EN

VOIR

PLUS

Compositeurs

Basil Poledouris  
Né en 1945 à Kansas City. Décédé le 8 nov. 2006.

Basil Poledouris

Basil Poledouris peut être reconnu comme un des plus grands compositeurs des années 80-90. Ses plus grandes oeuvres : la magnifique BO de Conan le Barbare, les violentes et triomphantes musiques pour RoboCop et Starship Troopers, et évidemment le splendide choeur russe pour A la Poursuite d'Octobre Rouge.

Incontournables du compositeur

Bio/Portrait

Le compositeur de CONAN LE BARBARE, ROBOCOP, STARSHIP TROOPERS et de plus de 80 autres partitions pour le cinéma est décédé mercredi 8 novembre 2006 à Los Angeles des suites d'un cancer. Il avait 61 ans.

Portraits / Biographie

C'est au cours de ses études de cinéma dans les années 60 que Basil Poledouris compose se premières musiques : The Burial, Glut, Darrin qui sont des films... qu'il a réalisés ! C'est aussi là qu'il fait une rencontre déterminante : John Milius, pour qui il compose sa première musique (en dehors de ses propres films) : The Reversal of Richard Sun (1966). Les deux compères se lient alors d'une amitié qui durera quarante ans, et cinq collaborations au cinéma : Big Wednesday (1978), Conan le Barbare (1982), Red Dawn (1984), L'Adieu au Roi (1989), et Flight of the Intruder (1991). Avec Conan le Barbare, Basil Poledouris s'impose comme l'un des plus grands compositeurs hollywoodiens du moment, avec une partition d'heroic-fantasy inspirée de bout en bout, devenu un classique du genre, indémodé et indémodable, qui aujourd'hui encore ravi de nombreux cinéphiles et permet au film de Milius de continuer à nous émouvoir sans prendre une ride. Un chef d'oeuvre de la musique de film. Deux ans plus tard, le compositeur écrit la musique de la suite (Conan le Destructeur), dans le même esprit mais bien moins inspirée (sûrement parce que Milius n'y a pas participé).

En 1985, c'est le réalisateur hollandais Paul Verhoeven qui le contacte pour mettre en musique son premier film américain, La Chair & le Sang (avec son acteur fétiche Rutger Hauer), après avoir entendu (et adoré) la musique de Conan. Poledouris écrit pour ce film (l'un des plus ambitieux de Verhoeven et sûrement aussi son meilleur) une musique ample, très cuivrée, violente et grandiose, qui décrit avec justesse le moyen-âge barbare (mais bourré de profonds sentiments) de l'époque du film. Le musicien retrouve Verhoeven deux ans plus tard avec le célèbre RoboCop (1987) et compose une marche triomphale en accord avec le personnage mais qui tranche avec le propos cynique du film. Encore une fois, la collaboration Verheoven / Poledouris fonctionne à merveille, avec une musique en apparence très "premier degré" mais qui fini par donner du sens au film avec un second degré subtilement suggéré. On retrouvera la même démarche dix ans plus tard dans sa partition, encore une fois lyrique et grandiose, pour Starship Troopers du même Verhoeven, où le second degré est autant visuel que musical.

Après avoir mis en musique de nombreux films d'action dans les années 80, Basil Poledouris compose plusieurs musiques de comédies et de drames gentillets dans les années 90 (un style déjà abordé dès 1980 avec le superbe The Blue Lagoon (Le Lagon Bleu) : on peut citer Wind, Croc-Blanc, Sauvez Willy 1 et 2, Lassie... et même la suite du Lagon Bleu : Return to the Blue Lagoon (1991). Des partitions malheureusement mineures : Poledouris n'est jamais aussi bon que dans le grand spectacle, les films plus intimistes ou familiaux ne l'inspirant décidément pas beaucoup (on peut comprendre). On retiendra quand même son excellente partition pour l'un des meilleurs films de John McTiernan en 1990 : The Hunt for Red October (A la poursuite d'Octobre Rouge) (avec Sean Connery, Alec Baldwin et Sam Neil), où il compose une score d'action déchaîné, après une ouverture magnifique inspirée des choeurs russes de l'Armée Rouge. Là encore, un beau moment de musique de film.

Après un grand retour avec Starship Troopers en 1997, il collabore avec Bille August sur Les Misérables en 1998 (après le rejet de la partition de Gabriel Yared), adaptation hollywoodienne de l'oeuvre de Victor Hugo. Le compositeur délivre un score très personnel, assez complexe, bourré de thèmes. Il collabore ensuite avec Sam Raimi sur Pour l'Amour du jeu (avec Kevin Costner), film mineur du réalisateur de Evil Dead mais qui permet à Poledouris d'écrire un thème principal héroïque magnifique et assez original.

En 2000, il collabore une seconde fois avec John Waters sur Cecil B. Demented (après Serial Mom en 1994) et compose quelques films mineurs (comment un tel compositeur a-t-il pu terminer sa carrière sur un film comme Crocodile Dundee III ?). Néanmoins, il délivrera en 2002 une ultime partition pour le cinéma d'aventures avec The Touch (Le Talisman) de Peter Pau (avec Michelle Yeoh), musique certes loin d'être aussi inspirée que ses musiques des années 80 et 90, mais où on l'on retrouve enfin le Poledouris flamboyant des films d'aventures teintés de fantasy.

Après avoir donné un concert de sa musique pour Conan le Barbare en juillet 2006 à Ubeda en Espagne, où de nombreux fans lui ont rendu un dernier hommage, il s'est brutalement éteint le 8 novembre 2006 à Los Angeles des suites d'un cancer.

Sylvain Rivaud

Basil Poledouris possèdait un style assez particulier, facilement identifiable, alliant à la perfection des sons de synthétiseur avec l'orchestre. Il était d'ailleurs peu réputé pour sa délicatesse avec ses synthés, mais pour Les Misérables, il a sû utiliser habilement l'orchestre seul et offrir une musique merveilleuse pour le film. De plus, il pouvait changer de style de musique facilement et était assez à l'aise avec les différentes écritures musicales qu'il connaîssait.

Basil Poledouris était un compositeur dont on parlait généralement peu dans la musique de film américaine et qui a pourtant marqué les années 80 avec certains de ses plus grands chef d'oeuvres. Aujourd'hui encore, les béophiles rêvent en écoutant le très épique Conan le Barbare, probablement l'oeuvre la plus populaire du compositeur qui montra toute l'étendue de son talent.

On reconnaît Poledouris à ses sonorités habituelles de synthétiseur et à ses orchestrations toujours très réussies, le compositeur semblant plus particulièrement inspiré dans les films d'action et d'aventure. On regrettera juste le fait que Basil Poledouris ait parfois gâché son talent sur des navets et autres série-B ridicules qui ne rendaient vraiment pas hommage à son talent et à son inspiration. Heureusement que de temps en temps des réalisateurs comme Verhoeven ou McTiernan furent là pour lui proposer des projets plus excitants, preuve en est que ce compositeur carburait essentiellement sur les films où on lui donnait vraiment les moyens d'écrire des superbes musiques.

Quentin Billard

Hommage en vidéo

="http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,40,0">

> Voir toutes les vidéos


poledouris-article

analyse

Basil Poledouris, une musique comme art de vivre ?

Basil Poledouris, quelque peu oublié et mésestimé, est un compositeur à redécouvrir d'urgence ! Voici une étude, autour de quelques oeuvres emblématiques.

Critiques BO

Boutique

La Chair et le Sang - Basil Poledouris

Vos avis