Calendrier films & séries Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusPodcasts

<<<
<<<
<<<

Dans ton sommeil   (2010)

In Their Sleep • de • En salle le 24-03-2010

B.O de Eric Neveux



Après PERSECUTION, Eric Neveux retrouve la guitare électrique et les orchestrations de Emmanuel d’Orlando pour ce premier film de Caroline et Eric Du Potet.

[© Texte : Cinezik] •

Dans ton sommeil

En digital (24 mars 2010)

Tracklist (de la BO en CD ou Digital)

1. Étrange inspection (2’11”)
2. Prémonition (1’06”)
3. Duel à mort (4’52”)
4. La maison endeuillée (2’56”)
5. Retour sur les lieux du crime (1’24”)
6. Traqués (2’18”)
7. Folie meurtrière (4’56”)
8. Dans la tête du tueur (*) (1’50”)
9. Premiers soupçons (3’49”)
10. Errance (1’53”)
11. Derrière la porte (1’27”)
12. Cauchemar (3’14”)
13. Dans son sommeil (3’10”)

Autour de cette BO

Ecoutez 5 extraits de la BO

Propos de Caroline et Eric du Potet :

Pour ce film, nous souhaitions aller à l’encontre des thrillers et des films d’horreur classiques qui utilisent principalement la musique pour faire sursauter le spectateur. Loin des traditionnelles attaques de violons stridents, nous voulions une bande originale qui ne soit pas qu’une simple musique d’ambiance angoissante mais aussi un moyen d’expression de l’état intérieur des personnages. Utilisée à des endroits clés, elle permet d’évoquer subtilement  le passé trouble de chacun sans surcharger le scénario.
En effet, chaque personnage a un thème musical et un instrument qui lui sont associés :
Le deuil de Sarah est rappelé à notre mémoire par quelques notes mélancoliques de piano. Le côté à la fois fragile et inquiétant du personnage d’Arthur transparaît à travers une  étrange ritournelle. Associée au son inattendu de la mandoline, elle évoque une enfance sans doute brisée et pervertie.
La violence et l’animalité de l’homme au break, aveuglé par la vengeance, se traduit lors des scènes  d’attaque par l’utilisation dynamique de la guitare électrique et le choix d’une musique discordante basée sur un angoissant leitmotiv. Chaque thème instrumental est mélangé à des textures abstraites. Cela confère à la musique une dimension quasi organique, dans un film basé sur les peurs et les instincts primaires où les protagonistes doivent lutter pour leur survie. Cette alternance de compositions classiques et de morceaux déstructurés donne toute sa force au lyrisme du thème final. Utilisé en contrepoint de l’image, il permet d’amener un peu de poésie dans un monde violent et noir. Dans un genre cinématographique très formaté où les bandes originales se ressemblent souvent, ces choix atypiques dans la conception et l’utilisation de la musique confèrent au film une ambiance particulière, en parfaite adéquation avec notre univers de cinéastes.

Nos articles sur cette BO

La partition de Eric Neveux est angoissante, avec ses ambiances mystérieuses, ses distorsions inquiétantes (proche d'une musique pour film d'horreur, avec son côté "sound-design")... mais se dégage aussi une poésie par quelques notes et voix aériennes, et des échappées feeriques. On pense à Jocelyn Pook avec un certain aspect solennel (percussions lourdes, harmonies cérémonielles), distordu par des changements de tonalités fluctuantes donnant l'impression de flottement.

Benoit Basirico

Autres BO du compositeur

 Voir la filmo du compositeur  

Vos avis