Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Aya de Yopougon  (2013)

(Juillet 2013) |



Les réalisateurs Marguerite Abouet et Clément Oubrerie convoquent pour leur film d'animation divers groupes africains.

[© Texte : Cinezik] •

Aya de Yopougon

Autour de cette BO

Propos de la réalisatrice sur la musique :

Il y avait déjà une vraie musicalité dans la bande dessinée et c'est ce qui a bercé mon enfance, qu'il s'agisse de rythmes afro-cubains, de chachacha, ou de crooners. Je me souviens que mes parents écoutaient des chanteurs sénégalais et gambiens, de la musique congolaise et zaïroise, et des crooners ivoiriens, comme Ernesto Djédjé, le Julio Iglesias local, qui, avec ses pantalons moulants en pattes d'éph', a été une véritable légende. D'ailleurs, on le voit dans le film. Je voulais aussi rendre hommage à un autre crooner, François Lougah, qui chante «Bonheur perdu» de manière langoureuse et sensuelle. Tous ces groupes africains, originaires de plusieurs pays, ont marqué leur époque. Comme les publicités, il fallait faire en sorte que ces musiques, qui font vraiment partie du décor, aient une présence forte dans le film.

Marguerite Abouet.


Tracklist - musiques présentes dans le film :

"Dissan Na M'bera" - Super Mama Djombo"Bel Abidjan (Tabu Ley Rochereau)
"D.I.S.C.O." - Ottawan
"Les jaloux Saboteurs" - Maitre Bazonga
"Sweet Mother" - Prince Nico Mbarga
"Bonheur Perdu" - Lougah François
"Tambola Na Mokili" - John Bokelo
"Amina" - Tchala Muana
"Ziboté" - Ernesto Djédjé
"Yarabi" - Bembeya Jazz National
"L'enfant et la gazelle" - Miriam Makeba

Nos articles sur cette BO

Vos avis