Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

 

Critiques BO

BO Culte - Films d'Animation #11 : GHOST IN THE SHELL (Kenji Kawaï , 1995), méditation synthétique et vocale
#GhostInTheShell #KenjiKawaï

par Benoit Basirico - Publié le 17-06-2019
ghost_in_the_shell,@,kawai, - BO Culte - Films d'Animation #11 : GHOST IN THE SHELL (Kenji Kawaï , 1995), méditation synthétique et vocale


Voici le 11e épisode de notre série consacrée aux B.O cultes du cinéma d'animation des années 80 à 2000, avec celle de GHOST IN THE SHELL (1995) de Mamoru Oshii.

Kenji Kawaï retrouve le japonais Mamoru Oshii sur une animation après PATLABOR (1989), MAROKO (1990) et PATLABOR 2 (1993) et reprend son style électronique planant au service de cette aventure animée futuriste. Ses sonorités à la fois enveloppantes (nappes atmosphériques, tout droit sorties du score de "Blade Runner" par Vangelis) et rythmiques (avec des tambours au son métallique) approfondissent l'univers cyberpunk du film. Il ajoute au synthétiseur des choeurs féminins pour convoquer l'humanité des cyborgs et installer une étrangeté. Cette vision musicale singulière participe à une dimension métaphysique, lorsque le chant énigmatique (écrit dans un ancien japonais sur des harmonies bulgares) questionne les origines, et le sens de la vie. 

Cette voix prend toutes les formes, d'une version a capella elle devient lyrique, et touche au spirituel. Associée à des textures aériennes (presque new-âge), elle invite à la méditation, elle nous berce, et parcourt le film sans altération en fonction du récit. Cette nature méditative et mélancolique dans la partition épouse un chemin parallèle, et semble atténuer la violence lors de l'affrontement brutal. En décalage, lente et calme, la musique se nourrit d'éléments organiques (cordes, bruitages, guitare hispanisante) pour distiller des traces d'une humanité enfouie au sein d'un monde technologiquement avancé. Kenji Kawai retranscrit l'intériorité du personnage et participe à l'élaboration d'un véritable conte philosophique, précurseur de "Matrix", ou "Surrogates". 

Tous les épisodes : 

BO Culte - Films d'Animation #1 : LE ROI ET L'OISEAU (Wojciech Kilar, 1980), mélancolie et allégresse du conte 

BO Culte - Films d'Animation #2 : BRISBY ET LE SECRET DE NIMH (Jerry Goldsmith, 1982), épique et terrifiant

BO Culte - Films d'Animation #3 : TARAM ET LE CHAUDRON MAGIQUE (Elmer Bernstein, 1985), noirceur et frivolité ajoutés au romantisme des Ondes Martenot

BO Culte - Films d'Animation #4 : BASIL DÉTECTIVE PRIVÉ (Henry Mancini, 1986), atmosphère sombre et ironique

BO Culte - Films d'Animation #5 : MON VOISIN TOTORO (Joe Hisaishi, 1988), mélodies limpides et richesse instrumentale

BO Culte - Films d'Animation #6 : AKIRA (Shoji Yamashiro, 1988), entre expérimentation et tradition

BO Culte - Films d'Animation #7 : LE PETIT DINOSAURE ET LA VALLÉE DES MERVEILLES (The Land Before Time - James Horner, 1988), une aventure complète

BO Culte - Films d'Animation #8 : ALADDIN (Alan Menken, 1992), un véritable feu d’artifice

BO Culte - Films d'Animation #9 : LE ROI LION (Hans Zimmer, 1994), une flûte soliste pour le lionceau Simba

BO Culte - Films d'Animation #10 : L'ETRANGE NOËL DE MR. JACK (Danny Elfman, 1994), une comédie musicale inventive sur tous les registres

BO Culte - Films d'Animation #11 : GHOST IN THE SHELL (Kenji Kawaï , 1995), méditation synthétique et vocale

BO Culte - Films d'Animation #12 : CHICKEN RUN (Harry Gregson-Williams et John Powell, 2000), dynamisme, héroïsme et humour 

BO Culte - Films d'Animation #13 : LES INDESTRUCTIBLES (Michael Giacchino, 2004), la renaissance d'une aspiration contenue

BO Culte - Films d'Animation #14 : AZUR & ASMAR (Gabriel Yared, 2006), un enchantement entre deux cultures

BO Culte - Films d'Animation #15 : VALSE AVEC BACHIR (Max Richter, 2008), la force émotionnelle du souvenir

BO Culte - Films d'Animation #16 : CORALINE (Bruno Coulais, 2009), inventivité débordante pour le cauchemar d'une petite fille

par Benoit Basirico - Publié le 17-06-2019

Vos avis