Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Les Insurgés  (2009)

Defiance

Sony Classics (US : 9 décembre 2008, FR : 12 janvier 2009) - 49'40 | Original Score [musique originale]


 

James Newton Howard retrouve Edward Zwick après "Blood Diamond". Le score de « Defiance » permet à JNH de retrouver une écriture de violon soliste qu’il avait déjà expérimenté dans sa partition pour « The Village » en 2004, plaçant ainsi le violoniste américain Joshua Bell au cœur de sa partition pour le film d’Ed Zwick. La musique de JNH apporte son lot d’émotion, de suspense et de lyrisme aux images du film avec comme toujours le savoir-faire d’un compositeur dont l’écriture ne cesse de s’affiner au fil des années.



[© Texte : Cinezik] •
Les Insurgés

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Defiance / Main Titles (02:26)
2. Survivors (02:10)
3. Make Them Count (02:39)
4. Your Wife (03:07)
5. The Bielski Otriad (05:17)
6. Bella And Zus (02:16)
7. Exodus (04:29)
8. Camp Montage (02:22)
9. The Wedding (01:36)
10. Winter (02:01)
11. Escaping The Ghetto (01:34)
12. Police Station (04:32)
13. Tuvia Kisses Lilka (03:16)
14. Nothing Is Impossible (07:33)
15. The Bielski Brothers / Ikh Bin A Mame (04:22)

Nos articles sur cette BO

L’ouverture du film annonce d’emblée la couleur avec une ambiance sombre et glauque (« Defiance Main Titles ») qui évoque les rafles nazies dans les ghettos juifs. Les cordes et les cuivres résonnent ici de façon funèbre, sans grande surprise. Inversement, « Survivors » introduit le violon soliste avec une écriture de cordes plus dramatique, avec un premier thème associé aux survivants juifs, thème qui n’est pas sans rappeler maints passages de « The Village » ou « Snow Falling On Cedars », scores dans lesquels JNH utilisait un instrument soliste de façon similaire. Le violon rappelle ici « The Village », tandis que le lyrisme de l’instrument soliste renvoie clairement à la partition de « Snow Falling On Cedars », deux scores de référence dans l’œuvre du compositeur. « Make Them Count » prolonge cette ambiance funèbre/dramatique en évoquant ici aussi l’horreur des pertes humaines avec un violon plus agité et plaintif, utilisant un jeu de doubles cordes pour arriver à ses fins.

Avec le poignant « Your Wife », JNH réintroduit le thème des survivants avec le violon de Joshua Bell, thème qui deviendra très présent par la suite et qui apporte un premier éclairage émotionnel fort à la partition de « Defiance ». Cette mélodie mélancolique et gracieuse apporte par la même occasion un caractère « slave » sous-jacent à la musique du film d’Ed Zwick, JNH rappelant les origines et la culture des protagonistes principaux du film, avec comme souvent, le stéréotype du violon slave associé aux survivants juifs, idée que John Williams avait déjà utilisée dans « Schindler’s List » en 1993. A noter l’utilisation discrète de quelques touches électroniques sur la fin de « Your Wife » qui illustrent les débuts du mouvement de résistance des frères Bielski, idée amplifiée par « The Bielski Otriad », premier morceau d’action mouvementé du score. Mais la partition atteint un premier climax d’émotion avec le magnifique « Exodus » dans lequel JNH dévoile le très poignant thème de l’exode joué par le violon sur fond de cordes, une mélodie aux accents slaves mélancoliques et raffinée, agrémentée de quelques touches de cymbalum. Une fois encore, JNH a écrit l’un de ces thèmes magnifiques dont lui seul possède le secret, un thème mémorable et émouvant en hommage à ces résistants qui osèrent défier le régime nazi avec leurs propres moyens. Le reste du score alterne ainsi entre espoir (« Camp Montage »), montée de tension dramatique (« The Wedding » et son climax de violon aigu brutal) et mélancolie poignante (« Escape The Ghetto » et sa magnifique reprise du thème de l’exode), le tout toujours dominé par le violon lyrique de Joshua Bell. La partition aboutit à une magnifique conclusion dans « Nothing is Impossible » où l’on retrouve les principaux thèmes du score, avec en tête la mélodie de l’exode reprise une dernière fois par un violon élégiaque poignant. A noter pour finir que le générique de fin est accompagné d’un arrangement pour piano d’un célèbre chant juif, « Ikh Bin a Mame ».

« Defiance » nous permet de retrouver un James Newton Howard particulièrement inspiré par son sujet, même si la partition n’a rien de follement original ou manque un peu d’audace. Avec un classicisme d’écriture toujours très raffiné, JNH nous offre une BO particulièrement riche et émouvante, à la mémoire des résistants de la Bielski Otriad qui ont affronté les nazis en Biélorussie. Tour à tour élégiaque et poignante, la musique de « Defiance » nous rappelle à quel point JNH est décidément le compositeur de l’émotion et des thèmes mémorables, avec un savoir-faire et un professionnalisme qui ne sont plus à démontrer. Certes, on pourra toujours reprocher le caractère académique ou convenu de l’ensemble, mais ce serait passer à côté de l’émotion forte que dégagent bon nombre de mesures de la partition de « Defiance », une partition qui confirme le talent de l’un des meilleurs compositeurs travaillant à l’heure actuelle à Hollywood !

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis