EN

VOIR

PLUS

Compositeurs

Astor Piazzolla  
Né en 1921. Décédé en 1992 à Buenos Aires.

Astor Piazzolla
Bandonéoniste de génie, Astor Piazzolla modernisa profondément le tango et son influence demeure capitale sur le jazz, le rock et même une certaine musique savante.
Astor Pantaleón Piazzolla voit le jour le 11 mars 1921 au fond d’une ancienne confiserie de Mar del Plata (Argentine) encore toute parfumée d’effluves de menthe. Son père Vincente Piazzolla jouait souvent du bandonéon lui-même et tente naturellement d’inoculer le virus du tango à son jeune fils ; à cet effet, il le confie dès son plus jeune âge à un professeur. À 9 ans déjà, Astor joue sans grand enthousiasme de nombreux tangos, valses, et rancheras (danses folkloriques de l’Amérique latine) dans des cabarets, théâtres et autres lieux publics. Le jeune enfant prodige partage alors son temps entre New York (où sa famille émigra en 1925) et Mar del Plata. Il étudie avec de très nombreux professeurs tels que Libero Paoloni, le pianiste Andy Daquila, Terig Tucci puis surtout Bela Wilda qui parvient à lui transmettre l’amour de la musique de J.S. Bach qu’il transcrit ensuite au bandonéon.

Dès ses 14 ans, il compose deux rancheras : La Cachirla et Doña Rosa ainsi que deux tangos : Yugando et Guapo el Mozo, tout en se passionnant pour le jazz (qu’il écoute à Harlem). Au milieu des années 30, l’illustre chanteur Carlos Gardel débarque à New York et devient ami avec le père d’Astor. La star du tango découvre alors le talent particulièrement prometteur du jeune adolescent et lui propose tout bonnement de participer à son film El día que me quieras (Astor jouera le rôle d’un crieur de journaux) et même d’enregistrer quelques morceaux sur l’un de ses disques. Après la mort tragique de Carlos Gardel dans un accident d’avion, la famille Piazzolla retourne dans le pays natal alors que le jeune Astor a 17 ans.

Revenu à Mar del Plata et ayant perdu tous ses amis américains, Astor ne se démonte pas et monte un trio (bandonéon, violoncelle et piano) dans lequel il interprète du jazz, du Gershwin et même du Bach. Mais il a enfin la révélation du tango lorsqu’il entend à la radio le sextette d’Elvino Vardaro. Il part ensuite pour Buenos Aires où il vit dans des pensions de famille très modestes, il assiste là bas à un spectacle d’Aníbal Troilo et repart totalement conquis avec une nouvelle ambition : jouer au sein de l’orchestre du célèbre joueur de tango.

La chance ne tarde pas à se manifester, car Toto Rodriguez, le bandonéoniste principal de l’orchestre, tombe gravement malade ; aussitôt, Astor se propose pour le remplacer et conquiert le sévère Aníbal Troilo en jouant l’intégralité de son répertoire sans interruption. Piazzola débute donc réellement sa carrière comme bandonéoniste chez Troilo, tout en poursuivant sa formation musicale avec le compositeur Alberto Ginastera (qui lui a été indiqué par le grand pianiste Arthur Rubinstein à qui il avait soumis son premier concerto). Ginastera lui enseignera la composition, le contrepoint et lui fit découvrir la musique moderne (Bartók et Stravinsky).

Le fougueux Astor Piazzolla écrit de plus en plus sa musique (ainsi que ses arrangements) et ne supporte plus que Troilo l’empêche d’exprimer pleinement sa créativité, il décide alors de quitter l’orchestre du maître pour tenter sa chance en solo. Après avoir pris quelques cours de direction d’orchestre avec Hermann Scherchen, il écrit des arrangements et compose ses toutes premières musiques pour le cinéma comme Con los mismos colores (1949) ou Bólidos de acero (1950) du cinéaste Torres Ríos.

En 1950, il compose ses premiers “classiques” : Prepárense, Lo que vendrá puis la Symphonie Buenos Aires pour deux bandonéons et orchestre, qui incorpore le “lija” : son des cordes raclées avec l’archet derrière le chevalet (typique des tangos traditionnels), ce qui fit scandale à l’époque.

En 1954, il reçoit une bourse du gouvernement français pour aller étudier à Paris. Là bas, il demande à contacter la pédagogue Nadia Boulanger à qui il soumet sa Sinfonietta. Boulanger le questionne sur sa vie et l’accepte comme élève mais en lui demandant de mettre plus de “lui-même” dans ses oeuvres. Piazzolla en profite pour enregistrer ses oeuvres à Paris, avec un orchestre à cordes accompagné par Lalo Schifrin et Martial Solal au piano.

Le poète Horacio Ferrer rencontre Piazzolla durant l’été 1956 et sympathise avec lui, puis en 1960, le compositeur crée le quintette “Nuevo Tango ” et compose les plus grands titres de son répertoire comme Adiós Nonino ou Muerte del ángel.

En 1966, le compositeur assiste au Brésil à un spectacle innovant avec le poète Vinicius de Moraes, les musiciens Dorival Caymmi, Baden Powell et le Cuarteto Em Cy qui mélangent élégamment choeurs, passages chantés ou instrumentaux avec de la poésie. Il demande à Ferrer de concevoir un projet du même type, c’est ainsi que naquit le 8 mai 1968 le jubilatoire opéra-tango María de Buenos Aires qui obtint malheureusement très peu de succès.

Dans la foulée, le duo se met à composer chansons après chansons comme la superbe Balada para un loco (repris en français par Julien Clerc) et le mélancolique Chiquilín de Baquín, interprétés avec succès en 1968 par la chanteuse Amelita Baltar qui devint la compagne de Piazzolla.

Parallèlement à sa carrière de musicien de concert, il écrit de nombreuses musiques de films comme Los tallos amargos (1956), Una viuda difícil (1957), Paula cautiva (1963), Con gusto a rabia (1965), Las locas del conventillo (María y la otra) (1966), La fiaca (1969) - films signés par le réalisateur Fernando Ayala. Ainsi que Violencia en la ciudad (1957) de Enrique de Rosas, La fin del mundo (1963) d’Emilio Vieyra ou Pulsación (1969) de Carlos Páez Vilaró. En 1972, le metteur en scène italien Bernardo Bertolucci lui demande de composer quelques thèmes pour son scandaleux Dernier tango à Paris (1972), mais le musicien doit abandonner en cours de route, étant trop occupé par la préparation de deux concerts importants à Buenos Aires. C’est le musicien de jazz Gato Barbieri (également d’origine argentine) qui signera la musique finale. Reste tout de même la belle chanson Jeanne y Paul (écrite à l’origine pour le film de Bertolucci), qui resservira d’ailleurs pour illustrer le film politique de Francesco Rosi : Cadaveri eccellenti (Cadavres exquis, 1976) avec Lino Ventura.

Pour Il pleut sur Santiago (1975) du cinéaste engagé Helvio Soto (interprété par une pléiade de stars comme Jean-Louis Trintignant, Annie Girardot, Bernard Fresson et André Dussolier), Piazzolla écrit une musique aussi courte que marquante. Dans ce film politique ambitieux et plein de bons sentiments qui dépeint l’ascension et le coup d’état de l’effroyable et cynique général Pinochet dans un Chili tourmenté, son Balade para mi muerte (dans une nouvelle orchestration instrumentale et plus électrique) accompagne de façon un peu trop pompeuse la chute du président Salvador Allende sur des images au ralenti. On trouve également la future chanson Se potessi ancora (en version instrumentale) et un très beau passage lent et mélancolique (qui deviendra la chanson Las ilhas en 1976) accompagnant les passages de suspense ou illustrant le désespoir de la population chilienne.

Pour le film Lumière (1975), une ode au cinéma signée par une Jeanne Moreau séduite par la sensualité de la musique du célèbre bandonéoniste, Piazzolla compose quatre thèmes principaux : Soledad, Muerte, El amor, La evasión qu’il enregistre en Italie. La réalisatrice fit ensuite écouter la musique aux acteurs afin qu’ils s’en imprègnent. Le réalisateur Alain Corneau ne procéda pas d’une autre même manière pour Le choix des armes (composée par Philippe Sarde).

Armaguedon (1976), thriller méconnu d’Alain Jessua avec Alain Delon et Jean Yanne, lui donnera par contre l’occasion d’écrire un score plus expérimental et sombre, comme en témoigne le générique très inquiétant évoquant son fabuleux travail pour la chanson de “science fiction” Preludio para el año 3001 (enregistrée en 1969 par Amelita Baltar).

Mais c’est sans doute le cinéaste italien Marco Bellocchio qui lui permettra de signer son chef d’oeuvre filmique avec Enrico IV (Henri IV, le roi fou, 1984) d’après une pièce de Luigi Pirandello, dont il écrira les superbes parties symphoniques (D. Nicolau se chargeant de la musique de source). Ce drame très original de Bellocchio avec Claudia Cardinale et Marcello Mastroianni, conte l’histoire d’un aristocrate (remarquablement interprété par Mastroianni) qui, après être tombé de cheval dans sa jeunesse se prend pour le roi Henry IV - empereur de l’Empire Romain, et oblige son voisinage à vivre et à s’habiller comme s’ils vivaient au Moyen Age. Aidé par une magnifique photo et les superbes décors d’un château médiéval, Piazzolla déploie tout son génie dès le générique, pour le très beau thème du portrait et le fameux thème de l’oubli (Oblivion) qui sera adapté plus tard en chanson par Milva (en septembre 1984 au théâtre des Bouffes du Nord) et qui distille une mélancolie véritablement déchirante, tant dans sa version pour hautbois que pour bandonéon.

Ses scores pour El exilio de Gardel (Tango, l’exil de Gardel, 1984) et le remarquable Sur (1988) de Fernando Solanas sont également des partitions exceptionnelles. Le chanteur brésilien Caetano Veloso rendra un bel hommage à Sur en reprenant son Vuelvo al sur à la fin de son album Fina Estampa. En 1989, Piazzolla fonde le sextette Nuevo Tango qui constituera son tout dernier ensemble de tango avant que sa mort survienne le 4 juillet 1992.

Aussi innovateur dans le domaine du tango qu’un Antonio Carlos Jobim pouvait l’être pour la samba, Astor Piazzolla laissera derrière lui une oeuvre immense dans des domaines aussi divers que la chanson (outre Milva et Amelita Baltar, il collaborera avec les chanteurs Jairo à qui il offrira les chansons Le diable et Go-tango, Georges Moustaki, Guy Marchand, et surtout Jean Guidoni pour deux albums dont Crime passionnel - opéra pour un homme seul et six musiciens), le jazz (il jouera avec l’accordéoniste Richard Galliano, le vibraphoniste Gary Burton et le célèbre saxophoniste de cool-jazz Gerry Mulligan), la musique de scène (le particulièrement émouvant Famille d’Artistes - pièce d’Alfredo Arias et Kado Kostzer), les ballets, ou la musique savante pour laquelle il écrira entre autres les enthousiasmants Tres tangos et le Concerto pour bandonéon et orchestre (que Lalo Schifrin dirigera magistralement en 1988).

Christian Texier


Boutique

Armaguedon - Astor Piazzolla

Vos avis