Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Breaking and Entering (Par effraction)  (2007)

V2 Records (US : 30 octobre 2006,
FR : 7 Novembre 2006) | Original Score [musique originale]



Le compositeur français Gabriel Yared retrouve Anthony Mingella pour une cinquième collaboration (après Cold Mountain en 2003), et signe ici le score en compagnie du groupe électro anglais Underworld.

[© Texte : Cinezik] •

Breaking and Entering (Par effraction)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Thing Happens
2. St Pancras
3. Sad Amira
4. Monkey One
5. Not Talking
6. Hungerford Bridge
7. We Love Bea
8. Happy Toast
9. Monkey Two
10. Will And Amira
11. Primrose Hill
12. So-Ree
13. Mending Things
14. Broken Entered
15. Piano Modal
16. Counterpoint Hang Pulse

Nos articles sur cette BO

Score essentiellement atmosphérique et rythmé (proche de l'électro ambient), avec des boucles de piano et des nappes synthétiques ou de cordes, la musique envoûte, l'écoute du disque est une véritable expérience sensorielle sans négliger pour autant une construction progressive et thématique solide (comme l'atteste le superbe "Happy Toast"). L'ambiance du film, exclusivement urbaine, convoque des sonorités sèches, lointaines et mélancoliques. Pourtant, Gabriel Yared invite aussi la voix dans sa partition (voix éthérées d'homme dans "St Pancras", "Not Talking", "We Love Bea") ainsi que de la guitare sèche ("Sad Amira").

Un score épuré, dépouillé de toute fioriture orchestrale (au contraire des précédents scores de Yared pour Minghella, à l'écriture symphonique plutôt dense). Le musicien retrouve visiblement avec plaisir les boucles et les rythmes (avec de légères percussions acoustiques par moments, des respirations qui rappellent Malevil), accompagné des musiciens d'Underworld qui ne sont sûrement pas étrangers à cette ambiance urbaine omniprésente, voguant subtilement entre moments mélancoliques et passages plus légers, oniriques et optimistes.

Un score parfois un peu répétitif, à l'évolution assez lente, mais comme toujours chez Yared bien écrit et bien construit, et qui traduit chez lui une évolution évidente vers un style musical plus épuré, en opposition totale avec ses oeuvres symphoniques les plus connues. Belle réussite.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis