Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

 

Critiques BO

BO electro culte #3 : AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU (1972), une expédition méditative
Aguirre, la colère de Dieu (Popol Vuh)

par Benoit Basirico - Publié le 01-05-2019
aguirre,@,popol-vuh, - BO electro culte #3 : AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU (1972), une expédition méditative


Voici le 3e épisode de notre série consacrée aux B.O cultes exploitant le potentiel de la musique électronique, avec celle de AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU (1972) de Werner Herzog.

Le groupe allemand Popol Vuh (proposant un rock expérimental en Allemagne dès la fin des années 1960), et ses deux membres permanents, Florian Fricke (clavier) et le multi instrumentiste Daniel Fichelsteiner, rencontrent le ​réalisateur allemand Werner Herzog en 1972 sur ce film avant de se retrouver sur COEUR DE VERRE, NOSFERATU, FITZCARRALDO et COBRA VERDE. Ils imitent ainsi leurs cousins germains Tangerine Dream et Klaus Schulze​ qui ont eux-aussi pu apposer leurs atmosphères électroniques et minimalistes à des films marquants. Pour cette première collaboration, il s'agissait d'accompagner les aventures des conquistadors en Amazonie, dont celui, illuminé et mégalomane, interprété par le démentiel Klaus Kinski. Les nappes électroniques quasiment cosmiques visaient à représenter la quête d'un eldorado, un monde merveilleux. Ainsi, par contraste, la quiétude de la musique n'annonçait pas le danger à venir (notamment la menace représentée par les indiens).

Aussi, l'aspect méditatif de la partition, toujours propice à la transe et à l'hypnose chez Herzog, accompagnant la lenteur de l'expédition à radeau, est en opposition avec le caractère hystérique du personnage central, et de son acteur Kinski, qui s'agite et crie. D'ailleurs, sa voix, à l'image ou en Off, a une tonalité agressive qui détonne face à la plénitude des notes de synthés et à la beauté insaisissable de la guitare electrique lancinante. Cette musique cotonneuse s'associe bien à brume d'un flanc de montagne et rend hypnotique les plans séquences montrant la pénible ascension.

Malgré tout, la quiétude musicale est chargée d'une ambivalence, et finit par prendre en charge les hallucinations du personnage, et parvient à soutenir sa folie des grandeurs. Derrière l'atmosphère enveloppante des accords synthétiques, on peut déceler une certaine étrangeté, aidée par la présence de choeurs célestes (dont on ne sait pas vraiment s'il s'agit de voix humaines, d'un clavier, ou d'un mellotron). La musique touche alors à la transcendante des esprits. La musique électronique est propice à représenter le mystère et l'inconscient. Herzog a su exploiter son potentiel onirique.



Tous les épisodes : 

BO electro culte #1 : PLANÈTE INTERDITE (1956), quand la Science-Fiction autorise des sons étranges

BO electro culte #2 : SOLARIS (1971), une planète à inventer

BO electro culte #3 : AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU (1972), une expédition méditative 

BO électro culte #4 : LA PLANÈTE SAUVAGE (1973), une déshumanisation délirante

BO électro culte #5 : ASSAUT (1976), motifs synthétiques pour la menace permanente

BO électro culte #6 : LE CONVOI DE LA PEUR (1977), une excursion onirique 

BO électro culte #7 : MIDNIGHT EXPRESS (1978), la musique d'une fuite en avant

BO électro culte #8 : BLADE RUNNER (1982), une plongée dans l'immatériel

BO électro culte #9 : VIRGIN SUICIDES (1999), un destin tragique 

par Benoit Basirico - Publié le 01-05-2019

Vos avis