Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Voyage en Chine  (2015)

(mars 2015) |



Pour son premier film, Zoltan Mayer convoque divers artistes : le percussionniste Steve Shehan, Jacques Brel...

[© Texte : Cinezik] •

Voyage en Chine

Autour de cette BO

Propos du réalisateur

Le minimalisme de la mise en scène se retrouve dans la musique. Celle du percussionniste Steve Shehan m'a plu parce qu'elle faisait écho à la sensibilité du film. Par ailleurs, l'essentiel de la musique est « in ». C'est grâce à Vesoul de Jacques Brel que Liliane rencontre les amis de son fils. J'aimais l'idée d'entendre tout à coup cette musique européenne dans cette atmosphère très chinoise. Le travail sur le son est lui aussi épuré, narratif et non illustratif. Il agit comme un sous-texte où chaque son est un personnage, pas un figurant. Nous avons construit des « familles de sons » : des sons liquides (pluie, rivière), des sons cristallins (cloches, verres, grelots), des cris d'enfants, des chants d'oiseau qui scandent l'arrière-plan du film. Les chants d'oiseau sont comme une manifestation de Christophe. C'est toute une dramaturgie sonore mais très discrète qui contribue à l'élan vital du film et à son paradoxal goût d'optimisme. Parce que dans Voyage en Chine, l'épreuve du deuil conduit aussi à aller vers ses rêves et à aller vers la vie.

Zoltan Mayer

Nos articles sur cette BO

Vos avis