Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

Les Chants de Mandrin   (2012)

• de Rabah Ameur-Zaïméche • En salle le 25-01-2012

• Musique composée par Valentin Clastrier

Le compositeur Valentin Clastrier écrit sa première BO pour le cinéaste Rabah Ameur-Zaïméche. Pour ce drame historique situé au 18e siècle, la partition est écrite pour une vielle à roue éléctroacoustique, avec la participation de Grégoire Hennebelle au violon.

[© Texte : Cinezik] •

Les Chants de Mandrin

Autour de cette BO


Propos du réalisateur 

La musique a été composée par Valentin Clastrier qui est le Jimmy Hendrix de la vielle à roue. Il ne me connaissait pas. On lui a fait écouter la complainte des Mandrins. La musique porte le film comme si c'était les piliers d'un pont, et la narration ne fait que glisser. On peut considérer que c'est un film musical car il est toujours en mouvement, rythmé par des plages impassibles, et par des galops effrénés. (Issus de l'émission Plan B... pour Bonnaud - Le Mouv' - du 25 janvier 2011)

La Complainte de Mandrin

La complainte de mandrin était une chanson populaire au 18e siècle contant les malheurs du contrebandier Mandrin tué. Elle était entonnée par des chanteurs des rues qui en vendaient le livret. Le film relate cette histoire.

Paroles :

« Nous étions vingt ou trente,
Brigands dans une bande,
Tous habillés de blanc,
À la mode des...
Vous m'entendez ?
Tous habillés de blanc
À la mode des marchands.

La première volerie
Que je fis dans ma vie
C'est d'avoir goupillé,
La bourse d'un...
Vous m'entendez ?
C'est d'avoir goupillé
La bourse d'un curé.

J'entrai dedans sa chambre
Mon Dieu, qu'elle était grande !
J'y trouvai mille écus,
Je mis la main...
Vous m'entendez ?
J'y trouvai mille écus,
Je mis la main dessus.
J'entrai dedans une autre,
Mon Dieu, qu'elle était haute !
De robes et de manteaux
J'en chargeai trois...
Vous m'entendez ?
De robes et de manteaux,
J'en chargeai trois chariots.

Je les portai pour vendre
À la foire en Hollande.
J' les vendis bon marché,
Ils n' m'avaient rien...
Vous m'entendez ?
J' les vendis bon marché,
Ils n' m'avaient rien coûté.

Ces Messieurs de Grenoble
Avec leurs longues robes,
Et leurs bonnets carrés,
M'eurent bientôt...
Vous m'entendez ?
Et leurs bonnets carrés
M'eurent bientôt jugé.
Ils m'ont jugé à pendre,
Ah ! c'est dur à entendre !
À pendre et étrangler,
Sur la place du...
Vous m'entendez ?
À pendre et étrangler,
Sur la place du Marché.

Monté sur la potence
Je regardai la France,
J'y vis mes compagnons,
À l'ombre d'un...
Vous m'entendez ?
J'y vis mes compagnons,
À l'ombre d'un buisson.

Compagnons de misère,
Allez dire à ma mère,
Qu'elle ne me reverra plus,
Je suis un enfant...
Vous m'entendez ?
Qu'elle ne me reverra plus,
Je suis un enfant perdu ! »

Vos avis