Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Compositeurs

John Frizzell  
Né à New York (USA) en 1966.

John Frizzell
John Frizzell est en session d'enregistrement d'une musique pour un film de Stephen Hopkins : THE REAPING.

Session d'enregistrement : "The Reaping"

Ludovic Pathoux, un amateur de BO français vivant à Los Angeles, correspondant de Cinezik.org aux Etats-Unis, nous fait part de sa première expérience au tant que spectateur à une session d'enregistrement pour la BO d'un film de Stephen Hopkins : THE REAPING, composé par John Frizzell. Le film sortira en France le 18 avril 2007 et la musique sera éditée par Varèse Sarabande le 27 mars.

Me voilà cordialement invité pour assister à un petit bout d'une session d'enregistrement pour la musique du film The Reaping écrite et composée par John Frizzell. The Reaping est réalisé par Stephen Hopkins, et a pour interprètes principaux Hilary Swank et David Morrissey. Il traite de thèmes liés au paranormal et à une malédiction rappelant les dix plaies d'Egypte. Après les modalités administratives d'usage, me voici donc sur le territoire de John ; le studio d'enregistrement… situé au Warner Bros Scoring Stage.

Atmosphère calme et détendue, mais studieuse. C'est ici que John Frizzell donne vie au caractère sombre et angoissant du film The Reaping. Ce studio est composé de deux parties : la première dans laquelle je me trouve est munie de plusieurs consoles et tables de mixage ; la seconde est une pièce insonorisée dans la quelle se trouve l'orchestre, le chef d'orchestre ainsi qu'un écran géant diffusant des scènes du film sur lesquelles la musique va venir s'harmoniser. John derrière sa console s'affaire à remanier sa partition avec un sens du détail qui pousse au respect.

L'orchestre était composé de 70 musiciens environ et d'un chœur de 60 voix, mais qui n'étaient pas présent lors de ma venue, car les trois scènes auxquelles j'ai assisté ne nécessitaient pas leur présence, durant les deux heures que j'ai passé au studio. Le chef d'orchestre n'était autre que le célèbre Pete Anthony, qui a déjà travaillé par le passé avec Danny Elfman, James Newton Howard ou encore Christopher Young.

J'ai assisté à deux montages de thèmes musicaux correspondant à trois scènes clés du scénario ; là où l'instrumentation symphonique était probablement la plus riche, démontrant le caractère sombre des thématiques tribales.Symphonie pour cuivres et autres instruments à vent, le mélange des cors, des trompettes, donnaient à l'ensemble un aspect martial et religieux, qui se rapprochait de la sonorité d'un orgue de cathédrale.

Sur ces accords, est venu se greffer le sample d'un crescendo de chœurs Gaelic (même si je sais que d'autres chants en Latin ont été prévus), probablement enregistré lors d'une précédente session, afin d'apporter une dimension intimiste et spirituelleà l'ensemble. L'aspect dramatique de l'intrigue était représenté par un tapis atmosphérique de violons, poutr un des thèmes qui doit revenir et se développer au cours du film… Il serait intéressant de pouvoir détailler l'instrumentation en décortiquant les images que j'ai vu, mais malheureusement, secrets de production oblige, je ne pourrais pas vous en dire plus…

Petite anecdote personnelle au passage : on retrouve ici la grande force de John, à savoir développer des thématiques très fortes, dont l'une d'elles m'a rappelé les envolées dramatiques du Pic de Dante.

Un grand merci à Ray Costa et Tom Kidd ainsi qu'à John Frizzell, pour m'avoir fait partager cette expérience avec eux, et permis d'essayer de transmettre un peu de cette émotion à vous, chers lecteurs. Et bien entendu, merci également à l'équipe de Cinezik !

Ludovic Pathoux


Critiques BO

Boutique

The Loft - John Frizzell

Vos avis