Les Incontournables

Voici par genre de films une sélection de BO cultes que tout béophile doit avoir dans sa collection.

Les incontournables : Incontournable du compositeur

Journal intime

Nicola Piovani

Nicola Piovani pour le drame intime de Nanni Moretti.

Ed Wood

Howard Shore

Chose étonnante, ce n'est pas l'habituel complice de Tim Burton, Danny Elfman, qui composa la musique pour Ed Wood mais Howard Shore, totalement inattendu sur ce film (Elfman s'est en fait disputé avec Burton et a refusé d'écrire sa musique - ce sera la seule exception). Habitué aux productions d'horreur psychologiques de David Cronenberg, Shore a toujours montré son goût pour l'éclectisme et la diversité.

Ecouter/Acheter

Maman j'ai raté l'avion

John Williams

Les chants de Noël, certains de Williams dans le film, illuminent le climat fête de Noël tandis que la musique se partage en fait entre la comédie, l'aventure et l'émotion. Le thème principal, qui évoque d'abord la nostalgie des festivités de Noël dans l'esprit de Kevin, va vite se transformer en un hymne à la magie de Noël et à ses miracles.

Ecouter/Acheter

Hôtel du Nord

Maurice Jaubert

Pour cette nouvelle collaboration entre Jaubert et Carné (la même année que "Le Quai des brumes"), Henri Jeanson succède à Prévert au dialogue. On retrouve la réalité sociale et le pittoresque des années 30. La musique convoque de nouveau l'accordéon. Un mouvement de valse triste illustre la misère abordée par le film sans aucune complaisance.

Ecouter/Acheter

L'Aventure de Madame Muir

Bernard Herrmann

Première collaboration entre le compositeur Bernard Hermann et le réalisateur John L. Mankiewicz. Face à cette relation entre une jeune veuve anglaise et le fantôme d'un capitaine, la musique mêle la romance et les aspects fantastiques. Les aspirations romantiques du compositeur trouvent un écho dans les thèmes du film (la mort et la solitude). Comme à son habitude, Herrmann va plus loin que l'écriture mélodique de thèmes, en élaborant des motifs musicaux visuels par l'évocation des flux et reflux des éléments marins.

Ecouter/Acheter

King Kong

John Barry

John Barry retrouve son compatriote anglais John Guillermin 16 ans après NEVER LET GO (1960). Entre temps, le cinéaste a fait appel à John Williams (LA TOUR INFERNALE, 1974), Maurice Jarre (EL CONDOR, 1970), Elmer Bernstein (LE PONT DE REMAGEN, 1969), Francis Lai (UN CRI DANS L'OMBRE, 1968), Jerry Goldsmith (LE CREPUSCULE DES AIGLES, 1966), Georges Delerue (RAPTURE, 1965),  

Ecouter/Acheter

Delicatessen

Carlos D'Alessio

Dernière oeuvre de Carlos d'Alessio pour le premier film du tandem Caro/Jeunet, la bande originale du film "Delicatessen" a remporté en 1992 la Victoire de la Musique de l'album de musique originale de cinéma.

Ecouter/Acheter

Munich

John Williams

La rigueur et la retenue sont à l'œuvre avec un thème exprimé par des instruments solo et la déchirante voix de Lisbeth Scott. Une voix, des cordes, un piano, une guitare soutiennent un thème intense, pour une partition à la fois mélancolique et angoissante, thématique et dissonante. Cette émotion sombre et ambigüe est rare chez le compositeur. Un nouveau chef d'oeuvre poignant pour Spielberg !

Ecouter/Acheter

Images

John Williams

Première édition sur CD de la partition la plus expérimentale et dérangeante du grand John Williams, pour ce film méconnu de Robert Altman. Une oeuvre étonnante pourtant incontournable. A découvrir !

Ecouter/Acheter

Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

Alan Silvestri

Alan Silvestri retrouve son fidèle cinéaste Robert Zemeckis pour la troisième fois après "À la poursuite du diamant vert" (1984) et "Retour vers le futur" (1985).

Ecouter/Acheter

La Piscine

Michel Legrand

C’est la première collaboration entre Michel Legrand et Jacques Deray avant de se retrouver sur "Un peu de soleil dans l'eau froide" (1971) et  "Un homme est mort" (1972) - le disque réunit ces 3 partitions. Le compositeur écrit pour ce thriller solaire avec Alain Delon et Romy Schneider un court score pour choeurs, voix et orchestre. Le thème est d’une sensualité moite qui laisse ressentir la chaleur estivale. Pour traduire le climat trouble de la villa varoise, le compositeur déploie une partition en trompe-l’œil, où la sérénité camoufle un malaise en crescendo. Entre deux ballades faussement indolentes, guidées par le violon magique de Stéphane Grappelli ou les voix de Christiane et Michel Legrand, émergent plusieurs thèmes et chansons pop, destinés à nourrir les nuits tropéziennes. 

Ecouter/Acheter

The Missouri Breaks

John Williams

Il s'agit de l'unique collaboration entre les américains John Williams et Arthur Penn.

Ecouter/Acheter

Sailor et Lula

Angelo Badalamenti, artistes variés

Angelo Badalamenti retrouve David Lynch une deuxième fois après "Blue Velvet".

Ecouter/Acheter

Le Quai des Brumes

Maurice Jaubert

C'est la deuxième collaboration Carné/Prevert/Jaubert après "Drôle de Drame" (1937). Les dialogues de Prévert et les décors portuaires embrumés d'Alexandre Trauner inspirent à Maurice Jaubert pour le générique une partition avec cordes, piano et accordéon. La mélodie est entre valse et java. Par la suite, c'est l'orchestre qui fait danser les mots des amoureux.

Ecouter/Acheter

Frida

Elliot Goldenthal

Elliot Goldenthal retrouve Julie Taymor après "Titus" (1999) pour ce biopic de l'artiste Frida Kahlo avec une partition à la couleur mexicaine et la guitare omniprésente (Oscar de la meilleure musique).

Ecouter/Acheter

Complot de famille

John Williams

Unique collaboration entre John Williams et Alfred Hitchcock pour le dernier film du cinéaste, qui après sa séparation avec Bernard Herrmann, a travaillé avec Ron Goodwin, Maurice Jarre et John Addison. 

Ecouter/Acheter

Citizen Kane

Bernard Herrmann

Cette première partition pour le cinéma de Bernard Herrmann, pour le premier film de Orson Welles, est révolutionnaire au sein de la musique hollywoodienne standard. Il privilégie la ponctuation à la simple illustration. Le prelude est une charge dramatique d’une obscurité totale qui plonge le spectateur dans les ténèbres dés l’ouverture. L’instrumentation à base d’une clarinette basse, de bassons, de flûtes et de trombones se situe dans un registre grave et sombre qui inaugure le récit avec la mort de Kane.

Ecouter/Acheter

Fedora

Miklós Rózsa

Dernière collaboration entre Miklós Rózsa et Billy Wilder après "Les cinq secrets du désert" (1943), "Assurance sur la mort" (1944), "Le poison" (1945) et "La vie privée de Sherlock Holmes" (1970).

Beaumarchais, l'insolent

Jean-Claude Petit

Unique collaboration entre le cinéaste Edouard Molinaro et le compositeur Jean-Claude Petit.

Dernier Domicile Connu

François de Roubaix

François De Roubaix retrouve José Giovanni après "La loi du survivant" (1967) et "Le Rapace" (1968). Il adopte une démarche minimaliste et privilégie des motifs assez brefs qu'il réarrange sous diverses formes. Le thème principal du film est ainsi fréquemment repris mais dans une instrumentation différente. Flûte, bandonéon, piano, synthétiseur... appuyant l'idée de la recherche sans fin du tandem Jeanne/Marceau...

Le Sauvage

Michel Legrand

Michel Legrand retrouve Jean-Paul Rappeneau pour une troisième collaboration, onze ans après La vie de château (1966) et quatre ans après Les mariés de l'An II (1971).

Ecouter/Acheter

Vivre en paix

Nino Rota

Deuxième film de la collaboration entre le compositeur Nino Rota et le réalisateur Luigi Zampa. Pour ce film de Luigi Zampa sur un village italien pendant la guerre, nous retrouvons la trompette chère à Nino Rota avec un ensemble de cordes mélodramatiques. Cette combinaison inédite correspond à l'humour grinçant du cinéaste qui mêle avec ironie les éléments dramatiques et les aspects de comédie de mœurs.

Cyrano de Bergerac

Jean-Claude Petit

Il s'agit de la première collaboration entre Jean-Claude Petit et Jean-Paul Rappeneau qui se retrouveront cinq ans plus tard sur Le Hussard sur le toit.

Ecouter/Acheter

Huit et demi

Nino Rota

Pour cette septième collaboration entre Fellini et Rota, le compositeur retrouve son instrumentation de cirque, d’autant que le film a comme sujet le spectacle. La fanfare (cuivres et percussions) de “la passerella di otto e mezzo” se fait entêtante pour illustrer les fantasmes obsédants du personnage dépressif incarné par Marcello Mastroianni. La musique participe à l’ivresse par la répétition de cette ritournelle.

Ecouter/Acheter

Les Aventuriers

François de Roubaix

François de Roubaix retrouve le réalisateur Robert Enrico au cinéma après "Contre point" (1964) et "Les Grandes gueules" (1965). La chanson "Laetitia" interprétée par Alain Delon est absente du film, elle a été ecrite à partir du thème principal a-posteriori. 

Les Poings dans les poches

Ennio Morricone

Troisième film signé en collaboration entre le compositeur Ennio Morricone et le réalisateur Marco Bellocchio. Pour Marco Bellochio, le compositeur Ennio Morricone livre une partition expérimentale où les carillons et une voix aiguë mystérieuse instaurent un climat d'étrangeté. C'est cette voix qui ouvre et clôt le film. Cette partition anticipe ce que Morricone fera pour la trilogie animalière de Dario Argento ("L'Oiseau au plumage de cristal", 1970).

Ecouter/Acheter

Les Moissons du ciel

Ennio Morricone

Ennio Morricone compose la musique du chef d'oeuvre de Terrence Malick. La bande originale s'ouvre avec le "Carnaval des animaux" de Camille St Saens. Il s'agit ici de la seconde édition en CD de cette musique de Morricone (la version album de 1978 avait été éditée en CD avec le western TWO MULES FOR SISTER SARAH). C'est la première édition intégrale.

Ecouter/Acheter

Down by Law

John Lurie

John Lurie retrouve Jim Jarmusch après STRANGER THAN PARADISE (1984) et PERMANENT VACATION (1980).

Ecouter/Acheter

Un prophète

Alexandre Desplat

Alexandre Desplat retrouve Jacques Audiard pour cette 5e collaboration, et une musique épurée et lumineuse à la fois.

Ecouter/Acheter

Police Python 357

Georges Delerue

Le réalisateur a eu l'excellente idée de faire appel au grand Georges Delerue qui a composé à peine 10 minutes de musique originale pour 'Police Python 357'. Pourtant, le peu de musique entendu dans le film s'avère être vraiment mémorable et digne de mention. Le score mélange atonalité glaciale héritée du langage des musiciens 'contemporain' des années 50/60 et tonalité tourmentée pour certains passages du film.

Ecouter/Acheter

Quelque part quelqu'un

Georges Delerue

La collaboration entre le réalisateur Yannick Bellon et le compositeur Georges Delerue n'est pas à ses débuts. Pour ce premier film obscur de Yannick Bellon, la veine plus sombre, étrange et atonale du compositeur Georges Delerue se révèle. La partition s'apparente ici à une pièce de musique contemporaine. Cette musique athématique n'évolue que très peu, à l'image du couple en crise ou de la destruction du personnage par l'alcool. Delerue illustre en musique une certaine déshumanisation urbaine.

Urga

Eduard Artemiev

Artemiev compose pour Nikita Mikhalkov, son réalisteur russe fétiche.

Week-end

Antoine Duhamel

Antoine Duhamel retrouve une seconde et dernière fois Jean-Luc Godard après "Pierrot le Fou" (1965).

Ecouter/Acheter

Le Mouchard

Max Steiner

Deuxième collaboration entre le réalisateur John Ford et le compositeur Max Steiner. Cette partition de Max Steiner est l'exemple d'une utilisation classique de la musique au cinéma à l'époque de l'âge d'or hollywoodien. Le ton lugubre de la musique prolonge l'ambiance de ce drame essentiellement nocturne. Le compositeur autrichien a écrit des thèmes pour chaque personnage et souligne avec sa musique tous les événements du film. Cette démarche appelée "Michey mousing" tend à accroître l'impact émotionnel des scènes.

Les Arnaqueurs

Elmer Bernstein

Unique film de la collaboration entre le compositeur Elmer Bernstein et du réalisateur Stephen Frears. Pour la première fois, le compositeur Elmer Bernstein convoque dans sa partition des sonorités électroniques. L'instrumentation pleine d'humour et d'ironie se déploie dans un rythme sautillant. Le thème se fait malicieux. L'hommage au film noir n'est pas considéré au premier degré. La musique donne le ton de la comédie. La partition s'aggrave par instants pour maintenir l'efficacité des séquences d'action ou de suspens et jouer avec le genre.

Ecouter/Acheter

L'Odyssée de Pi

Mychael Danna

Mychael Danna retrouve le cinéaste Ang Lee pour la quatrième fois après THE ICE STORM en 1997, LA CHEVAUCHEE AVEC LE DIABLE en 1999, et HULK en 2003 (partition rejetée et remplacée par celle de Danny Elfman).

Ecouter/Acheter

La Nuit Américaine

Georges Delerue

Partition emblématique de la collaboration fructueuse de Georges Delerue avec Francois Truffaut, le morceau "Grand Choral" puise son inspiration chez Vivaldi ou Lully. On pense à une musique baroque du 17e siècle, une musique de cour qui confère aux séquences de tournage qui constituent le film un caractère cérémoniel. Tandis que la trompette soliste qui intervient dans un second temps apporte sa voix désabusée. Le rêve du cinéma et son envers sont tous deux contenus dans la musique.

Un Carnet de bal

Maurice Jaubert

C'est la première collaboration de Maurice Jaubert pour Julien Duvivier. Une jeune veuve recherche les danseurs de sa jeunesse. Le compositeur convoque ainsi la valse sur un mouvement lent exprimant le climat nostalgique. Le rythme fluide se fait hésitant à l'image de l'héroïne qui regrette sa quête. La fameuse "Valse grise" est une des mélodies qui fait la célébrité de Jaubert.

Ecouter/Acheter

Trois couleurs: Bleu

Zbigniew Preisner

Le compositeur polonais Zbigniew Preisner retrouve son compatriote Krzysztof Kieslowski pour le premier opus de sa trilogie française.

Ecouter/Acheter

L'Important c'est d'aimer

Georges Delerue

La musique de Georges Delerue hante radicalement le film de Zulawski. Du début jusqu'à la fin, la musique traduit la passion destructrice et obsessionnelle entre Nadine et Servais, les tourments des différents protagonistes, le chaos, la folie, etc. En ce sens, Georges Delerue a probablement écrit l'une de ses musiques les plus sombres et les plus poignantes de ce milieu des années 70.

Ecouter/Acheter

The Quiller Memorandum

John Barry

Il s'agit de la première composition musicale du compositeur anglais John Barry pour son compatriote Michael Anderson (ils se retrouveront une seconde fois sur "Murder by Phone" en 1982). Le réalisateur a aussi travaillé pour un seul film avec les illustres compositeurs Alex North ("The Shoes of the Fisherman"), Maurice Jarre (Pope Joan), Jerry Goldsmith (Logan's Run), Ennio Morricone (Orca), Hans Zimmer (Separate Vacations), Georges Delerue (Sword of Gideon), Michel Legrand (The Jeweller's Shop).

Ecouter/Acheter

La Dolce Vita

Nino Rota

Nino Rota compose là l'une de ses pièces majeures dans sa collaboration avec l'italien Federico FellinI. Depuis son premier long métrage Le Cheik blanc en 1952, Federico Fellini confie la musique de ses films à Nino Rota. Le compositeur travaille ainsi sur quinze films du réalisateur, signant entre autres les mélodies de La Strada, La Dolce Vita, Huit et demi, ou Amarcord. Leur collaboration est interrompue par la mort de Nino Rota en 1979.

Ecouter/Acheter

Goldfinger

John Barry

Première collaboration entre le compositeur John Barry et le réalisateur Guy Hamilton. "Goldfinger" est le troisième opus de la saga James Bond mais le premier sur lequel John Barry a eu la totale maîtrise de la partition jusqu'à sa chanson titre, interprétée par la voix suave de Shirley Bassey pour les génériques de début et de fin, version chantée du thème principal du film. On y retrouve ainsi la rythmique et les cuivres vrombissants. La chanson fut disque d'Or aux États-Unis.

Ecouter/Acheter

Jean de Florette

Jean-Claude Petit

Jean-Claude Petit et Claude Berri travaillent pour la première fois ensemble avant de se retrouver la même année sur Manon des Sources, second volet du dyptique adapté de Marcel Pagnol.

Ecouter/Acheter

La Vie privée de Sherlock Holmes

Miklós Rózsa

Le compositeur austro-hongrois Miklós Rózsa retrouve son compatriote Billy Wilder après "Les cinq secrets du désert", "Double Indemnity" ("Assurance sur la mort") et "The Lost Weekend" ("Le Privé").

Ecouter/Acheter

L'Atalante

Maurice Jaubert

Après le court-métrage "Zéro de conduite" (1933), Maurice Jaubert signe la musique de l'unique long métrage que réalise Jean Vigo peu avant mort. Le souci du compositeur d'intégrer sa musique dans le discours sonore du film s'exprime ici. Le rythme du thème d'amour au saxophone solo épouse la pulsation du moteur de la péniche. Ce thème entendu dés le générique se couple avec un autre thème ("Le chant des mariniers") joué synchrone par deux accordéonistes pendant le cortège de la messe.

Ecouter/Acheter

La Strada

Nino Rota

Le compositeur italien Nino Rota retrouve son fidèle compatriote Federico Fellini après "Le Cheik blanc" (1952) et "I Vitelloni" (1953). Le morceau principal de la partition s’ouvre par une trompette solo à la mélodie triste qu’un orchestre délicat vient soutenir. Puis il change de registre pour s'égayer à mi-parcours. Un deuxième thème apparaît, plus sautillant. Cette construction est à l’image du personnage de Gelsomina qui traverse le film du rire aux larmes.

Ecouter/Acheter

Boulevard du Rhum

François de Roubaix

François de Roubaix retrouve son ami Robert Enrico après "Les Grandes Gueules" (1965), "Les Aventuriers" (1967), "Ho!" (1968), et "Tante Zita" (1968).

Ecouter/Acheter

Vengo

Tony Gatlif

Tony Gatlif signe la musique de son film comme il l'avait fait auparavant pour GADJO DILO ou JE SUIS NE D'UNE CIGOGNE et remporte pour cette partition le César de la meilleure musique.

Ecouter/Acheter

Vivre sa Vie

Michel Legrand

Michel Legrand retrouve Jean-Luc Godard après "Une Femme est une femme" (1961). Le thème est basé sur la répétition de trois notes. La force mélancolique de cette mélodie utilisée dans tout le film provient de ce ressassement et de ce minimalisme. La musique sublime le visage de Anna Karina. Godard s'est emparé de cette partition pour y ajouter des silences entre les notes, l'adapter à son montage.

Ecouter/Acheter

Talons Aiguilles

Ryûichi Sakamoto

Unique collaboration entre le japonais Ryûichi Sakamoto et l'espagnol Pedro Almodóvar. Luz Casal interprètre deux chansons.

Ecouter/Acheter

Meurtre dans un Jardin Anglais

Michael Nyman

Le compositeur anglais Michael Nyman retrouve une seconde fois son compatriote Peter Greenaway après "The Falls" (1980).

Ecouter/Acheter

The Adjuster

Mychael Danna

Le fidèle duo Mychael Danna/Atom Egoyan se retrouve pour une troisième collaboration, deux ans après "Speaking Parts" (1989).

Ecouter/Acheter

Petulia

John Barry

"Petulia" est le second des trois films que Richard Lester a fait avec John Barry. Après "The Knack" qui était ouvertement une comédie avec l'énergie du "Swinging London", nous avons ici une ambiance plus dépressive. Nous retrouvons l'association des cuivres et de l'orchestre qui est la marque de fabrique du compositeur, avec une note de mélancolie pour illustrer la solitude de Petulia.

Les Chariots de feu

Vangelis

Unique collaboration de Vangelis pour Hugh Hudson qui lui vaut l'Oscar de la meilleure musique.

Ecouter/Acheter

Le Temps retrouvé

Jorge Arriagada

Le compositeur chilien Jorge Arriagada retrouve son fidèle compatriote Raoul Ruiz.

Ecouter/Acheter

A bout de souffle

Martial Solal

Partition jazz de Martial Solal pour le premier film de Jean-Luc Godard.

La Fièvre au corps

John Barry

John Barry signe la musique du premier film de Lawrence Kasdan pour leur unique collaboration, le cinéaste travaillera ensuite avec John Williams, James Horner, et surtout James Newton Howard sur ses 6 derniers films. Pour ce thriller, John Barry dévoile un visage plus sombre qu’à l’accoutumé, sans quitter pour autant la sensualité cuivrée d’un thème sexy au saxophone solo convoquant la séduction du film. La couleur feutrée et jazzy d’un quartet de jazz (un piano, une basse et une batterie s’ajoutent au saxo) est nuancée par un orchestre aux accents graves hérité des films noirs américains des années 40 (Assurance sur la mort).

Ecouter/Acheter

La Double Vie de Veronique

Zbigniew Preisner

Le compositeur polonais Zbigniew Preisner retrouve son compatriote Krzysztof Kieslowski après la série du Décalogue.

Ecouter/Acheter

Flic ou Voyou

Philippe Sarde

Septième collaboration entre Georges Lautner et son fidèle compositeur Philippe Sarde.

Ecouter/Acheter