Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Jamais de la vie  (2015)

(avril 2015) |



Adrien Jolivet retrouve son père cinéaste Pierre Jolivet après "Zim and Co." (2005) et "Mains armées" (2012) toujours aux côtés de Sacha Sieff.

[© Texte : Cinezik] •

Jamais de la vie

Autour de cette BO

Propos du réalisateur

C'est la troisième fois que je travaille avec Adrien Jolivet, mon fils, et Sacha Sieff, après « ZIM AND CO. » et « MAINS ARMÉES ». J'ai aimé qu'après la vision du film, ils me confortent dans mon choix d'utiliser très peu de musique. Adrien, notamment, m'a tout de suite convaincu de ne surtout pas en mettre sur le générique du début. On est ainsi tout de suite plongé dans le vide de la vie de Franck, pas besoin d'enjoliver. Adrien et Sacha passent beaucoup de temps avec moi, avec le monteur son, ils font cela les oreilles et le cœur bien ouverts. Trouver la couleur, par exemple, de l'instant où Franck découvre le lamentable décompte de sa retraite, n'était pas évident si on ne voulait pas tomber dans le pathos, ils ont réussi. Un contrepoint ironique et tendre, féminin aussi, vient clore le film après les scènes d'action violentes. C'est, dans la version de Stacey Kent, la chanson immortalisée par Louis Armstrong, « What A Wonderful World ». Oui, quel monde merveilleux que le nôtre...

Pierre Jolivet

"What a wonderful world" - Stacey Kent
(Cette reprise de Louis Armstrong ponctue avec ironie la noirceur du film) 

Nos articles sur cette BO

Vos avis