Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Resident Evil : Extinction  (2007)

Resident Evil 3 / Resident Evil : Extinction

Lakeshore Records (USA : 18 septembre 2007;
FR: 1er octobre 2007) | Original Score [musique originale]


 

Après Marco Beltrami sur le premier opus et Jeff Danna sur le second, c'est au tour de Charlie Clouser d'écrire la musique de ce troisième épisode de la franchise Resident Evil. Plus connu pour avoir signé récemment les musiques des Saw, Clouser (ex-membre du groupe Nine Inch Nails) compose pour Resident Evil Extinction un score d'action aux rythmes électro 100% fonctionnels.



[© Texte : Cinezik] •
Resident Evil : Extinction

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Main Title
2. Stupid Crazy
3. I'm So Sick [T-Virus Remix]
4. My World
5. Duality [Project Alice String Remix]
6. Losing
7. One Love [Extinction Remix]
8. Deathcar
9. I, Suicide
10. White Rabbit [SPC Eco Mix]
11. Paralyzed
12. Laser Tunnel
13. Asleep on the Frontlines [Appliantz Remix]
14. Catch Me
15. Contagious
16. Scenotaph [Dja Infected Remix]
17. Sixth of June
18. Wrecking Itself Taking You with Me
19. Convoy

Nos articles sur cette BO

Le résultat à l'écran demeure efficace mais sans réelle personnalité ni aucun plus particulier. Clouser se contente d'appliquer bêtement des recettes toutes faites sans prendre le temps d'apporter le moindre punch particulier aux images. ‘Clone Awake' amorce rapidement dès le début du film le thème principal, un motif aux notes descendantes reconnaissable à son rythme électro et à ses sonorités électroniques aigues associées à l'héroïne du film. On le retrouve ainsi dans ‘Alice Ride', ‘Convoy' et ‘To The Hive', morceaux dans lesquels Clouser maintient une certaine tension avec ses nappes synthétiques et ses rythmes électro modernes constants. ‘The Ditch' annonce clairement la tonalité sombre et violente du film de Mulcahy avec un suspense entretenu ici aussi par les nappes de synthétiseur sombres et dissonantes du score. L'action démarre ensuite dans ‘Dog Attack' pour la scène où Alice affronte les chiens zombies vers le début du film. Les quelques rares samples d'orchestre (qui frôlent d'ailleurs ici le MIDI kitch !) sont mélangés à un magma de sonorités électroniques, de guitare électrique et de percussions agressives que Clouser maîtrise totalement, dans un style qui rappelle inévitablement ses musiques de la franchise sanguinaire Saw. Dommage que la musique ne parvienne jamais à se hisser au dessus du statut de musique de série-B/téléfilm d'action, démontrant un total manque d'ambition de la part des producteurs du film et de la musique.

‘Flysolated' apporte quand à lui un très bref sentiment d'espoir lorsqu'Alice découvre qu'il existe encore des survivants sur terre. Idem pour ‘Perimeter Fire', l'un des rares moments d'émotion du film lorsqu'Alice retrouve le groupe des survivants et les sauve de la catastrophe. Mais c'est l'action qui reprend très vite le dessus avec ‘Motel Closet' et ses percussions chaotiques ou ‘Birds Attack' et ses rythmes frénétiques dans la lignée de ‘Dog Attack', morceau qui apporte une certaine intensité à cette scène d'action-clé du film, même si l'on regrettera l'usage toujours très facile de sonorités électroniques brouillonnes à la limite de la cacophonie. Des morceaux tels que ‘New Orders', ‘Losing Texan', ‘Tanker Truck' ou ‘Container' apportent une énergie certaine aux scènes d'action du film mais demeurent constamment plombés par leur absence totale de réelle ambition musicale et leur côté très ‘score de téléfilm d'action à bas budget' plein de facilités. ‘New Headquarters' marque alors la fin de l'aventure avec un ultime morceau de tension où le thème principal est repris une dernière fois. A noter que ce morceau se finit sur une montée de tension qui semble indiquer que l'histoire est encore loin d'être finie pour Alice et le combat qu'elle mène pour détruire la Umbrella Corporation.

Après la déception des précédentes partitions de la saga, Charlie Clouser ne fait malheureusement que confirmer le manque d'intérêt total des musiques (et des films) de la saga ‘Resident Evil'. Son score pour le troisième opus demeure fonctionnel de bout en bout mais difficilement écoutable en dehors des images du film. Le problème vient surtout de l'absence totale d'ambition d'un compositeur qui demeure figé dans une approche électronique uniforme, sans réelle recherche de textures sonores ou d'idées musicales. La facette ‘musique de série-B d'action à bas budget' du score de Resident Evil Extinction plombe littéralement l'écoute du score de Clouser et rappelle à quel point la musique de film hollywoodienne est plus que jamais en panne de créativité depuis pas mal d'années. Soyons franc : ce n'est certainement pas avec des compositeurs comme Charlie Clouser que la situation s'améliorera du jour au lendemain. Une BO fonctionnelle et passe-partout, qu'on oubliera hélas très vite !

 

 

Quentin Billard

Autres BO du compositeur

Vos avis