Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Nimitz, retour vers l'enfer  (1980)

The Final Countdown

JOS Records (1980/2001) | Réédition



John Scott a composé avec The Final Countdown sa BO la plus célèbre, ou du moins la plus reconnue par les béophiles (avec Greystoke en 1984). Le score de The Final Countdown est écrit pour un grand orchestre mettant en avant des cuivres et de la percussion martiale avec quelques cordes et le reste des instruments.

[© Texte : Cinezik] •

Nimitz, retour vers l'enfer

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1-The Final Countdown-Main Titles 3.54
2-Mr.Tideman 2.25
3-The USS Nimitz On Route 3.29
4-The Approaching Storm 4.23
5-Pursued By The Storm 2.46
6-Into The Time Warp 3.57
7-Rig The Barricades 2.16
8-Last Known Position 2.13
9-An Hour Ago 1.01
10-December 7, 1941 0.46
11-The Japanese Navy 0.36
12-Shake Up The Zeros 2.14
13-Splash Two 1.07
14-Laurel and Owen 2.23
15-Climb Mount Nitaka 2.11
16-On The Beach 0.40
17-General Quarters 1.48
18-Operation Pearl Harbor 1.00
19-The Storm Reappears 3.28
20-Back Through The Time Warp 3.41
21-The Planes Return 1.27
22-The Admirals Arrive 1.30
23-Mr. and Mrs.Tideman 4.20

Nos articles sur cette BO

John Scott est assez peu connu dans sa profession. Pourtant, il a composé de nombreuses musiques de film depuis 1965 et est plus connu pour avoir écrit la musique des documentaires de Jacques-Yves Cousteau, et une de ses musiques pour le film 'Man on Fire' (1987) a été réutilisé à la fin du célèbre 'Die Hard' de John McTiernan. Grand symphoniste, John Scott a composé avec 'The Final Countdown' sa BO la plus célèbre, ou du moins la plus reconnue par les béophiles (avec 'Greystoke' - 1984). Le score de 'The Final Countdown' est écrit pour un grand orchestre mettant en avant des cuivres et de la percussion martiale avec quelques cordes et le reste des instruments. La partition s'articule autour de deux grands thèmes, point fort de la composition de Scott: le premier thème, assez célèbre, est introduit dès l'ouverture du film dans le 'Main Title'. Il s'agit d'un thème héroïque cuivré (trompettes mises en avant), rythmé par de la percussion plus martiale (timbales et caisse), le thème étant rejoint par la suite par des cordes majestueuses. Cet hymne héroïque évoque le courage de l'équipage de l'USS Nimitz et évoque bien le côté déterminé de Yelland et ses hommes à qui Scott semble rendre un petit hommage à travers cet excellent thème bien connu de tous les fans du compositeur. Le deuxième thème qui est en fait le premier a être entendu dans le film apparaît dans 'Mr.Tideman'. Plus mélancolique, ce très beau thème évoque le personnage d'Owen, mais, dans un premier temps, il est associé au mystérieux Tideman, l'employeur de Warren Lasky. Sans vouloir révéler la fin, il s'agit ici d'une astuce de la part du compositeur qui nous apparaîtra alors plutôt évidente lorsque la révélation finale nous sera dévoilé.

On retrouve le thème héroïque dans 'The USS Nimitz on route' évoquant la majestuosité et la grandeur de ce gigantesque porte-avions nucléaire. Le compositeur assombrit alors considérablement sa musique avec le sinistre 'The Approaching Storm' qui évoque clairement la menace grandissante de la tempête électro-magnétique qui se rapproche de plus en plus de l'USS Nimitz. Les cordes graves et les cuivres graves évoquent un sentiment de menace assez pesant avant que l'orchestre commence à faire monter la tension dans un véritable climat de terreur (à noter l'utilisation discrète d'un synthétiseur qui renforce le côté surréaliste de cette scène). Scott arrive à rendre cette séquence véritablement impressionnante. 'Rig The Barricades' est un petit passage d'action accompagné d'un rythme martial avec lequel le compositeur jongle pour faire monter la tension lors de la séquence de la montée des barricades afin de récupérer l'avion/corsaire. (impressionnante écriture des cuivres et des vents - à noter l'utilisation des clarinettes basses dans ce morceau) Scott est décidément un maître de l'écriture orchestrale et avec les 7 premiers morceaux de l'album, il nous le prouve déjà avec brio.

