Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

Tomb Raider The Angel of Darkness  ()

Edition Promo - 0:25:39 | Jeux-Vidéo



Musicalement, avec Angel of Darkness, on passe un cran au dessus avec la première partition symphonique écrite pour les aventures de Lara Croft. Fini les ambiances énigmatiques et mystiques du très talentueux Nathan McCree, et place à un score orchestral plus conventionnel mais d’une efficacité redoutable tout au long du jeu, signé Peter Connelly et Martin Iveson (ayant déjà œuvrés sur les deux précédents opus).

[© Texte : Cinezik] •

Tomb Raider The Angel of Darkness

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Paris I - The Accused (2:55)
2. Prague - The Unseen Attacks (2:30)
3. The Angel of Darkness (3:10)
4. Paris II - Shadow of the Monstrum (1:35)
5. By Moonlight (3:00)
6. Dance of the Lux Veritatis (1:40)
7. Paris III - The Duel (1:45)
8. Boaz - Cabal Attack (2:20)

Nos articles sur cette BO

Avec un budget conséquent, les deux musiciens ont enfin eu l’occasion de se payer un vrai orchestre pour la bande originale de Tomb Raider : Angel of Darkness, et non des moindres, le célébrissime London Symphony Orchestra! Pour leur première incursion dans l’univers de la musique symphonique, les deux compères se sont adjoints les services de l’orchestrateur Peter Wraight et ont réalisés un travail colossal en peu de temps. La musique s’affirme dans la tradition des gros mastodontes orchestraux hollywoodiens, à commencer par le thème d’ouverture ('Angel of Darkness’), qui reprend la célèbre mélodie de Tomb Raider par Nathan McCree arrangé ici dans une version orchestrale inédite et puissante, cordes, cuivres, bois et percussions à l’appui. A noter que l’ouverture et la fin du morceau sont repris du thème d’ouverture composé par Peter Connelly pour Tomb Raider The Last Revelation, une façon pour le compositeur de faire lien avec la précédente aventure de Lara Croft en Egypte (puisque, logiquement, ce sixième opus se situe peu après l’Egypte). D’un point de vue orchestration, Connelly et Iveson nous livrent un très bon travail, privilégiant des instruments tels que la harpe, la flûte ou le hautbois, associés tout au long du film à Lara Croft (en plus de réutiliser par moments le fameux thème de Tomb Raider).

Puis, très vite, la musique affirme tout au long du jeu un ton plus sombre et atmosphérique, représentant le danger qui guette continuellement sur Lara tout au long de son aventure. Ainsi, le premier morceau entendu dans le premier niveau des bas-fonds parisiens, ‘Paris I – The Accused’, se caractérise par son côté suspense/tension permanent, avec piano ‘thriller’, quelques coups de timbales, cordes, vents, etc. (on pense ici à Trevor Jones façon From Hell, la touche gothique en moins). Idem pour ‘Paris II – Shadow of the Monstrum’ qui rappelle la présence du sinistre monstrum qui multiplie les victimes dans les rues de Paris. ‘By Moonlight’ monte encore d’un cran dans le suspense en créant une tension permanente à l’aide de bois dissonants et d’un ostinato rythmique entêtant aux contrebasses. Le reste du score se distingue surtout par son côté action massif tonitruant à souhait, et plus particulièrement l’excitant ‘Paris III – The Duel’ que l’on entend lors de l’affrontement contre le tueur dans l’appartement de Von Croy, morceau rythmé par un ostinato martial excitant de caisse claire sur fond de cuivres et cordes. A noter que le morceau s’inspire ici du style de Aliens de James Horner. ‘Dance of the Lux Veritatis’ reste dans le même esprit (le morceau n’apparaît que dans des bandes annonces du jeu), avec percussions martiales à l’appui et un style orchestral toujours proche de compositeurs hollywoodiens tels que Alan Silvestri, Danny Elfman ou de John Williams (influences avoués des deux compositeurs) - A noter que Martin Iveson cite la BO de Alien Resurrection de John Frizzell comme l’une de ses principales sources d’inspiration sur le score de Tomb Raider : The Angel of Darkness). Enfin, n’oublions pas le massif et martial ‘Prague – The Unseen Attacks’ pour l’affrontement contre le spectre rouge à la fin du niveau du tombeau des anciens (sans aucun doute l’un des niveaux les plus difficiles et les plus passionnants de tout le jeu). A noter que l’album délaisse de nombreux autres morceaux du score, ce qui est bien dommage ! Exit ainsi une bonne partie des musiques pour les cinématiques comme la très belle envolée romantique pour la rencontre mouvementée entre Lara et Kurtis à la fin du niveau du Louvre ou l’excellent morceau mystérieux entendu durant le niveau du ghetto parisien, sans oublier les passages plus synthétiques comme le morceau dans le fossé de drainage du Louvre ou dans le terrifiant niveau du Sanatorium avec Kurtis Trent aux commandes (sans aucun doute l’un des niveaux les plus mémorables du jeu, de par son ambiance macabre et sinistre proche d’un Silent Hill)!

Vous l’aurez donc compris, avec Tomb Raider : The Angel of Darkness, Peter Connelly et Martin Iveson ont mis les bouchées doubles et nous offre le premier score symphonique de la saga des Tomb Raider, un score inspiré par l’univers des musiques de films hollywoodiennes et qui crée un impact remarquable sur les images et l’ambiance du jeu vidéo! Comme dit précédemment, il est parfaitement regrettable que l’album délaisse une bonne partie de la musique du jeu même si les morceaux essentiels sont néanmoins présents. En tout cas, les amateurs de grosses musiques symphoniques tendance action/suspense devraient se régaler avec la musique de Tomb Raider : The Angel of Darkness, qui n’annonce que du bon quand à l’avenir des musiques de la saga des Tomb Raider!



Quentin Billard

Vos avis