Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

Lettres d'Iwo Jima   (2007)

• de Clint Eastwood • En salle le 21-02-2007

• Musique composée par Michael Stevens & Kyle Eastwood

Le fils du cinéaste américain compose pour le second volet d'Eastwood évoquant la bataille d'Iwo Jima, après Mémoires de nos pères qui avait été composé par Clint lui-même. Kyle Eastwood est reconnu comme jazzman tandis que Michael Stevens est son producteur d'albums solos. Le duo signe une musique émouvante et touchante, sans évocation japonaise, mais qui touche davantage à l'universel.

[© Texte : Cinezik] •

Lettres d'Iwo Jima

Sortie de la BO

Milan Music (12 février 2007) - 0:43:27

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Letters From Iwo Jima Theme (Radio Edit) (2:51)
2. Main Titles (4:17)
3. Letters Montage (3:18)
4. Preparing For The Battle (2:59)
5. Suicide (3:20)
6. Enemy Fire (1:39)
7. Shimizu's Past (3:07)
8. Dinner Party (3:17)
9. Nearing The End (2:11)
10. Kuribayashi's Farewell Letter (2:03)
11. Song For The Defense Of Iwo Jima (1:18)
12. Kuribayashi Pleads For Death (2:55)
13. End Titles (Part 1) (2:55)
14. End Titles (Part 2) (4:22)
15. Letters From Iwo Jima Theme (Composer Duet) (2:42)

Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO

Actus

 Panorama BO : Clint Eastwood, les véritables héros de son cinéma

Nos articles sur cette BO

Le thème du film est développé dès l'ouverture, et reprit de nombreuses fois durant les premières minutes du film : thème solennel et mélancolique (trompette et cordes), il évoque toute l'ambiguité de la bataille d'Iwo Jima, que les troupes japonaises savaient assez rapidement perdue d'avance. Il décrit à la fois les personnages et leur dévouement à leur nation (l'un des principaux thèmes du film) tout autant que ce sombre destin - inéluctable - qui les attends, laissant bientôt de nombreux enfants japonais sans pères et de nombreuses femmes sans maris. A la fois beau et mélancolique, il sonne comme un véritable hymne pour ces soldats - qui sont ici davantage filmés comme des hommes qui tentent avant tout de sauver ou bien leur peau ou bien leur honneur (les deux étant rarement possibles à la fois).

L'orchestration, tantôt dense et lumineuse, tantôt intimiste et minimaliste, révèle la mise en scène de Clint Eastwood sans jamais la surcharger, mais apporte le lot d'émotion qui manquait à Mémoires de nos pères, où l'affreuse musique composée par le cinéaste lui-même parvenait difficilement à décoller. Ici, la musique n'évite pas les clichés (les nappes sombres et graves qui annoncent l'ennemi, approchant), l'écriture se fait aussi parfois faiblarde à l'occasion mais fort heureusement, jamais autant que sur l'opus précédent, Lenny Niehaus (ce bon vieux collaborateur d'Eastwood sur Impitoyable et bien d'autres de ses films) ayant supervisé l'orchestration et la direction d'orchestre, afin de rendre l'ensemble bien plus à hauteur que le premier (à notre grand plaisir).

Fort heureusement, chaque apparition du thème principal à l'image noue la gorge tant il évoque l'essence du film et sa profonde humanité (par exemple les poignants "Nearing The End" et "Kuribayashi's Farewell Letter" où un piano solo devance les cordes), la mélodie renvoyant notamment au personnage du général Kuribayashi (Ken Watanabe, excellent), homme intelligent et raffinée partagé entre son devoir et ses idéaux. Si la musique se fait universelle la plupart du temps, le disque n'élude néanmoins pas cette chanson interprété à la radio par des enfants japonais pour les soldats d'Iwo Jima en plein siège ("Song For The Defense Of Iwo Jima"), hymne patriotique plein d'espoir entendu par le général au moment où tout est déjà perdu.

Voilà donc un score dont l'intérêt essentiel est le le thème principal : c'est certes assez faible, mais le thème est si beau et évocateur d'émotion qu'il supporte le métrage à merveille et porte les images comme on l'a rarement vu dans un film de guerre. On s'en délectera donc sur le disque à 8 ou 10 reprises, notamment dans les magnifiques "End Titles", où tout ce qui fait de Lettre d'Iwo Jima un grand film ressurgit musicalement - ce qui pourra faire tirer quelques larmes aux auditeurs les plus sensibles. Belle réussite.

Sylvain Rivaud

Cinezik Radio

Panorama BO : Clint Eastwood, les véritables héros de son cinéma

Autres BO de Michael Stevens


Michael Stevens a signé la musique d'autres films de Clint Eastwood : Invictus (2010) •

Michael Stevens a également écrit la musique de : Pieds nus sur les limaces (2010) • Dans la tourmente (2012) •

Vos avis