Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeur RépertoiresCritiques de B.O ActusPodcasts

Apocalypto   (2007)

• Mel Gibson • • En salle le 10-01-2007

• Musique composée par James Horner

James Horner retrouve Mel Gibson onze ans après Braveheart, qui était probablement l'une de ses meilleures musiques. Confirmation : le couple fait des merveilles à l'image. Même s'il reste dans les normes, Horner signe ici l'une de ses musiques les plus radicales et les épurées depuis des années.

[© Texte : Cinezik] •

Sortie de la BO

Hollywood Records (US : 5 décembre 2006)
(FR : 8 janvier 2007) - 1:00:33

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. From the Forest... (1:55)
2. Tapir Hunt (1:31)
3. The Storyteller's Dream (3:41)
4. Holcane Attack (9:28)
5. Captives (3:06)
6. Entering the City with a Future Foretold (6:05)
7. Sacrificial Procession (3:40)
8. Words Through the Sky - The Eclipse (5:11)
9. The Games and Escape (5:15)
10. An Elusive Quarry (2:15)
11. Frog Darts (2:45)
12. No Longer The Hunted (5:50)
13. Civilisations Brought by Sea (3:20)
14. To the Forest... (7:41)

Voir le calendrier des B.O

Autour de cette BO

Le Film

Réalisé par Mel Gibson

Sortie en salle : 10-01-2007 (France) -

Avec Rudy Youngblood, Raoul Trujillo, Dalia Hernandez, Jonathan Brewer, Morris Birdyellowhead, Carlos Emilio Baez, Ramirez Amilcar, Israel Contreras, Israel Rios, Maria Isabel Diaz et Espiridion Acosta Cache
Film américain
Genre: aventure, action, drame
Durée: 2H18
Distribué par Quinta Distribution

Calendrier des Films & Séries

Nos articles sur cette BO

James Horner délaisse pour une fois ses thèmes sirupeux pour coller corps à corps au film bestial de Mel Gibson, évoquant la survie d'un homme et de sa famille au coeur de la forêt amérindienne. Capturé par une bande de mercenaires pour être vendu comme objet de sacrifice, il parvient à s'échapper : une course-poursuite haletante s'engage.

Horner utilise de nombreuses percussions tribales, des voix (parfois déformées et lointaines - mais avec peu d'effet), des sonorités acoustiques étonnantes. On retrouve à l'occasion quelques sons hérités de Braveheart ou de partitions plus anciennes (parmie ses meilleures) telles que Vibes et ses flûtes envoûtantes, ou Where The River Runs Black et ses synthés atmosphériques. En effet, le compositeur retrouve l'électronique (qu'il avait peu utilisé depuis Titanic) pour créer des ambiances sombres, évoquant l'inconnu, le mystère et la peur (notamment dans la forêt). Ici, tout est affaire d'ambiance, Horner fait parfois du design sonore.

Un seul thème marque les esprit : celui qui évoque le personnage principal et sa famille. Le motif apparaît dans "Holca Attack" (à la flûte), puis on l'entend plus clairement lors de la scène-clé du sacrifice, vers le milieu du film ("Words Through the Sky") : ce thème, beau et enlevé, évoque la détermination sans faille du personnage principal à survivre pour retrouver les siens. En dehors de ça, force est de constater que Horner ne s'est pas trop foulé pour composer, mais le travail sur les ambiances demeure assez remarquable. Et surtout, comme Mel Gibson, il n'y va pas par quatre chemins : les passages d'action (poursuites essentiellement) sont sauvages à souhait, épurés, rythmés et tribals, simplement joués aux percussions. C'était évident, on ne pouvait pas faire plus simple, mais pourquoi chercher midi à quatorze heures ? C'est efficace.

Dans "Sacrificial Procession", James Horner fait sonner des cornemuses curieusement, de manière désaccordée, pour évoquer le malaise, l'étouffement et la peur : il décrit intérieurement les sentiments des personnages qui découvrent petit à petit qu'ils sont voués à une mort certaine. S'ensuit "Words Through the Sky" et une longue plage lyrique et mystique pour l'un des passages les plus éblouissants du métrage, où notamment Horner introduit un inquiétant monologue sussuré en Yucatèque, la langue maya. "The Games and Escape" étonne également par sa radicalité (percussions et sonorités métalliques brutales), c'est l'un des morceaux les plus curieux jamais composés par Horner, où le compositeur parvient à s'oublier momentanément pour s'abandonner complètement au film et à l'action (même si l'on retrouve ses éternelles flûtes de pan en arrière-plan).

Comme le film, l'écoute de la musique est une expérience dont on ne sors pas indemne. Il est parfois plaisant d'écouter des musiques sans fioriture comme celle-ci, d'autant plus quand il s'agit de l'oeuvre d'un compositeur qui nous avais habitué depuis plusieurs années à trop en faire pour ne pas raconter grand chose, et en plus toujours de la même façon. Le film de Mel Gibson offre une occasion à Horner de se renouveller et d'approfondir le travail sonore et musical entamé sur The New World pour Terrence Malick (même si les choix musicaux du cinéaste à l'image s'avèraient plus pertinents que ceux du musicien sur le disque). Un score discret à l'image, parfois émouvant, mais toujours efficace, où le compositeur qui jadis nous énervait avec ses tics retrouve ici l'instinct du musicien de ses débuts, avec une musique plus simple, plus directe, plus spontanée. De la même manière que Mel Gibson a filmé avec ses tripes, James Horner a composé avec ses tripes : le résultat en est d'autant plus authentique et brillant. Comme quoi, quand des projets "hors de ses sentiers battus" lui tombent entre les mains, James Horner parvient à prouver qu'il reste l'un des plus grands compositeurs actuels.

Sylvain Rivaud

James Horner


James Horner a signé la musique d'autres films de Mel Gibson : Braveheart (1995) •

James Horner a également écrit la musique de : Le Nom de la Rose (1986) • Cocoon (1985) • Willow (1988) • Krull (1984) • Les Mercenaires de l'espace (1981) • Le Petit dinosaure et la vallée des merveilles (1989) • Aliens (1986) • La Légende de Zorro (2005) • Flightplan (2005) • Sans frontière (2003) • Commando (1986) • Génération Rx (2004) • Mémoire effacée (2004) • Glory (1990) • Le Nouveau monde (2006) •

Vos avis