Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

EN

VOIR

PLUS

 

Critiques BO

EMPIRE DU SOLEIL / EMPIRE OF THE SUN (1987), l'insouciance et l'effroi d'un enfant en pleine guerre contre le Japon
Empire du Soleil (John Williams)

Benoit Basirico - Publié le 16-12-2019
empire-du-soleil,williams, - EMPIRE DU SOLEIL / EMPIRE OF THE SUN (1987), l'insouciance et l'effroi d'un enfant en pleine guerre contre le Japon


8e collaboration entre le compositeur John Williams et le cinéaste Steven Spielberg pour leur second film ayant pour cadre la deuxième guerre mondiale.



CET ARTICLE FIGURE DANS CES DOSSIERS :  

• Liste B.O : les géographies multiples de John Williams



Après ses films d'aventure ("E.T.", "Indiana Jones"...), le réalisateur Steven Spielberg amorce avec "La Couleur pourpre" deux ans plus tôt un virage plus dramatique et intime. Il aborde ici la deuxième guerre mondiale pour la première fois sur un mode sérieux (après la comédie "1941"), avec un ton solennel qu'il retrouvera sur "La liste de Schindler" et "Il faut sauver le soldat Ryan". Pour chacun de ces films, on retrouve le fidèle compositeur John Williams qui sait s'adapter aux humeurs et registres, passant du ton léger de "1941" à une musique plus lyrique.

Au sein même de sa partition pour "L'Empire du soleil", John Williams épouse le point de vue multiple du personnage (le jeune Jim Graham - Christian Bale) oscillant entre sa naïveté (son innocence illustrée par une certaine joie de vivre avec une orchestration sautillante), à la gravité et une noirceur liées aux méfaits de la guerre. Le thème principal est ainsi associé au héros et se décline selon ses humeurs, tantôt lyrique tantôt en pleine légèreté. Aussi, Jim chante dans une chorale paroissiale au début du film, on retrouve cet aspect vocal à travers la présence d'un choeur, marquant la solitude de l'enfant.

L'élan orchestral est toujours la marque de Williams, avec un orchestre symphonique massif, élevé d'un choeur d'enfant puissant, symbole d'innocence et d'émerveillement. Le grand final est un hymne choral évoquant une marche joyeuse qui s'associe à la libération des prisonniers à la fin du film. Sans oublier le Japon (lié à l'invasion des colonies anglaises par les Japonais en 41), présent dans la partition par quelques sonorités asiatiques, notamment avec une flûte "shakuhachi".



CET ARTICLE FIGURE DANS CES DOSSIERS :  

• Liste B.O : les géographies multiples de John Williams




Benoit Basirico - Publié le 16-12-2019

Vos avis