Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Douleur et gloire  (2019)

Dolor y Gloria

Quartet Records (22 mars 2019) | Original Score [musique originale]


 

Alberto Iglesias retrouve son fidèle réalisateur Pedro Almodóvar pour la 11e fois depuis leur rencontre sur "La fleur de mon secret" (1995).



[© Texte : Cinezik] • #AlbertoIglesias @QuartetRecords #DoloryGloria #Douleuretgloire
Douleur et gloire

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Salvador sumergido (2:31)
2. Geografía y anatomía (3:13)
3. Noche en la estación de trenes I (1:39)
4. La cueva de Paterna (2:33)
5. Arreglo de cuentas (2:27)
6. La addicción (1:48)
7. Fumar a escondidas (2:29)
8. La torre árabe (1:41)
9. El niño maestro (1:48)
10. Salvador en la torre (0:49)
11. Reconciliación (1:09)
12. Piano Bar y coro infantil (1:44)
13. La addición II (2:11)
14. Huevo de zurcir (0:52)
15. Reencuento de los amantes (2:32)
16. Escena urbana (1:12)
17. La habitación de la madre (0:52)
18. Euforia después del beso (2:02)
19. Acuarela y TAC (0:59)
20. Come sinfonia (2:37)
21. El primer deseo (1:56)
22. Arte popular (1:57)
23. Noche en la estación de trenes II (2:32)
24. Quirófano (1:37)
25. Claqueta final (7:47)
26. Encore I (1:53)
27. Encore II (0:46)
28. Geografía y anatomía (Instrumental) (3:23)

Lien d'achat :

Ecoute integrale de la BO

Autour de cette BO

Propos du réalisateur

Alberto Iglesias a composé la musique du film, comme il le fait depuis La Fleur de mon secret (1995). Cette fois-ci, il a divisé la partition en trois sonorités - ou ambiances - différentes. La première correspond aux retours au passé du héros. Les pièces musicales sont inspirées par la lumière zénithale de la caverne. Elles sont toutes reliées à la lumière solaire de Paterna et à l'éclairage zénithal qui illumine l'existence de Salvador enfant dans la caverne.

La deuxième ambiance sonore correspond aux moments de douleur et d'isolement. Les phrases musicales en suspens couvrent les silences et se glissent dans les dialogues les plus dramatiques, comme si elles en faisaient partie. Cette deuxième sonorité adopte aussi des rythmes plus rapides et répétitifs (pendant la dispute entre Alberto et Salvador, par exemple), des mouvements musicaux plus frénétiques ou de petits tremblements. La première acception nous évoque le personnage en suspension (dans la solitude et la prostration). La musique elle-même semble en suspens. Lorsque le rythme augmente et s'obscurcit, la musique se relie à l'anxiété du personnage.

La troisième ambiance sonore enveloppe les scènes de la mère âgée et du fils à Madrid. La musique adopte l'attitude de la mère face à la mort. C'est un préambule non pas funèbre, mais naturel et, d'une certaine manière, lumineux dans sa spiritualité tout en simplicité («Là où je suis, il ne fait ni froid ni chaud», dit la mère à l'hôpital en parlant d'une voisine qui est morte. Ou encore: «Là où je vais, je veux entrer légère.») Inévitablement, la musique contient une certaine mélancolie (heureuse) pour arriver à un endroit utopique, le préambule d'une mort acceptée sans peur.

La bande originale est écrite pour un sextet à cordes avec piano et clarinette. Il y a des moments de plus amples envergures sonores et orchestrales, mais sans jamais dépasser les limites de l'intimité. Alberto Iglesias, comme toujours, a créé une musique qui surgit du fin fond des images, comme quelque chose d'organique qui les enveloppe et les accompagne dans leur traversée narrative.
Une fois de plus, j'ai été surpris par son originalité, sa souplesse, son talent et son dévouement.

Pedro Almodóvar 

Tracklist - Titres préexistants

  • A tu vera - Juan Solano / Rosalía et Penélope Cruz
    (Rosalía chante a cappella au bord de la rivière)
  • Cómo pudiste hacerme esto a mí - Alaska y Dinarama
    (accompagne le générique de fin de Sabor, le film de Salvador Mallo projeté à la Cinémathèque)
  • La Vie en Rose - par Grace Jones
    (pendant le monologue d'Alberto Crespo)
  • Come sinfonia - Pino Donaggio / Mina
    (accompagne l'intégralité de la scène du croquis de l'aquarelle)
  • La noche de mi amor - Chavela Vargas
    (fait irruption en plein monologue)
  • Kiss - Marilyn Monroe
    (Apparait sur l'écran comme un des films cultes du réalisateur)

Nos articles sur cette BO

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis