME AVEC CHAUFFEUR" en 1995 avec Philippe Noiret et Gérard Jugnot en tête d'affiche. Il clôt sa carrière de réalisateur en reprenant le film de Marcel pagnol dans le remake "LE SCHPOUNTZ". En 1998, il est élu membre de l'Académie des Beaux- Arts alors qu'en mai 2001, il est l'homme d'honneur du Festival de Cannes. Il décède cinq ans après à l'âge de 87 ans.

 

 

© Photo en médaillon : Georges Biard [CC-BY-SA-3.0 (www.creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
aventures-prince-ahmed

interview

Les frères Khoury et le Prince Ahmed

Les frères Khoury, musiciens jordaniens, proposent une nouvelle musique pour le film muet "Les aventures du Prince Ahmed", publiée par l'Institut du monde arabe.

Vos avis