EN

VOIR

PLUS

Compositeurs

Lalo Schifrin  
Né à Buenos Aires en 1932. Vit aux USA.

Lalo Schifrin

Lalo Schifrin, né en 1932, est un compositeur argentin qui a été l'un des premiers à oser métisser la musique de film, mêlant les styles aussi divers que le jazz, le baroque, le jazz rock, et même la musique avant-gardiste. Il débute en jouant du jazz dans les clubs nocturnes du Paris des années 50 avant d’être engagé comme pianiste et arrangeur dans l'orchestre de Dizzy Gillespie. Il rencontre le cinéaste français René Clément qui l'engage sur « Les Félins » (1964) puis part aux Etats-Unis avec « The Cincinnati Kid » (Norman Jewison, 1965). La série de télévision « Mission: Impossible » (à partir de 1966) le rend célèbre grâce au thème du générique mondialement connu. Il écrira d'autres musiques célèbres pour la télévision (« Mannix », « Starsky & Hutch »…). Puis il est nommé aux Oscars pour « Cool Hand Luke » (Stuart Rosenberg, 1967, cinéaste qui lui permet d’ailleurs d’être nommé à deux autres reprises, pour « Voyage of the Damned » en 1976 et « The Amityville Horror » en 1979). Puis il enchaine les succès : « The Fox » (Mark Rydell, 1967, sa 2e nomination à l’Oscar), « Bullitt » (Peter Yates, 1968), toujours très marqué par le jazz, « Duel dans le Pacifique » (John Boorman, 1968), le plus expérimental « THX 1138 » (George Lucas, 1970). En 1971 débute la collaboration la plus importante de sa carrière, celle avec le réalisateur Don Siegel, pour « The Beguiled » (Les proies , 1971), « Dirty Harry » ( L'inspecteur Harry , 1971), toujours emprunt de funk, « Magnum Force » (1973). En fin de parcours, il renoue avec les arts-martiaux de « Enter the Dragon » (1973) pour la saga « Rush Hour » (1998). 

"Je peux travailler sur votre état d'âme d'une façon dont vous ne vous rendez pas compte. " (Lalo Schifrin)

Nouveautés

Incontournables du compositeur

Bio/Portrait

Voir l'Interview du compositeur

 

Boris Schifrin (dit Lalo) est né le 21 juin 1932 à Buenos Aires, il est le fils d'un grand violoniste du Teatro Colón, il débute l'apprentissage de la composition musicale en Argentine avec le dodécaphoniste Juan Carlos Paz, puis obtient une bourse afin de rentrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris pour y suivre des cours d'harmonie avec Charles Koechlin et étudier l'analyse avec le grand pédagogue et compositeur Olivier Messiaen.

Passionné par le cinéma en général et par le cinéma français en particulier, il lui arrive de voir plusieurs fois certains films afin d'écouter leur musique (faute de trouver les disques des bandes originales). Le jeune Schifrin s'enthousiasme aussi pour le jazz (parvenu à son zénith artistique à cette époque), note scrupuleusement des solos improvisés de piano sur des partitions afin de les étudier, et commence à en jouer lui-même avec des amis (dont le débutant Michel Legrand) dans les clubs nocturnes du Paris des années 50.

Revenu en Argentine, il forme son propre ensemble de be-bop puis il est engagé comme pianiste et arrangeur dans l'orchestre de Dizzy Gillespie, il compose également la musique de quelques films obscurs à la fin des années 50 (comme El Jefe et Rhino! ).

Par l'intermédiaire du producteur Jacques Bar, il a la chance de rencontrer le grand cinéaste français René Clément qui l'engage sur Les Félins (1964) - étrange polar abstrait et vénéneux avec Jane Fonda et Alain Delon ; réunissant des musiciens de l'orchestre de l'Opéra avec des choeurs et des ondes Martenot, il compose une partition étonnante de modernité (entre énergie jazz et musique contemporaine atonale - alors très en vogue) qui n'a absolument pas pris une ride. Il réenregistre le thème du film Les Félins sur le disque The Cat de l'organiste Jimmy Smith dont il est aussi l'arrangeur.

En 1965, Once a Thief ( Les tueurs de San Francisco ) - polar avec Alain Delon tourné aux États Unis par la MGM, The Liquidator - au style plus léger, et surtout The Cincinnati Kid ( Le Kid de Cincinnati ) continuent d'affirmer ce goût pour les métissages osés entre jazz, country, chansons et étranges atmosphères modales hérités de son apprentissage chez Olivier Messiaen.

La série de télévision Mission: Impossible (à partir de 1966) dont il écrira le célèbre générique à 5 temps (mondialement connu et repris même par des artistes de rock comme le groupe U2) et les musiques de nombreux épisodes (avec une écriture tendue et des lignes de flûtes envoûtantes rappelant parfois son travail sur Les F élins ) lui apporte une reconnaissance internationale et contribue énormément à sa grandissante popularité. Loin de mépriser ce média, Lalo Schifrin écrira d'autres musiques célèbres pour la télévision, citons simplement le populaire et dynamique Mannix, Medical Center, Starsky & Hutch ainsi que Planet of the Apes ( La planète des singes ) - il signera notamment le générique de la version télévisuelle de cette célèbre saga.

Il est nommé aux Oscars pour Cool Hand Luke (1967) - partition à mis chemin entre country mélancolique et climats tendus aux cuivres, elle va marquer sa fructueuse collaboration avec le cinéaste Stuart Rosenberg. Dans un esprit radicalement différent, il signe une exquise composition pour petit ensemble de chambre sur The Fox (1967) - film psychologique de Mark Rydell à la musique parfois très expérimentale mais le plus souvent rêveuse, intimiste et d'une délicatesse trop rare dans le cinéma américain. Le thème principal de ce film deviendra une mélodie très célèbre en France puisque qu'elle illustrera tous les spots publicitaires d'une célèbre marque de bas nylon.

1968 sera l'année de Bullitt - excellent score très marqué par le jazz et contenant là encore toutes ses “marques de fabrique” : thèmes d'amours esquissés à la flûte solo, rythmes syncopés et toujours sur le fil du rasoir, ainsi que quelques mesures clairement atonales (comme l'utilisation de “clusters” avant la célèbre poursuite de voitures). Hell in the Pacific ( Duel dans le Pacifique , 1968) - film d'aventure de John Boorman, sera pour lui l'occasion d'aller plus loin encore dans l'abstraction (au niveau harmonique et rythmique), toute la première partie (basé sur la confrontation entre un soldat japonais et américain isolés sur une île déserte) est totalement atonale avant que de dériver (en même temps que les héros) vers des climats plus impressionnistes et nettement plus accessibles à l'oreille.

Il retrouve avec bonheur ses racines latino-américaines sur Che! en 1969 - point de rencontre entre différents styles de danses et de rythmes populaires latins réunis dans cette évocation du célèbre révolutionnaire cubain Che Guevara (d'origine argentine comme Schifrin). Après le parodique Kelly's Heroes (1970), Lalo Schifrin nous offre un aspect bien différent de sa personnalité dans l'incroyable THX 1138 qu'il compose en 1971 pour le tout jeune George Lucas (particulièrement inspiré dans ce film de science-fiction pessimiste évoquant l'univers du visionnaire George Orwell). THX 1138 utilise de larges choeurs citant Pergolese et Bach et psalmodiant d'étranges chants grégoriens (parfois même a capella) entourés de cordes graves extrêmement lourdes de menaces ; au beau milieu de cette noirceur surgit de temps à autre l'éclat d'un émouvant thème d'amour fleurant avec l'Orient et même un beau passage de musique baroque. THX 1138 marquera la carrière de Schifrin au point de signer une musique encore plus expérimentale pour un étrange documentaire fiction The Hellstrom Chronicle (1971) où il déploie une créativité presque sans précédent dans la musique de film, digne des musiques contemporaines les plus élaborées de son époque (on pense à Boulez, Berio ou Stockhausen). Avec ses partitions, Lalo Schifrin n'est plus seulement connu comme un jazzman surdoué mais aussi et surtout comme un véritable compositeur “sérieux” tout à fait de son temps. Il signe aussi le très beau et tourmenté The Beguiled ( Les proies , 1971) l'un des meilleurs films du réalisateur Don Siegel pour lequel il écrit aussi à la même époque la musique du célèbre Dirty Harry ( L'inspecteur Harry , 1971) - mélange audacieux de jazz urbain et de funk mêlé à des choeurs et avec les redoutables techniques atonales déjà utilisées dans Les Félins .

En 1973, il poursuit la saga des aventures de l'inspecteur Harry avec Magnum Force (1973) où l'élément funky se fait un peu plus présent que dans le premier volet, de même que sur Enter the Dragon ( Opération Dragon , 1973), célèbre film de kung-fu avec Bruce Lee (réservé aux amateurs du genre !) où il incorpore à son style habituel des éléments orientaux et des percussions électroniques qui n'ont hélas pas toujours très bien vieillis... Dans un registre beaucoup plus traditionnel, il compose pour le film à costumes The Four Musketeers (1974) un délicieux exercice de style dans le genre baroque (écriture couramment utilisée par des artistes français comme Georges Delerue, Michel Legrand ou Jean Prodromidès, mais moins courante aux Etats-Unis).

