Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Cartel  (2013)

The Counselor

Milan Records (22 octobre 2013) | Original Score [musique originale]


 

Première collaboration du compositeur anglais Daniel Pemberton avec Ridley Scott qui au cours des cinq derniers films avait fait appel au compositeur Marc Streitenfeld ("American Gangster", "Robin Hood", "Prometheus"...). La une musique est à la fois excitante et menaçante : une combinaison de guitares acoustiques et électriques calmes, d’éléments électroniques et de paysages sonores ambient. 


Cartel

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. The Hunter (1:47)
2. The Counselor (Titles) (4:10)
3. The Lovers (1:51)
4. A Warning (Moral Decisions) (2:10)
5. Truth Has No Temperature (4:14)
6. Serious Problems (2:07)
7. Confrontation And Conspiracy (2:57)
8. Escape (3:34)
9. The Wireman Prepares (5:08)
10. The Lovers (Phone Call) (1:37)
11. A Glorious Woman (3:13)
12. A Rare Stone (Cautionary Tale) (3:22)
13. Malkina Listens (3:07)
14. Vanish In A Heartbeat (2:36)
15. All These Worlds (4:06)
16. Hotel Paranoia (1:54)
17. Wire To The Head (2:58)
18. The World You Have Created (1:58)
19. The Hunted (1:13)
20. Desert Star Septic (Credits) (3:49)
21. Lost Souls (Digital Bonus Track) (2:33)
22. Westray In London (Digital Bonus Track) (1:44)
23. The Lovers (Destroyed) (Digital Bonus Track) (1:57)

Lien d'achat :

Autour de cette BO

Propos du compositeur

Je travaillais avec deux grands réalisateurs français, François Alaux et Hervé de Crécy, (ils venaient juste de remporter un Oscar pour un court métrage d'animation, Logorama), sur un autre court métrage tiré du jeu vidéo Ghost Recon. Il était produit par le merveilleux Pietro Scalia (JFK, Black Hawk Down, Gladiator)  et nous nous sommes très bien entendus.

Alors qu'il travaillait sur Cartel, Ridley Scott lui dit un jour qu'il avait beaucoup aimé un film anglais intitulé The Awakening. Pietro lui expliqua que j'en avais fait la musique et Ridley tint à me rencontrer. Nous eûmes une longue conversation sur le cinéma, la musique et j'ai eu le sentiment que notre entretien s'était bien passé. Un mois plus tard j'ai reçu un coup de téléphone : il souhaitait que je compose la musique de son film. Aujourd'hui encore, je n'arrive pas à le croire.

Travailler avec Ridley, c'est quelque chose d'exceptionnel, de fantastique. Une collaboration passionnante. Pour la musique d'un film, j'aime beaucoup me livrer à des essais, à des expérimentations, et ce le plus tôt possible. Je teste toutes sortes d'idées originales pour analyser s'il en est quelquesLunes qui marchent et correspondent à l'univers et au scénario du film.

Je pense que c'est la meilleure façon d'aboutir à une musique originale vraiment originale, nouvelle, plutôt qu'un rechapage de quelque chose déjà entendu mille fois auparavant. Nous avons donc adopté cette méthode pour tester ce qui allait marcher. On ne trouve bien sûr pas tout d'un coup, mais on finit toujours par repérer les germes de quelque chose qui s'avèrera intéressant. Ridley s'intéressait surtout à ce que je lui proposai de plus insolite, cela m'ouvrait d'heureuses perspectives qui finirent par donner à la BO sa dimension unique. Ridley était également toujours attentif à mon avis ! Quelle humilité rafraîchissante de la part d'un réalisateur de cette envergure.

Je voulais créer une BO qui représente plusieurs aspects différents des personnages et de leur histoire. C'est une BO très variée à l'image d'un film très différent de tous ceux pour lesquels j'ai pu travailler auparavant. D'abord, les dialogues écrits par Cormack McCarthy ont une telle puissance, qu'il était vital que de la musique et des sons viennent apporter un espace de respiration. Aussi aiLje composé pas mal de pièces très simples. Mais j'ai passé beaucoup de temps sur ces séquences, beaucoup plus complexes qu'il n'y paraît, en raison de leur superposition. J'ai dû également jouer avec la question de la sonorité des câbles. Les câbles jouent un grand rôle dans le scénario, mais comment rendre leurs vibrations musicales ? J'ai également voulu restituer la violence viscérale de nombreuses scènes. Dans tout le film, il existe une tension sousLjacente, non montrée mais évoquée, il était important que la musique renforce cette impression.

De nombreux éléments thématiques reflètent les différentes ambiances du film : par exemple des airs qui reflètent la géographie, avec des guitares rustiques pour les grandes plaines américaines ou des musiques électroniques élégantes pour la City à Londres. Mais aussi des musiques évoquant les sentiments des personnages ; comme le thème d'amour entre l'avocat et Laura. Pendant l'avancement du projet, nous avons décidé que le camion qui transporte la drogue serait un personnage à part entière, il devait donc avoir son propre thème musical. Tout ceci donne une dimension un peu schizo à la BO, mais heureusement des thèmes mélodiques donnent du liant à l'ensemble.

L'enregistrement a demandé du temps mais s'est fort bien passé. J'avais déjà procédé à quelques expérimentations dans mon propre studio à Londres. Elles ont servi pour la BO finale. Le reste, nous l'avons enregistré et mixé aux studios Abbey Road : grandes sections orchestrales, morceaux plus intimistes à la guitare, percussions bois et métal. Nous avons même utilisé des tonneaux d'huile pour les percussions !

Daniel Pemberton

Nos articles sur cette BO

Video

Interview B.O : Daniel Pemberton, de la TV à Ridley Scott

Le compositeur anglais Daniel Pemberton nous retrace son parcours, de sa longue carrière à la télévision jusqu’à sa collaboration avec Ridley Scott sur CARTEL, dont il ne revient toujours pas !

Boutique


En achetant cette BO sur Amazon par ce lien, vous apportez un soutien à notre site.

Voir toutes les dernières ventes

Autres BO du compositeur

Vos avis