'Last Known Position' évoque alors le mystère entourant la situation à laquelle l'USS Nimitz se retrouve confronté: où ont ils atterri, comment et pourquoi? A noter une nouvelle utilisation discrète du synthétiseur qui renforce ici l'atmosphère mystérieuse du morceau. 'Shake Up The Zeros' nous permet alors de retrouver l'excellent thème héroïque qui file décidément une pêche incroyable au film. Le morceau accompagne la scène où les deux F-14 foncent occuper les deux 'zéros' japonais avant de les éliminer sur ordre du capitaine. Le thème cuivré évoque ici la majestuosité des deux avions américains se livrant à une petite démonstration aérienne censée impressionner les japonais qui n'ont jamais vu de tels avions de toute leur vie (les F-14 seront crées et prêt fin 1970). Dans le bref 'Splash Two', les avions américains affrontent alors les deux ennemis japonais (à noter ici l'écriture intéressante de cordes/cuivres très agité) tandis que 'Helicopter' nous propose un rythme de marche déterminé avec une reprise minorisée du thème principal héroïque. Plus tendu, 'Helicopter' évoque ainsi la scène du sauvetage des deux rescapés de l'attaque du yacht. Scott a enfin l'occasion de faire intervenir à nouveau son deuxième thème mélancolique dans le très beau 'Laurel & Owen'. Ce thème, d'abord confié à une flûte seule et un hautbois possède un certain classicisme d'écriture étonnant. Teinté d'une certaine nostalgie mélancolique, ce thème est indiscutablement associé au personnage de Richard Owens et de sa nouvelle compagne, Laurel Scott (Katharine Ross), l'une de deux survivantes de l'attaque du yacht par les deux avions japonais. On retrouve donc ce thème que le compositeur avait déjà utilisé au tout début du film dans 'Mr.Tideman', ce qui nous donne bien évidemment déjà un indice supplémentaire à propos de la révélation finale. Ce très beau thème permet à John Scott d'apporter un peu de relief dans ce petit score d'action/aventure assez rythmé, sombre et martial.

La tension monte d'un cran dans 'Climb Mount Nitaka' lors de la séquence de la prise d'otage par le pilote japonais. La bataille se rapproche de plus en plus avec 'Operation Pearl Harbor': Yelland a pris sa décision, il va lancer ses avions contre les troupes japonaises. S'il fait ca, l'histoire en sera modifié à tout jamais. On retrouve le thème principal, minorisé et rythmé par un ostinato de caisse martial pour évoquer la détermination de Yelland et ses hommes, et ce malgré les mises en garde incessantes de Lasky. La tempête électromagnétique revient alors dans le sinistre 'The Storm Reappears' où le compositeur utilise des cordes tendues, à la fois dissonantes et stridentes, proche d'une ambiance de suspense/thriller, comme dans 'The Approaching Storm'. Le compositeur est décidément très à l'aise dans son écriture orchestrale et nous délivre un nouveau passage de suspense sinistre parcouru par des orchestrations de qualité. La terreur revient finalement dans l'impressionnant 'Back Through The Time Warp' évoquant la nouvelle traversée de la tempête électromagnétique qui va ramener le porte-avions en 1980. Cordes stridentes, cuivres agressifs, percussion martelé, tout est fait ici pour rendre cette séquence véritablement spectaculaire, tout à l'image de la première séquence de tempête vers le début du film.

Le compositeur nous amène alors vers la conclusion de cette étonnante histoire avec le retour des avions dans 'The Planes Return', permettant au passage un retour triomphant du thème héroïque dans toute sa splendeur, exposé d'abord aux cuivres puis aux cordes. C'est finalement 'Mr & Mrs.Tideman' qui conclut le film, et si vous n'avez pas encore deviné la révélation finale, le titre du morceau est là pour vous l'expliquer de manière très claire, puisque l'on retrouve ici le thème mélancolique d'Owens/Laurel exposé dans sa version finale de manière très chantante, avant une reprise finale et triomphante du thème de fanfare héroïque, un thème qui sera décidément très présent tout au long du film, parfois exposé sous une forme mineure afin de coller aux moments plus sombres du film. On a souvent parler d'un grand classicisme d'écriture chez John Scott, et 'The Final Countdown' n'échappe pas à la règle même si les moments plus sombres de sa partition se tournent plus du côté de Schoenberg et de Stravinsky que des compositeurs du 19ème siècle chers aux musiciens du Golden Age Hollywoodien. Vous l'aurez compris, 'The Final Countdown' est, à l'image du film de Don Taylor, une grande BO à ne surtout pas manquer, et qui rend le film encore plus captivant! Un grand bravo à JOS Records, le label du compositeur qui s'est enfin décidé à rééditer ce grand classique du compositeur dans une version 'expanded' remasterisée. Servi par deux grands thèmes extrêmement mémorables, 'The Final Countdown' est un solide effort de la part du compositeur, une grande réussite qui n'a apparemment pas été suffisante pour rendre John Scott plus connu, comme il l'aurait pourtant mérité!

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis