Quebec - Belgique - Suisse - Afrique 

EN

VOIR

PLUS

 

Critiques BO

Une partition orchestrale/électronique plutôt moderne
Carrie (Marco Beltrami)

Quentin Billard - Publié le 18-10-2013


La musique de « Carrie » a été confiée à Marco Beltrami, qui reste en terrain familier sur le film de Kimberly Peirce puisqu'il est un habitué des films fantastique/horrifiques depuis ses débuts dans les années 90 (fait ironique : Beltrami a pourtant toujours détesté les films d'épouvante !). L'auteur des musiques de « Scream », « Mimic », « Hellboy » et « The Thing » signe pour « Carrie » une partition orchestrale/électronique plutôt moderne, faisant la part belle aux solistes et aux rythmes contemporains adaptés à l'univers d'un lycée américain ordinaire de notre époque. 

Repartant sur des bases neuves, Marco Beltrami décide de ne pas réemployer le matériau musical d'origine de Pino Donaggio pour le film de 1976 en partant sur une approche musicale plus personnelle, comme le confirme le « Carrie Main Title » dont les notes électroniques mystérieuses, les voix féminines et les cordes tendues apportent un éclairage dramatique et inquiétant à l'ouverture du film, ouverture teintée de notes sombres typiques du compositeur de « Scream ». Cette approche sombre culmine lors de la naissance choc de Carrie (« The Birth of Carrie »), tandis que Beltrami dévoile le thème de Carrie introduit dès l'ouverture, thème de 5 notes mélancolique et sombre, repris lors de l'accouchement dans la douleur de Margaret au début du film. Beltrami n'hésite pas à ponctuer sa musique des dissonances habituelles en optant pour une esthétique atonale menaçante bien que le score reste finalement assez tonal sur la longueur, en dehors des traditionnels clusters agressifs habituels des passages à suspense plus 'horrifiques'. Film de 2013 oblige, Beltrami n'hésite pas à utiliser l'électronique de manière parfois feutrée mais toujours très présent, souvent de façon inventive comme c'est le cas dans « When Periods Attack », où il suggère la scène de l'humiliation de Carrie dans les douches avec une reprise poignante du thème mélancolique de Carrie, partagé entre le piano, les cordes, le tout sur fond de nappes sonores synthétiques étranges et inquiétantes. Comme souvent, Beltrami se montre d'ailleurs assez inventif dans le maniement de ses atmosphères électroniques sonores, tandis que le thème de Carrie reste très présent, notamment dans « Carrie On ».

La musique de Beltrami conserve cette mélancolie étrange, notamment grâce à l'omniprésence du « Carrie's Theme », repris au début de « Headbanger » avec ses sonorités métalliques froides et inquiétantes, ou dans « Go To Your Closet », dans lequel Beltrami suggère les mauvais traitements que Margaret inflige à sa fille pour la punir de ses péchés présumés. Ici, comme pour le début du film, on retrouve une approche plus atonale et sinistre avec quelques dissonances bien placées, des sonorités sombres largement véhiculées par des cordes stridentes, des effets avant-gardistes et aléatoires des cuivres ou des nappes sonores macabres des synthétiseurs. Mais à l'inverse d'autres partitions horrifiques de Beltrami, le score de « Carrie » conserve régulièrement une approche mélodique et tonale qui permet de contrebalancer les nombreuses dissonances ou les passages plus agressifs comme pour la fin de « Go To Your Closet » où l'on découvre une envolée orchestrale dramatique assez saisissante, notamment grâce à l'emploi d'un choeur féminin et d'un orgue aux consonances religieuses. Seul problème : le coté cheap des choeurs samplés se fait quelque peu ressentir dans le mixage du morceau, alors qu'une vraie partie chorale live aurait apporté davantage de poids au final liturgique de « Go To Your Closet ». Néanmoins, Beltrami prolonge ce mélange de mélancolie, de moments sombres et de drame intimiste dans « Love You Too, Mom » ou « Mind Over Matter », où il a recours à un mélange très inventif de cordes, loops électro, guitare et flûtes à bec pour parvenir à ses fins. Beltrami nous propose ainsi des orchestrations habiles et pleines d'idées, n'hésitant pas à mélanger les sonorités de façon parfois inattendue, même si l'ensemble n'a rien de follement original. Néanmoins, le duo de flûtes à bec de « Mind Over Matter » fait partie de ces vraies bonnes idées que défend Beltrami dans sa musique, avec, cerise sur le gâteau, un très beau thème principal repris de façon incroyablement poignante et simple à 2:14 aux cordes, un passage de lyrisme pur d'une poésie mélancolique que l'on avait pas réentendu chez Beltrami depuis bien longtemps.

Malheureusement, la musique de « Carrie » a parfois tendance à se faire relativement discrète dans le film, présente mais parfois reléguée en arrière-fond dans le mixage. Du coup, difficile de profiter réellement des bonnes idées du score comme l'emploi des flûtes à bec qui traduisent la fragilité et l'innocence de la jeune Carrie, qui se cache derrière ses pouvoirs télékinésiques inquiétants. C'est ainsi que l'on peut profiter pleinement sur l'album de morceaux plus atmosphériques et inventifs comme « Sue Gets An Idea », dans lequel le compositeur expérimente autour de l'électronique et de l'orchestre. On appréciera aussi la douce mélancolie un peu inquiétante de « Shopping », qui évoque ici aussi l'innocence enfouie de Carrie avec un mélange ambigu de boîte à musique, piano et de sons plus sombres, suggérant l'idée que quelque chose ne va pas, que la situation ne va pas tarder à se détériorer. C'est ce que l'on ressent clairement dans le sombre « Levitated Mass », où l'on retrouve le Marco Beltrami des musiques de suspense habituelles, à grand renfort de nappes sonores électroniques et de cordes stridentes agressives et avant-gardistes. Le final de « Levitated Mass » rappelle d'ailleurs les grandes pages à suspense du compositeur, de « Scream » à « Mimic » en passant par « The Thing », « Joy Ride » ou « Cursed ». « Preparing for Prom » est assez symptomatique de cette approche sombre, alors que l'inévitable se prépare, et que Carrie s'apprête à partir au bal de promo, où tout va se jouer. Plutôt que de souligner l'enthousiasme de jeune fille de Carrie, qui espère enfin passer une bonne soirée avec Tommy Ross lors du bal de fin d'année, Beltrami suggère davantage l'inexorable avec une montée de tension intense et sombre de 2 minutes, largement véhiculée par le jeu tendu et déterminé des cordes. Idem pour « Trapped in the Closet », où l'on retrouve le Carrie's Theme avec le retour des sons de boîte à musique et des sonorités dissonantes et menaçantes associées aux pouvoirs de Carrie. Enfin, Beltrami retrouve son habituelle zone de confort avec « Blood Bath », qui bascule dans l'horrifique pur à grand renfort de cordes stridentes et d'orchestrations agressives, idée qu'il concrétise dans l'anarchique « Kill'Em All », climax d'horreur de la partition.

« Kill'Em All » est bien évidemment LE grand moment de la partition de « Carrie », celui qui rappelle encore une fois pourquoi Marco Beltrami enchante les béophiles depuis plusieurs décennies déjà grâce à ses musiques d'épouvante souvent puissantes, lyriques et extrêmement personnelles. « Kill'Em All » accompagne ainsi la fameuse séquence finale du bal de promo où Carrie, humiliée par le flot de sang déversé sur elle, déchaîne ses pouvoirs sur tous ceux qui lui ont fait du mal. Le morceau est entièrement construit sur les habituelles métriques à 7 temps si chères au compositeur, avec un rythme 'action' trépidant et une avalanche de dissonances et de cordes déchaînées assez ahurissantes. Dans « Driving Her Crazy », la vengeance de Carrie prend forme avec l'arrivée inopinée d'une guitare électrique trash sur fond de basse synthétique entêtante, alors que la jeune fille n'a plus qu'une idée en tête : éliminer pour de bon la principale fautive de son humiliation publique : Christine (Portia Doubleday). Dès lors, la musique bascule dans la noirceur et le drame total, comme le confirme « Heading Home » ou le tragique et macabre « Mommie Dearest » (qui reprend une partie de « Kill'Em All ») avec son utilisation étrange de notes aigues de flûte à bec à 3:08 sur fond de cordes et de cuivres dissonants et agressifs, sans oublier l'apocalyptique « House Crumbles » et la coda sinistre de « Burn In Hell ». Marco Beltrami reste donc dans sa zone de confort habituelle avec « Carrie », pour lequel il signe une partition d'épouvante dramatique, lyrique et aussi torturée et parfois extrêmement sombre et agressive, à l'image du personnage brillamment campé par Chloë Moretz dans le film. Sans être un chef-d'oeuvre en soi, la partition de « Carrie » confirme le retour en force de Marco Beltrami, bien plus inspiré que jamais depuis quelques temps, toujours aussi à l'aise dans le registre de l'épouvante et toujours aussi généreux dans ses idées musicales, mélodiques ou instrumentales.

 

Quentin Billard - Publié le 18-10-2013

Vos avis