Quebec - Belgique - Suisse - Afrique

EN

VOIR

PLUS

Compositeurs

Gustavo Santaolalla  
Né à Buenos Aires (Argentine) en 1951.

Gustavo Santaolalla

Producteur et compositeur argentin renommé en amérique latine, c'est depuis quelques années le musicien régulier du cinéaste mexicain Alejandro Gonzales Inaritu. Il a également signé les musiques de CARNETS DE VOYAGE pour Walter Salles et BROKEBACK MOUTAIN pour Ang Lee. Un compositeur subtil, qui crée des musiques à fleur de peau.

Nouveautés

Bio/Portrait

Gustavo Santaolalla a composé son premier single dès l'âge de 16 ans. Rapidement, il fonde "Arco Iris", une bande de rock folklorique, qui a enregistre un total de onze disques entre 1969 et 1988. Il est également le créateur de "Soluna" ainsi que "Wet-Picnic", groupe de new wave qui eut une répercussion singulière dans les pubs de Los Angeles. Il retrouve l'Argentine en 1982 et publie son premier album solo : Santaolalla. Il y développe des rythmes dansants qu'on retrouvera postérieurement avec Clics Modernos (1983) de Charly García, puis avec Soda Stereo. Il retourne à Los Angeles, après un retour au pays entre 1984 et 1986 pour produire l'ambitieux projet de Leon Gieco "de Ushuaia à la Quiaca" et le second album de GIT. Depuis les Etats-Unis, Gustavo produit plusieurs disques, dont ceux de "Divididos", "Café Tacuba" et "Maldita Vecindad".

En 1995 il retourne en Argentine avec GAZ, un second album solo (au format LP), qui est très bien reçu par les radios et les canaux de vidéoclips. Les années suivantes, il s'affirme comme l'un des producteurs plus importants du rock latino-americain. Surnommé "El Gurú", Gustavo Santaolalla a gagné plusieurs prix internationaux prestigieux durant cette période.

Après trois décennies de succès en tant que musicien et producteur, il lance en 1997 avec son associé argentin, Anibal Kerpel, le label Surco. En 2003, les artistes Surco se sont imposés dans 8 catégories des Grammys latino-américains.

C'est parallèlement à sa carrière de producteur que Gustavo Santaolalla a pu réaliser l'un de ses rêves : écrire pour le cinéma. Après avoir été conseiller musical sur la BO de STAR MAPS (qui incluait des chansons de deux de ses découvertes : Julieta Venegas et Puya), il a signé coup sur coup les musiques originales de deux titres majeurs du cinéaste mexicain Alejandro González Iñárritu : AMOURS CHIENNES (Amores Perros, 2000) et 21 GRAMMES (21 Grams, 2003).

En 2004, sa partition pour le film de Walter Salles, CARNETS DE VOYAGE (Diarios de motocicleta), retraçant le voyage du futur Che Guevara à travers l'amérique latine, lui donne l'occasion de s'exprimer totalement en tant que compositeur d'Amérique du Sud, de la même manière que le réalisateur. Son look d'éternel révolutionnaire convient d'ailleurs parfaitement à l'esprit du film, malgré tout excessivement subtil, retenu et peu engagé. Sa musique élève le film de Walter Salles au degré de spiritualité nécessaire à son succès. Santaolalla signe ici l'une de ses meilleurs partitions pour le cinéma, alliant thèmes purement folkloriques à des passages rock du plus bel effet. D'ailleurs, l'un des morceaux de l'album s'intitule "De Ushuaïa a la Quiaca", en hommage à l'album de Leon Gieco qu'il produisit quelques années plus tôt. Un clin d'oeil d'une résonnance toute particulière pour Santaolalla, plus que jamais engagé dans ce film.

Après de nombreuses années au service de la musique latino, Gustavo Santaolalla, en touchant à la musique de film, trouve véritablement sa voie. Sachant susciter l'émotion avec peu de moyens, mais beaucoup de subtilité, sa musique spontanée et à fleur de peau convient à merveille à l'image. Si en plus le propos du film se télescope avec le passé du compositeur, le résultat est stupéfiant de sincérité et de justesse. Aussi bien dans 21 GRAMMES que dans CARNETS DE VOYAGE, la musique de Santaolalla porte le film à de hauts dégrés d'émotion et de spiritualité. C'est bien la preuve qu'il s'agit là d'un grand musicien pour le cinéma.

En 2006, Gustavo Santaolalla compose le score de NORTH COUNTRY (L'Affaire Josey Aimes, avec Charlize Theron), puis il signe BROKEBACK MOUNTAIN pour la fresque sentimentale d'Ang Lee, partition minimaliste mais juste qui vaut au musicien argentin l'Oscar de la meilleure musique de film (récompense ultime pour un compositeur d'Hollywood), les Academy Award sacrant ainsi du même coup sa brillante carrière. Rebelotte en 2007 avec BABEL où il retrouve le mexicain Alejandro González Iñárritu pour la troisième fois : deuxième Oscar ! Ce n'est plus une reconnaissance, c'est une consécration !

En 2008, il signe la musique d'une publicité pour Vuitton et retrouve Walter Salles sur LINHA DE PASSE (en compétition à Cannes), et produit un disque de tango, Cafe de la Maestros, où il a réunit la crème du tango argentin de l'âge d'or le temps d'un disque et d'un film documentaire (qu'il produit mais aussi scénarise). Histoire de retrouver ses racines, qui lui sont chères, en attendant de retrouver le cinéma, peut-être encore Hollywood, peut-être un troisième Oscar ?

Sylvain Rivaud


Video

Gustavo Santaolalla dévoile en vidéo son rapport à la Musique de film

Critiques BO

Boutique

La Légende de Manolo - Gustavo Santaolalla et Paul Williams (chansons)

Vos avis