Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Le Chaperon rouge  (2011)

Red Riding Hood

Watertower Music (8 mars 2011) - 0:44:40 | Original Score [musique originale]


 

Après deux films avec Mark Mothersbaugh, un autre avec Mychael Danna, et Carter Burwell sur TWILIGHT, la cinéaste Catherine Hardwicke fait appel à Brian Reitzell et Alex Heffes pour cette adaptation horrifico-gothique du Chaperon rouge.



[© Texte : Cinezik] •
Le Chaperon rouge

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Towers Of The Void - Brian Reitzell
2. Kids - Brian Reitzell & Alex Heffes
3. Dead Sister - Brian Reitzell & Alex Heffes
4. The Wolf - Fever Ray
5. Mt. Grimoor - Brain Reitzell & Alex Heffes
6. Tavern Stalker - Brian Reitzell & Alex Heffes
7. Grandma's House - Brian Reitzell & Alex Heffes
8. Keep The Streets Empty For Me - Fever Ray
9. Wolf Attack - Brian Reitzell & Alex Heffes
10. Just A Fragment Of You - Anthony Gonzalez from M83 & Brian Reitzell
11. The Reveal - Brian Reitzell & Alex Heffes
12. Finale - Brian Reitzell & Alex Heffes
13. Crystal Visions - The Big Pink

Nos articles sur cette BO

Le choix du superviseur musical de Sofia Coppola n'est a priori pas mauvais. Catherine Hardwicke s'est toujours montrée intéressée par l'adolescence et l'émergence des sentiments (THIRTEEN, TWILIGHT) au sein de films visuellement et musicalement très chorégraphiés, rappelant ainsi l'esthétique du clip musical. Ainsi, LE PETIT CHAPERON ROUGE n'échappe pas au style de la réalisatrice et comporte quelques séquences purement musicales qui nous rappellent pourquoi l'ambiance du premier TWILIGHT était séduisante. Le sous-titre du film était "fascination" et la musique de Carter Burwell portait à ce titre le film à merveille en créant une atmosphère d'attirance étrange. D'atmosphère, il est aussi question ici mais étonnamment, l'effet est plus artificiel. La faute aussi à un film beaucoup trop ciblé "adolescentes gothiques pré-pubères", autrement dit le même public que TWILIGHT, la spontanéité et la sincérité en moins.

On se réjouit de la présence au sein de la bande originale de Fever Ray (alias Karin Dreijer Andersson, moitié du duo The Knife, entendu en 2010 dans LES AMOURS IMAGINAIRES), dont l'excellent album éponyme sortie en 2009 évoquait les ambiances chamaniques et l'envoûtement. Un choix musical judicieux également mais qui peine à se justifier sur les images du film, d'une pauvreté navrante.

Ainsi, malgré ces choix a priori adaptés au film, celui-ci est un tel déastre que rien ne fait mouche. Le score d'Alex Heffes, qui se contente de tenter de réveiller l'auditoire de la neurasthénie ambiante avec quelques morceaux d'action pas trop mal troussés mais conventionnels, ne change rien à l'affaire. On est également très loin d'une quelconque tentative de faire peur, car la musique comme la mise en scène restent incroyablement sages (alors qu'un loup terrifant sévit, les morts sont simplement à terre avec une larme de sang sur la figure, de même que la musique, dans sa volonté de ne pas traumatiser le spectateur, ne dépasse jamais le statut de tapisserie sonore). LE PETIT CHAPERON ROUGE, le film comme la musique, n'est qu'un produit de consommation de plus surfant sur une tendance en ciblant un public bien précis. Le film n'est d'ailleurs même pas à la hauteur de ses ambitions, à tous les niveaux (l'histoire se plante, les acteurs se plantent, les effets se plantent, Hardwicke se plante et donc la musique se plante).

On pouvait se réjouir de cette adaptation et de la promesse d'ambiances gothiques propices à toutes les folies visuelles et musicales, mais ici aucune émotion, aucune folie, aucune sincérité.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis