Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Les Simpson : le film  (2007)

Simpsons Movie

Adrenaline Music (24 juillet 2007) - 0:40:16 | Original Score [musique originale]


 

Hans Zimmer compose le score du premier film des Simpsons, dont le célèbre thème est signé Danny Elfman. Si l'on déplore l'absence du génial Alf Clausen (qui a composé les musiques des 18 saisons des Simpsons à la télévision), Hans Zimmer (grand copain du producteur Jim Brooks) s'en sort avec les honneurs, avec une partition rythmée, délicate et parfois raffinée, même si on l'aurait aimé plus inspirée.



[© Texte : Cinezik] • 0825646981403
Les Simpson : le film

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. The Simpsons Theme (1:27)
2. Trapped Like Carrots (2:14)
3. Doomsday Is Family Time (2:27)
4. Release The Hounds (2:19)
5. Clap For Alaska (1:55)
6. What's An Epiphany? (2:07)
7. Thank You Boob Lady (2:45)
8. You Doomed Us All... Again (5:52)
9. ...Lead, Not To Read (2:05)
10. Why Does Everything I Whip Leave Me? (3:05)
11. Bart's Doodle (1:01)
12. World's Fattest Fertilizer Salesman (5:05)
13. His Big Fat Ass Could Shield Us All (1:46)
14. Spider Pig (1:04)
15. Recklessly Impulsive (5:27) *

* Ryeland Allison

Nos articles sur cette BO

Après l'inévitable thème d'ouverture signée Elfman que Zimmer a légèrement réorchestré pour la version cinéma (mais à peine - on ne touche pas aux thèmes sacrés, dixit Zimmer), le compositeur américain introduit un nouveau thème dans "Trapped Like Carrots" (un thème qui évoque probablement Homer Simpson), excellent morceau de comédie à l'ancienne.

Dans "Doomsday Is Family Time", Zimmer développe un thème familial très doux et délicat, avec un solo de flûte très champêtre, agréable. Plutôt réussi. Changement de ton immédiat avec le très rythmé "Release The Hounds" (illustrant la séquence hilarante de Bart faisant du skate-board tout nu dans Springfield). Zimmer se la joue rocker rétro avec guitares électriques et percus entraînantes, qui collent parfaitement au côté transgressif de la scène et du personnage de Bart.

"Clap For Alaska" change encore de ton avec l'introduction de choeurs et d'un motif plus tragique, pour l'élément déclencheur du film. "What's An Epiphany?" en est le prolongement avec un côté plus léger et plein de dérision, où Zimmer se réapproprie le thème d'Elfman pour évoquer le destin commun de la famille Simpsons. Le thème est également repris sous la forme d'une marche triomphale dans "Thank You Boob Lady", où Zimmer déploie enfin son savoir-faire pour donner de l'ampleur à une image sur grand écran avec cuivres et choeurs massifs.

Le début de "You Doomed Us All... Again" étonne avec son étrange mélodie au piano, très délicate et raffinée, qui évoque la musique de Debussy ou Ravel. Zimmer s'amuse et expériemente, entre deux montées de cuivres. "...Lead, Not To Read" est un morceau d'action plus classique et peu étonnant en revanche, qui évoque parfois le style de Zimmer sur le méconnu Radio Flyer de Richard Donner (une partition zimmerienne d'ailleurs fort inspirée du style d'Elfman). Avec "Bart's Doodle", Zimmer s'amuse à parodier Disney lors de la séquence du "remake" de Blance-Neige, avec des voix fluettes et des pizzicatos légers : court mais hilarant ! On retrouve ici (et dans le morceau suivant) une certaine fougue propre aux premières musiques de Shrek (Harry Gregson-Williams et John Powell). En revanche le "happy end" final est dégoulinant de premier degré et peu inspiré.

Cerise sur la gâteau (avis aux fans) : la chanson de "Spider Pig" en version choeurs. Et pour finir, "Recklessly Impulsive", un très drôle mais inécoutable remix techno du nouveau thème de Zimmer pour le film, rigolo mais d'une ringardise absolue ! Un clin d'oeil des auteurs pour se moquer des BO commerciales ? Sans doute !

Une fois de plus, après l'excellent Pirates des Caraïbes 3, Zimmer prouve que malgré ses lacunes techniques (l'orchestration laisse toujours un peu à désirer et manque d'originalité), il reste un compositeur d'exception pour donner du souffle à une image, rythmer une scène et construire l'ensemble de sa partition avec une délinaison de motifs réucurrents et une belle appropriation des thèmes, souvent exploités avec finesse et intelligence. Même si on aurait aimé une partition plus inspiré, plus folle et plus délirante encore, on admire la maîtrise de Zimmer pour les points de synchro et ses accroches séduisantes et jouissives, qui participent à faire du film des Simpsons une vraie expérience de cinéma et non un simple épisode TV sur grand écran. Le résultat est mitigé mais ne manque pas d'ambition et de "cool attitude", et s'apprécie agréablement sur le disque, court mais bien fait.

Sylvain Rivaud

Autres BO du compositeur

Vos avis