Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Jean de la lune  (2012)

Milan music (17 décembre 2012) | Album



Pour son premier film d'animation, l'allemand Stephan Schesch convoque une variété de musiques : Le jazz vocal de Louis Armstrong et Klaus Waldeck, l'expérimental de Jun Miyake, le psychédélisme de NEU!et Iron Butterfly... Avec également la musique originale du compositeur, songwriter, violoniste et DJ berlinois Alex Stolze (membre du groupe Body Bill).

[© Texte : Cinezik] • 3299039944820

Jean de la lune

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

 

  1. Louis Armstrong And The All-Stars - Moonriver
  2. Jun Miyake - The Here And After (Instrumental)
  3. Meva Méline - Au Clair de La Lune (Version Courte)
  4. Alex Stolze - Everybody's Gotta Learn Sometimes
  5. Eike Hosenfeld, Moritz Denis & Tim Stanzel - Mondmann Score : Cabrio Night
  6. Eike Hosenfeld, Moritz Denis & Tim Stanzel - Mondmann Score : Cabrio
  7. Eike Hosenfeld, Moritz Denis & Tim Stanzel - Mondmann Score : Komet
  8. Klaus Waldeck - So Black And Blue
  9. Alex Stolze - New Moon Ballet
  10. Alfredo Triff - Mindtrances
  11. Alex Stolze - Conquering The Moon
  12. Eike Hosenfeld, Moritz Denis & Tim Stanzel - Raketenbau
  13. NEU ! - Weissensee
  14. Antoni Komasa-Lazarkiewicz - Notre Rue Part 1
  15. Antoni Komasa-Lazarkiewicz - Notre Rue Part 2
  16. Antoni Komasa-Lazarkiewicz - Notre Rue Part 3
  17. Iron Butterfly - In-A-Gadda-Da-Vida
  18. Ofri Ben / Alex Stolze - It's Only A Papermoon
  19. Eric Longsworth - Sans Souci
  20. Klaus Waldeck - Memories
  21. Maeva Méline - Au Clair de La Lune (Version Longue)

 

Autour de cette BO

Propos du réalisateur sur les musiques

Les choix musicaux sont variés et loin d'un même tapis orchestral tout au long du film. Car ce film fonctionne sur quatre axes : Jean de la Lune, le Président du Monde, le père et sa fille, et Ekla des Ombres. L'idée était d'avoir un style musical différent pour chacun. Pendant la création de l'animatique, j'ai choisi les chansons et les musiques qui me plaisaient, aidé ensuite par un conseiller (Matthias Tode) pour avoir accès aux droits répartis dans le monde entier. Pour la chanson "It's only paper moon" (du film PAPER MOON) on a acheté les droits et on l'a fait reprendre par un groupe de jazz avec une chanteuse de Berlin. Mais pour "Moon river" c'est bien la voix de Louis Armstrong. Et "In a gadda da vida", c'est également l'original par Iron Butterfly.

Stephan Schesch

Propos du compositeur sur sa musique

Je suis un membre du groupe Bodi Bill avec lequel Sarah Weber, la coproductrice de « Jean de la Lune », souhaitait travailler depuis longtemps. Nous avons donc commencé ensemble à réfléchir à ce projet, mais comme mes camarades du groupe n'avaient plus eu le temps de chercher les sons et la musique que la production souhaitait, j'ai continué tout seul...

Au début ce fut vraiment très difficile. Parce que j'ai rejoint assez tardivement le processus de création du film dont toutes les structures essentielles étaient déjà en place. Aussi la production m'a demandé de composer les pièces manquantes et tout est devenu assez facile. Dans la mesure où Stephan et Sarah savaient exactement ce qu'ils voulaient. Je n'ai plus eu qu'à creuser en leur sens.

Ce dessin animé exigeait un équilibre savant entre une musique humoristique et une musique sérieuse, et surtout sans verser dans les écueils de la tristesse ou de la folie. Tous les morceaux du film traduisent la grande sensibilité musicale des producteurs. Ce film s'adresse à la fois aux adultes et aux enfants, il dévoile un monde moderne à la fois sombre et rouillé.

J'ai travaillé dans différents studios et avec de nombreux musiciens : percussions, basses, piano, trompette, clarinette, saxophone, trombone et voix. J'ai produit moi-­‐même les cordes, les orgues, certaines voix et certains effets.

"New Moon Ballet" par exemple: j'ai dû trouver le thème pendant la nuit et engager ensuite un co-­‐auteur pour écrire l'instrumentation, puis nous avons enregistré le jour suivant en son analogique pour obtenir le son le plus évocateur possible.
Pour "Everybody's Gotta Learn Sometimes", j'ai travaillé avec Unmap, l'un de mes groupes, et nous avons enregistré le titre en live.
Quant à la production finale de millions de sons additionnels, je l'ai fait dans mon petit studio en sous-­‐sol, sans voir la lumière du jour.

Alex Stolze

Nos articles sur cette BO

Vos avis