Après une année essentiellement consacrée à la télévision, Schifrin signe deux chefs d'oeuvre tout à fait représentatifs de sa veine symphonique : The Eagle Has Landed ( L'aigle s'est envolé , 1976) qui comporte des pages étonnantes de maîtrise orchestrale et de force mélodique, et surtout le somptueux et émouvant Voyage of the Damned ( Le voyage des damnés , 1976) drame maritime de Stuart Rosenberg - pour orchestre réduit doté d'une instrumentation impressionniste digne des plus grands maîtres européens, il obtient pour ce dernier une nomination aux Academy Awards couronnant une carrière déjà exemplaire. Le thriller Rollercoaster (1977) et le film d'espionnage Telefon ( Un espion de trop , 1977) sont d'autres exemples de fusions réussies entre diverses sources (musiques de fêtes foraines, instruments du folklore de l'Europe de l'Est, échafaudages de clusters ascendants pour faire monter la tension lors des situations de “comptes à rebours”...).

À la fin des années 70, il travaille sur quelques films fantastiques mineurs comme The Manitou (1978) au générique orchestral très réussi et dont quelques éléments thématiques sont empruntés à certaines musiques amérindiennes, ou encore le célèbre film d'épouvante The Amityville Horror ( Amityville - la maison du diable , 1979) - nouvelle collaboration avec Stuart Rosenberg, sur lequel il rivalise de créativité, d'ambiguïté et d'audace orchestrale pour évoquer la terreur (instruments en verre, masses orchestrales denses mais sans lourdeurs et un choeur d'enfants très malsain dans le générique). Notons aussi The Concorde: Airport ‘79 (1979) - mauvais film catastrophe où l'on retrouve Alain Delon en pilote de ligne, tentative intéressante de Schifrin dans le pur genre spectaculaire avec un orchestre plus musclé qu'à l'accoutumé.

En 1981, il signe la musique de la comédie préhistorique Cavema n (avec le chanteur Ringo Starr) et il est engagé par Liliana Cavani pour La peau - cruel et troublant film de guerre avec Marcello Mastroianni et Claudia Cardinale, qui bénéficie d'un score vraiment extraordinaire de finesse orchestrale, de pudeur et de lyrisme (sans jamais “appuyer” les images violentes du film, comme on peut hélas l'entendre encore trop souvent chez d'autres compositeurs toujours prompts à dégainer l'artillerie lourde dans le domaine orchestral).

Après Amityville II: The Possession (1982), il retrouve pour la 3ème fois Clint Eastwood dans le costume de l'inspecteur Harry mais cette fois en tant que réalisateur pour Sudden Impact ( Le retour de l'inspecteur Harry , 1983) ; pour ce volet assez différent des deux précédents, Lalo Schifrin passe beaucoup de temps à élaborer un générique entièrement électronique et très influencé par la musique pop de l'époque (disco, funk...) tout en signant de sombres passages à l'orgue tout à fait captivants lors de la scène finale nocturne. Dans le même esprit, le peu connu The Osterman Weekend (1983) évolue dans la même atmosphère poisseuse (avec une très intéressante utilisation du synthétiseur) et bénéficie lui aussi d'un générique jazz rock également un peu daté.

Grâce à la popularité grandissante d'un Jackie Chan et au regain d'intérêt pour les films de kung-fu (dont Enter the Dragon ), il revient plus récemment sur le devant de la scène en participant à Rush Hour (1998), qui sera suivi d'une suite : Rush Hour 2 en 2001.

Avec 4 Grammy Awards et 6 nominations aux Oscars, une immense carrière en tant que jazzman, chef-d'orchestre (il a notamment créé des oeuvres de concert du célèbre Astor Piazzolla - un autre illustre musicien argentin) et compositeur “classique” (comme le grand musicien brésilien H. Villa-Lobos, il a à son actif un vaste répertoire de musique de chambre, cantates et concertos...), le prolifique Lalo Schifrin n'a plus grand chose à prouver aujourd'hui mais son aura reste toujours vivace sur les jeunes compositeurs et elle ne cesse d'augmenter, notamment en Europe.

Christian Texier

© Photos : Benoit Basirico, Cinezik


cannes2017-jury

Evènement

Cannes 2017 : le compositeur Gabriel Yared dans le jury du 70e Festival de Cannes

Le compositeur français Gabriel Yared fait partie du jury présidé par Pedro Almodóvar. Il succède à Ennio Morricone (1984), Nicola Piovani (1987), Philippe Sarde (1988), Georges Delerue (1989), Vangelis (1991), Lalo Schifrin (1994) et Alexandre Desplat (2010).
lalo-schifrin

interview

Lalo Schifrin : Sa vie en musique

Rencontre avec le grand compositeur argentin Lalo Schifrin qui revient sur des points emblématiques de sa carrière à l'occasion de l'hommage rendu par le festival Lumière.

Video

Interview Lalo Schifrin

Critiques BO

Boutique

The Sound of Lalo Schifrin - Lalo Schifrin

Vos avis