Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

Actus

 

Du 18 au 22 novembre 2020

2e édition du Festival Format Court, des court-métrages à voir en ligne
@FormatCourt #CourtMétrage

- Publié le 19-11-2020
,@, - 2e édition du Festival Format Court, des court-métrages à voir en ligne


Prévu en avril dernier au cinéma des Ursulines, puis reporté et converti en ligne dans le contexte sanitaire, le Festival Format Court (organisé par le site du même nom consacré au court métrage) propose un riche programme de court-métrages à découvrir depuis chez soi. Malgré tout, l'évènement maintient sa compétition de 25 courts métrages, et son jury professionnel (composé de Alexis Manenti, Léa Mysius, Benjamin Renner, Sigrid Bouaziz, Bernard Payen et Anne Delseth), avec au sein du palmarès un Prix pour la musique, l'occasion de signaler ici les présences musicales dans les films présentés.

Présences musicales dans les 9 programmes de courts-métrages en compétition : 

Nos 4 B.O préférées à ne pas manquer : 

GENIUS LOCI de Adrien Mérigeau (animation)
Musique originale : Lê Quan Ninh et Théo Mérigeau
partition dissonante de violoncelle, percussion, orgue. 
=> Ce film a remporté le Grand Prix du Jury. 

Mémorable de Bruno Collet (animation)
Musique originale : Nicolas Martin
Chanson originale : "Waiting for your love" (Nicolas Martin / Clarence Finck)

GRONDE MARMAILLE de Clémentine Carrié
Musique originale : Mike Ponton
incluant les chansons interprétées par la jeune comédienne Siloé Lecorps (qui joue l'enfant dans le film) avec des percussions et un violoncelle. 

LES SAINTS DE KIKO de Manuel Marmier
Musique originale : Deliliahs (groupe de rock américain), Fabien Cornec
Les titres pop décalés participent au caractère insolite de cette chronique en bord de mer sur une dessinatrice japonaise prenant pour modèle deux corps nus masculins sur le sable jusqu'à des échappées épiques. 

Prix de la meilleure création sonore

MACHINI de Frank Mukunday et Tétshim (Animation)
Musique originale (guitare au générique de fin) : Francesco Nchikala (guitariste congolais). 

Et aussi

EN FAIRE LE TOUR de Philippe Ulysse
Musique originale : Arcan (juste pour un titre rock, "The Mask Songs", qui ouvre et cloture le film)
Air de tango entendu par le personnage : "Youkali" (Kurt Weill).  

EN MEUTE OU SOLITAIRE de Camille Martin Donati
Air traditionnel arménien : "They have taken the one i love" (Siretzi Yares Daran), interprété au Duduk par Levon Minassian

HOMESICK de Koya Kamura
Musique originale : Romain Trouillet
Le compositeur qui s'affirme au cinéma depuis quelques années ("Edmond", "De Gaulle") soutient l'émotion de cette histoire japonaise avec une partition de facture classique à travers son thème de cordes et de piano. 

L’AVENTURE ATOMIQUE de Loïc Barché
Musiques préexistantes : Carl Orff (Gassenhauer), György Ligeti (Atmosphères / Ramifications for string Orchestra), Salvatore Sciarrino (Autoritratto Nella Notte). 
Parmi les emprunts musicaux, György Ligeti évoque le cinéma de Kubrick ("2001, Odyssée de l'espace") tandis que Carl Orff et sa mélodie au xylophone convoque en générique de fin le cinéma de Terence Malick ("La Balade sauvage"). 

LA VEILLÉE de Riad Bouchoucha
Musique originale : Benjamin Balthazar (guitare folk, violon, piano)
Présente à trois reprises et au générique de fin, la guitare convoque l'Algérie et le deuil d'une famille. 

LE BAL de Jean-Baptiste Durand
Musique originale : Hugo Rossi
Autre musique : "Fantaisie impromptu" (Chopin) diffusé par le personnage depuis son ordinateur puis repris au générique.  

LE PÉRIL JAUNE de Owen Morandeau & Thibault Le Goff
Musiques existantes : Clémentine Rêve (Cachette à branlette), Courtoisie / Enfant / Je peux voir ta peine / Les Primevères des fossés / Allez vous en (Rouge Gorge)
De la pop française est diffusée dans le bar que fréquentent les personnages, notamment lors d'une scène de danse (sur "Les Primevères des fossés" de Rouge Gorge). 

LES DERNIERS FEUX de Benjamin Busnel (expérimental)
Musique originale : Pierre Oberkampf
Chanson : "Crunk it" de Dave James
La musique climatique illustre ce montage photo à la première personne où le récit de la voix off est associé aux notes délicates. 

L’HOMME NU de Chérifa Tsouri
Musiques préexistantes : "Around the world" (The Death set), "Pluie fine" (Corine), "Music is dead" (Olaf Hund), "baby i'm yours" (Breakbot), "Un beau langage" (Fishbach)
Les chansons pop sont dansées par le personnage principal dont la nudité confère aux scènes musicales une incongruité. 
LIBRE de Stéphanie Doncker
Musique originale : Nick Grey
Chanson de fin : "Structure" (Moldoveanu)
La partition apparait au premier plan lorsque la jeune délinquante savoure sa liberté provisoire en bord de mer, avec une voix comme une complainte. 

LOVE HE SAID de Inès Sedan (Animation) 
Musique originale : Julien Divisia (contrebasse jazz)

PRISON BALL de Marie Garcias et Romain Francisco
Musique originale : Clément Walker-Viry 
Chanson de fin : "Marry and Harry for life" (Romain Francesco / Marie-Aline Thomassin)
Le compositeur de cette courte comédie pastiche la romance avec un piano langoureux puis dynamite le couple avec une guitare electrique et la batterie. 

WHY SLUGS HAVE NO LEGS de Aline Höchli (animation)
Musique originale : Thomas & Samuel Schranz

UNE SOEUR de Delphine Girard
Musique originale : Sébastien Monnoye (en générique de fin uniquement, au terme d'un huis-clos étouffant dans une voiture)

SOLE MIO de Maxime Roy
Musique originale : Pierre Rousseau
Autres musiques : Le Masque / Sauce anglaise (Philippe Mouton) au concert, O Sole Mio (Giovanni Capurro) chanté par les personnages, Les Pêcheurs de Perles (Bizet / Enrico Caruso) au générique de fin.

DEUX OISEAUX de Antoine Robert (animation)
Musique originale : Thomas Karagiannis
Chanson : "Deux oiseaux" de France Gall

Egalement à mentionner le Jury presse, avec Michaël Mélinard (L’Humanité), Perrine Quennesson (Le Cercle, TroisCouleurs), Yaël Hirsch (Toute la Culture), Frédéric Mercier (Transfuge, Le Cercle, Positif), Cécile Marchand-Ménard (Télérama) et Marie-Pauline Mollaret (Ecran noir, Bref), un Prix du public par les Internautes, ainsi qu'une marraine, Maïmouna Doucouré, réalisatrice du court Maman(s) et du long Mignonnes. 

Tous ces films à voir sur le site : http://www.formatcourt.com

 



- Publié le 19-11-2020

Vos avis