Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde  (2007)

Pirates Of The Caribbean: At World's End

Walt Disney Records (19 mai 2007) - 0:55:50 - En CD et Digital | Original Score [musique originale]


 

Troisième volet de la trilogie d'aventures menée par Johnny Depp / Jack Sparrow, après deux premiers épisodes plutôt réussis. C'est aussi la cinquième collaboration entre Hans Zimmer et le réalisateur Gore Verbinski après Ring (Le Cercle) en 2002 et The Weather Man (2005), en plus des deux premiers volets de la saga Pirates des Caraïbes.



[© Texte : Cinezik] •
Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Hoist The Colours (1:31)

2. Singapore (3:40)

3. At Wit's End (8:05)

4. Multiple Jacks (3:51)

5. Up Is Down (2:42)

6. I See Dead People In Boats (7:09)

7. The Brethren Court (2:21)

8. Parlay (2:10)

9. Calypso (3:02)

10. What Shall We Die For (2:02)

11. I Don't Think Now Is the Best Time (10:45)

12. One Day (4:01)

13. Drink Up Me Hearties (4:31)

Lien d'achat :

Nos articles sur cette BO

Après deux poids lourds en 2006 (Pirates ces Caraïbes - Le Secret du Coffre Maudit et Da Vinci Code) Hans Zimmer revient en 2007 avec ce troisième volet de la trilogie de Gore Verbinski avant d'attaquer Les Simpsons, et après avoir délivré en décembre 2006 un très sympathique score de comédie, frais et léger, avec The Holiday. Après tous ces succès, inutile de préciser que le compositeur américain est attendu au tournant, d'autant plus que comme il l'explique dans l'interview publiée sur Cinezik que le dernier volet de la saga "Pirates des Caraïbes" est une sorte d'aboutissement des thèmes développés dans les deux précédents opus (comme John Williams avec "Star Wars" - chacun sa trilogie !).

A la première écoute, rien de vraiment nouveau. L'album commence plutôt doucement, avec un chant de pirates beau et poignant illustrant la première séquence du film (une séance de pendaison filmée sobrement). En quelques secondes, Zimmer donne du souffle aux images : premier bon point. Ce premier morceau est suivi de "Singapore" et ses sonorités orientales (qui rappellent vaguement Le Dernier Samouraï), avant de convoquer le fameux thème principal, toujours aussi (il faut le dire) sympathique et efficace à l'écran comme sur le CD. Premier gros morceau : "At Wit's End" et ses huit minutes de délicatesse sous forme de crescendo, où Zimmer utilise des voix mélodieuses (on pense à Da Vinci Code) et développe un nouveau thème, ample et superbe, qui évoque le voyage et les grands sentiments. On y retrouve aussi la délicatesse de The Ring (la boîte à musique qui symbolise la malédiction) et les choeurs endiablés de Pirates 2 : comme d'habitude avec Zimmer, une BO tout en contrastes, alternant moments d'action survoltés (à l'écriture parfois douteuse) et passages éthérés raffinés (au contraire plus inspirés).

"Multiple Jacks" est l'occasion de Zimmer de pasticher Ennio Morricone et ses musiques de westerns - dont il y est un grand fan. Une référence évidente et malheureusement sans subtilité, mais qui fait mouche et amuse. "Up is Down" confirme ce côté léger (Pirates est aussi une comédie !) avec des superbes thèmes entraînants qui frôlent le "mickey-mousing" tout en surlignant l'héroïsme des personnages avec des cuivres toujours très évidents et un nouveau thème d'aventure particulièrement inspiré et accrocheur : Zimmer retrouve ici la verve de Muppet Treasure Island, sa première "BO de film de pirate" (1996). C'est sans nul doute le meilleur morceau du CD.

Dans "I See Dead People In Boats", Zimmer développe un thème poignant pour évoquer la relation de Will avec son père, tandis qu'il s'autorise une magistrale reprise de son thème à la façon Morricone dans "Parlay" pour la scène du tour de table entre les seigneurs pirates, avec notamment Keith Richards dans le rôle du père (supposé) de Jack Sparrow. Hilarant, mais aussi beau et émouvant !

On retiendra enfin "I Don't Think Now Is the Best Time", morceau dantesque de dix minutes, probablement la pièce maîtresse de la trilogie et l'un des plus impressionnants tour-de-force musical de Hans Zimmer, qui renoue avec certains de ses longs morceaux anthologiques des années 90 : action, aventure, romance, rythme, choeurs, tout y est ! Un morceau qui nous rappelle furtivement pourquoi on aime Zimmer. Beau final, servi par le magnifique "Drink Up Me Hearties" où Zimmer reprends le thème d'amour du film à la manière de The Holiday, plein de sincérité et de bons sentiments ! Sympathique !

Un score loin d'être aussi révolutionnaire qu'on nous le promettait, mais en tout cas largement plus recherché, inspiré et subtil que les opus précédents. S'il manque encore un thème d'amour vibrant (le graal de Zimmer qu'il ne parvient décidément pas à obtenir), le score de Pirates des Caraïbes, jusqu'au bout du monde reste cependant la BO la plus aboutie de la trilogie de Gore Verbinski, la plus complexe musicalement et la plus inspirée (les nouveaux thèmes sont réellement ambitieux et réussis). Rythmiquement, Zimmer demeure un maître incontesté et incontestable, à l'instinct très aiguisé face à l'image, modulant les émotions à l'infini et jouant avec ses thèmes avec un plaisir très communicatif. Certes pour y déceler de la subtilité il vaudrait mieux aller écouter Da Vinci Code, mais pour le reste (le fun, l'aventure) on aurait tort de s'en priver, d'autant que c'est le genre de score qui s'apprécie de plus en plus au fil des écoutes. A bon entendeur...

 

Sylvain Rivaud

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis