EN

VOIR

PLUS


Accédez à notre page dédiée au Festival de Cannes avec tous nos contenus. 

Compositeurs

John Barry  
Né en 1933 (GB), mort le 31 janvier 2011

John Barry

Pianiste et compositeur anglais, John Barry débute dans le jazz avant d’insuffler dans ses partitions un certain raffinement orchestral. Dés les années 60, il est associé aux premiers James Bond. Il travaille avec des américains (Arthur Penn, Sidney Lumet, Coppola, Pollack) sans oublier ses compatriotes (Richard Lester, Joseph Losey). Il pratique tous les genres cinématographiques et rafle 5 Oscars (dont “Out of Africa” et “Danse avec les Loups”).

Incontournables du compositeur

Bio/Portrait

Grand maître de la musique de film des années 60 jusqu'aux années 90, John Barry nous a offert quelques chef-d'oeuvres de la musique de film avec, en dehors de ses célèbres musiques pour les James Bond, quelques bijoux comme Out of Africa, The Last Valley, The Lion in Winter, Born Free, Somewhere in Time, Chaplin, sans oublier l'immortel Danse avec les Loups.

Ce compositeur anglais, réputé pour ses exigences et son perfectionnisme à outrance, débuta sa carrière de musicien dès l'âge de 9 ans où il joua du piano jusqu'à ce qu'il quitte l'école à l'âge de 15 ans pour travailler en tant que projectionniste dans une salle de cinéma dirigée par son père, Jack Prendergast. Après avoir participé à deux émissions télé musicales de la fin des années 50, Drumbeat et Juke Box Jury, alors qu'il venait de monter son très populaire groupe de jazz/rock The John Barry Seven, il débuta sa carrière au cinéma au tout début des années 60 en signant la musique de Beat Girl de Edmond T. Gréville (1960) avec Noëlle Adam et Nade Beall, avant d'enchaîner la même année avec la comédie dramatique Never Let Go de John Guillermin avec Richard Todd et Peter Sellers.

C'est en 1962 que le compositeur allait se faire grandement remarquer par le public en signant la musique du Dr. No de Terence Young (1962), premier épisode de la longue série populaire des James Bond avec un Sean Connery encore bien jeune à l'époque (32 ans). L'immensément célèbre thème du film fut signé Monty Norman, bien que par la suite, John Barry tenta de prouver que le très populaire thème de James Bond était de lui, mais en vain (la justice donnera finalement raison à Monty Norman au cours d'un procès durant les années 90). Rappelons que John Barry n'était même pas crédité dans le film de Terence Young, et qu'il ne s'occupa que de quelques morceaux et arrangements musicaux/orchestraux à partir de la musique de Monty Norman. Mais, très vite, John Barry écrivit les musiques des James Bond suivants tels que From Russia with Love, Goldfinger, Thunderball, You Only Live Twice, On Here Majesty's Secret Service, Diamonds are Forever, The Man with the Golden Gun, Moonraker, Octopussy, A View to a Kill et The Living Daylights, qui reste en 1987, sa toute dernière participation musicale aux aventures des James Bond, une aventure qui aura tout de même duré pour le compositeur près de 25 ans !

Entre temps, Barry aura signé dans les années 60 quelques partitions intéressantes comme Zulu (1964), The Ipcress File (1965) ou la musique pour The Chase d'Arthur Penn (La Poursuite Impitoyable, 1966), avec Marlon Brando, Jane Fonda et Robert Redford. Sa musique pour Midnight Cowboy de John Schlesinger lui aura au passage permit d'asseoir son goût pour les mélodies romantiques, intimes et langoureuses en utilisant ici un harmonica soliste avec l'orchestre traditionnel, qui verse par moment dans un style dramatique annonçant certaines grandes futures partitions du compositeur britannique. La même année, en 1965, Barry épousait l'actrice Jane Birkin, avec qui il divorça trois ans plus tard après lui avoir donné un enfant, Kate Barry (aujourd'hui photographe).

Dans les années 70, Barry signa un premier chef-d'oeuvre exemplaire avec l'inoubliable The Last Valley (La Vallée Perdue), partition orchestrale et chorale épique pour le drame de James Clavell évoquant les ravages de la guerre de trente ans dans une petite vallée allemande au 17ème siècle, avec Michael Caine et Omar Sharif. Barry signa aussi le célèbre thème de la série télé The Persuaders (Amicalement Vôtre) qui acquit une très grande popularité au fil des années, à tel point que le thème fut même par la suite diffusé sur plusieurs radios. Barry commença à développer sa fibre romantique et son goût pour les partitions orchestrales lyriques en signant la musique de Robin and Marian de Richard Lester (1976) avec Sean Connery incarnant un Robin des bois vieillissant tombant dans les bras d'Audrey Hepburn dans le rôle de Lady Marian. De la fin des années 70 se distinguèrent quelques partitions mémorables telles que King Kong, The White Buffalo, The Deep, Game of Death, Moonraker ou bien encore The Black Hole (Le Tour Noir) et son fameux thème de valse irrésistible et hypnotisant.

Les années 80 permirent alors au compositeur de multiplier ses partitions lyriques avec toujours ce même souci des ambiances mélancoliques, langoureuses et dramatiques. La très belle partition symphonique de Somewhere in Time (1980) réunit tous les ingrédients propres à la musique du compositeur, avec des thèmes romantiques mémorables, des cordes langoureuses, des harmonies toujours très clairement plaquées par les cordes graves et les cors (un tic d'orchestration propre au compositeur). Pour l'anecdote, on raconte que John Barry aurait été inspiré en 1980 par la mort de ses parents, disparus au cours de l'année alors que Barry était en plein travail de composition, ce qui explique probablement le caractère poignant et mélancolique de la musique de ce film réalisé par le français Jeannot Szwarc. S'ensuivit une autre excellente partition du compositeur pour Raise the Titanic de Jerry Jameson, avec Jason Robards, Anne Archer et Alec Guiness.

En 1981, Barry dévoilait une facette plus sombre de son art en signant la musique du thriller Body Heat (La Fiève au Corps) de Lawrence Kasdan avec William Hurt, Kathleen Turner et Mickey Rourke, où il utilise magnifiquement un saxophone solo au sein de l'orchestre. Après avoir participé à la musique du populaire film de Francis Ford Coppola The Cotton Club (1984), Barry nous offrit une nouvelle grande partition lyrique/romantique pour le non moins populaire Out of Africa de Sydney Pollack (1985), drame romantique soutenu par la musique du célèbre concerto pour clarinette de Mozart, dont la popularité n'a cessé de faire de l'ombre à la très belle partition de John Barry pour ce film, qui néanmoins remporte un Oscar. On y retrouvait alors toutes les recettes musicales héritées de Somewhere in Time. Hélas, les années 80, c'est aussi pour John Barry ce qu'il considère comme l'une de ses plus grandes erreurs de carrière, la musique du plus grand nanar culte des années 80 : Howard the Duck (1986), énorme bide commercial que le compositeur a longtemps renié à l'instar de son célèbre producteur, George Lucas !

Il faudra finalement attendre 1990 pour enfin entendre le nouveau grand chef-d'oeuvre de John Barry, Dances with Wolves (Danse avec les Loups), considéré pour beaucoup comme sa plus belle contribution pour le cinéma américain, toutes décennies confondues, composée alors que le musicien venait d'échapper à la mort à la suite d'une grave maladie, sauvé par des médecins lors d'une opération chirurgicale de la dernière chance. John Barry recevra avec cette partition son cinquième et ultime Oscar, qu'il dédiera à ses médecins.

Comme on pourrait s'en douter, cette expérience bouleversante a eu des répercussions sur la vie et l'oeuvre du compositeur, qui ne signa qu'une petite quinzaine de musiques de films tout au long des années 90 avant de commencer à se faire relativement discret après sa musique pour Enigma de Michael Apted en 2001. Les années 90 auront été celles de l'introspection pour un compositeur désireux de se tourner vers des projets plus intimistes comme Chaplin, Indecent Proposal, Ruby Cairo, My Life, The Scarlett Letter, Swept from the Sea ou bien encore le jazzy Playing by Heart de Willard Carroll (1998). Même ses rares incursions dans le registre des thrillers/films d'action tels que The Specialist (1994) ou Mercury Rising (1998) n'ont été que des essais à peine convaincants face au charme et à la grâce de ses précédentes partitions romantiques.

Dans les années 2000, âgé de plus de 70 ans, le célèbre compositeur anglais arrête de composer mais apparaît encore quelquefois à l'occasion de concerts ou d'hommages (notamment à Londres). Il n'a alors rien perdu de sa popularité puisque des musiciens comme Robbie Williams, Fatboy Slim ou Kanye West ont choisis de faire référence à des musiques de John Barry dans leurs propres oeuvres. De nombreux compositeurs de cinéma actuels revendiquent encore son héritage comme David Arnold (compositeur actuel des James Bond) ou Michael Giacchino (qui lui rendit hommage dans Les Indestructibles).

En 2007, John Barry a fait une apparition publique remarquée en France au Festival Musique & Cinéma d'Auxerre, où il a participé à une conférence sur son oeuvre et donné un mémorable concert de ses musiques de film, dirigeant lui-même les deux premiers morceaux (notamment Goldfinger). Voir notre compte-rendu complet et nos photos dans les pages infos. Plus récemment, un concert-hommage a eu lieu en octobre 2010 à Gand. Initialement prévu en la présence du maître, celui-ci avait dû décliner en raison d'un état de santé déjà dégradé. John Barry décéde finalement le 30 janvier 2011 à Glen Cove (dans l'état de New York, USA) d'une crise cardiaque. Il avait 77 ans.

Avec de nombreuses récompenses en sa possession et près de quarante ans de carrière exemplaire au service du cinéma, John Barry demeure incontestablement l'un des compositeurs les plus populaires et légendaires de la musique de film mondiale, à l'instar des derniers grands maîtres du genre vivants tels que John Williams ou Ennio Morricone, ou disparus tels que Jerry Goldsmith ou Maurice Jarre.

Quentin Billard

Invité d'honneur du huitième Festival Musique & Cinéma d'Auxerre, le compositeur britannique John Barry a donné un concert unique et mémorable le 17 novembre 2007, succédant ainsi à Ennio Morricone (invité de l'année précédente) :

Après une brève présentation par Alex Jaffray et la projection d'images d'archive de la vie du maître et des films qu'il a mis en musique, John Barry apparaît sur scène sous les applaudissements du public de l'Auxerrexpo.

Il dirige d'une main experte l'Orchestre National des Hauts-de-Seine sur les deux premiers morceaux : le célèbre thème de GOLDFINGER et celui de AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTÉ. Malgré l'âge, le maître dirige avec assurance et souplesse, alternant mouvements amples et gestes plus subtils, tandis que les écrans géants projettent quelques images du film avec un Sean Connery dans la fleur de l'âge.

C'est ensuite Nicholas Dodd qui lui succède. Cet excellent orchestrateur et chef d'orchestre est le maître d'oeuvre des nouveaux James Bond, puisqu'en tant qu'orchestrateur, il collabore depuis une quinzaine d'années déjà avec l'anglais David Arnold, actuel compositeur des James Bond. C'est un connaisseur et un passionné, et il le montre bien : sa direction d'orchestre est totalement habitée, pleine d'émotion et de subtilités. Grand connaisseur de la musique de John Barry, il en fait ressortir tout le relief. Un bel hommage.

S'ensuivront les plus grands succès de John Barry : MIDNIGHT COWBOY (John Schlesinger, 1969) et son solo d'harmonica mélancolique, LA FIEVRE AU CORPS (Lawrence Kasdan, 1982) et son saxophone langoureux, le célèbre "The Persuaders Theme" de la série AMICALEMENT VOTRE, mais aussi THE KNACK, et bien sûr ses deux plus grands classiques des années 80 et 90, pour lequel il a reçu deux Oscars presque coup sur coup : OUT OF AFRICA (Sydney Pollack, 1985) et DANSE AVEC LES LOUPS (Kevin Costner, 1990), qui comptera presque cinq à six morceaux, étant au final le film le mieux représenté lors du concert.

Le programme se termine finalement par une extraordinaire suite des musiques de James Bond composées par John Barry entre 1962 et 1987, dirigée de main de maître par Nicholas Dodd, faisant particulièrement bien ressortir la puissance des cuivres si caractéristiques des musiques de Barry sur cette série de films. Un final éblouissant et mémorable pour des films qui ont marqué les esprits depuis des décennies.

A noter également la présence à ce concert de Maurice Jarre (qui était également présent l'année précédente pour le concert d'Ennio Morricone) ainsi que la famille de John Barry : sa fille Kate Barry (photographe), ainsi que son ex-femme Jane Birkin accompagnée de ses filles Charlotte Gainsbourg et Lou Doillon, venues rendre hommage au plus légendaire des compositeurs britanniques encore vivant. Et il a encore la classe, le vieux John. Respect.

 

Sylvain Rivaud

 

VIDEO DE JOHN BARRY DIRIGEANT GOLDFINGER ET AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTÉ

="http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,40,0">

© Photo en médaillon : DR


out-of-africa

analyse

Echos d’Afrique : John Barry pour OUT OF AFRICA

Pour mettre en musique son film tiré des souvenirs africains de Karen Blixen, Sydney Pollack pense tout d'abord n'utiliser que de la musique traditionnelle africaine...
john-barry-bio

portrait

John Barry, la classe anglaise

Il était l'un des derniers grands maîtres de la musique de film, de James Bond à "Danse avec les Loups". Retour sur une carrière teintée de coups d'éclats "so british" et de romanesque.

Critiques BO

Boutique

Out of Africa - John Barry

Vos avis